Connectez-vous S'inscrire






#1AnAprès

Tarik Abou Nour : Agir contre le fléau de l'intégrisme par la formation

Rédigé par Tarik Abou Nour | Lundi 11 Janvier 2016

Un an après les premiers attentats qui ont bouleversé la société française, que faut-il retenir de ces funestes événements et de leurs conséquences ? Quels messages promouvoir et que préconiser pour construire une société meilleure ? Le point sur Saphirnews avec Tarik Abou Nour, théologien, responsable du site Doctrine-Malikite, le premier site francophone dédié au fiqh malikite. Il est aussi chercheur en droit musulman, expert en finance islamique.



Tarik Abou Nour est théologien et chercheur en droit musulman, également expert en finance islamique.
Tarik Abou Nour est théologien et chercheur en droit musulman, également expert en finance islamique.
Il est clair que l'islam condamne le meurtre et sacralise la vie. Les textes scripturaires de l'islam sont fermes et claires à ce sujet. Ces crimes odieux ne sont à mes yeux que la signature de délinquants criminels et n'ont aucun fondement religieux. Le terrorisme aveugle n'a aucune religion. Lorsque Anders Breivik, le tueur norvégien a tué de sang froid des dizaines de vies innocentes, les médias n'ont pas cédé à l'amalgame et se sont empêchés de l'appeler « christianiste »...

L'intégrisme n'est pas dans le texte mais dans l'esprit du mauvais lecteur. Il y a deux phénomènes qui peuvent déclencher l'intégrisme criminel : la précarité (sociale, intellectuelle et spirituelle) et l'ignorance. C'est pourquoi il faut combattre avec la science la secte de la haine et de l'exclusion en formant nos imams, y compris sur la culture française afin qu'ils répondent à leur contexte efficacement, et en créant une instance indépendante de l'enseignement de l'islam pilotée par des savants (oulémas) indépendants et intègres. Enfin, il faut dynamiser le dialogue interreligieux dans nos mosquées et nos quartiers. Après tout, les gens sont les ennemis de ce qu'ils ignorent.


Propager le discours de l'intégration positive

Dès lors, quels messages nous faut-il transmettre ?

A nos jeunes de bien prendre leur religion sur les nobles savants « qui sont les héritiers des Prophètes » selon un hadith et non sur des gourous ni sur Internet. Notre religion est une précieuse amâna, un dépôt sacré qu'il ne faut pas souiller et mépriser en l'apprenant sur des supports virtuels ou dans les poubelles des forums.

A nos imams et nos mosquées de valoriser les jeunes, de répondre à leurs questionnements légitimes sur leur religion et propager le discours de l'intégration positive et du bien vivre ensemble.

A l'Etat d'en finir avec les ghettos, de favoriser l'emploi des jeunes de banlieues, de sanctionner sévèrement tout racisme et discrimination et de soutenir les associations qui œuvrent pour la bonne intégration des jeunes.


Oeuvrer avec indépendance, tant idéologique que financière

Face à l'intégrisme, la solution pour combattre ce phénomène moderne qui ronge notre cohésion et menace notre paix sociale et notre bien vivre ensemble dans notre société plurielle n'est pas que sécuritaire.

Nos pieux prédécesseurs (salafs) ont combattu les sectes comme celle des Khawarij au 1er siècle de l'islam ou des Mu'tazilites plus tard par la science d'abord !

Trois mesures importantes et urgentes doivent être mises en œuvre, à commencer par la création d'un centre d'enseignement théologique indépendant et pluridisciplinaire avec un département de spiritualité et un département de dialogue interreligieux. Aussi, il nous faut créer une instance indépendante pour élire les imams sur une base scientifique et d'indépendance idéologique et les former sur la culture française afin qu'ils appréhendent correctement leur contexte.

Enfin, il faut un financement indépendant de nos mosquées et nos écoles à travers l'émission d'un sukuk al-musharaka (titre participatif) et le waqf, une donation perpétuelle d'utilité publique, car le volet de l'indépendance financière est structurant pour éviter toute ingérence et garantir une meilleure gestion de nos lieux de culte et une vraie indépendance idéologique.

L'intégrisme et le terrorisme est un fléau complexe qui est le reflet d'un malaise et d'une précarité tant sociale que spirituelle. Il exige une mobilisation au-delà d'une riposte sécuritaire, de tous les acteurs politiques, religieux et associatifs afin de former, prémunir et agir pour un meilleur bien vivre ensemble dans notre société plurielle.




Loading














Recevez le meilleur de l'actu