Connectez-vous S'inscrire






Monde

Sonia Gandhi renonce à être Premier ministre de l'Inde

Rédigé par El abed Fatima | Mercredi 19 Mai 2004

Sonia Gandhi, 57 ans, héritière de la dynastie Nehru-Gandhi, a annoncé mardi 18 mai qu'elle renonçait à être Premier ministre de l'Inde après une violente campagne contre ses origines italiennes. Née en Italie, Sonia Gandhi a la nationalité indienne depuis 1984.



Sonia Gandhi, 57 ans, héritière de la dynastie Nehru-Gandhi, a annoncé mardi 18 mai qu'elle renonçait à être Premier ministre de l'Inde après une violente campagne contre ses origines italiennes. Née en Italie, Sonia Gandhi a la nationalité indienne depuis 1984.

Une décision de « conscience »

'Je vous demande d'accepter ma décision et je ne la changerai pas. Il n'en est pas question. C'est ma voix intérieure. C'est ma conscience', a expliqué Sonia Gandhi mardi après-midi.

Mme Gandhi a justifié sa décision, mardi, devant les élus de son Parti du Congrès au Parlement.'Le poste de Premier ministre n'a pas  été mon objectif. (...) Je suivrai ma voix intérieure. Aujourd'hui, elle me dit que je dois décliner humblement ce poste', a-t-elle déclaré.

Sonia Gandhi est née en Italie et a la nationalité indienne depuis 1984. Le mari de Mme Gandhi, Rajiv, avait été assassiné en 1991, tandis que sa belle-mère, Indira, avait été tuée en 1984. Il avait fallu sept ans aux membres du Congrès pour convaincre Sonia Gandhi de prendre la tête du parti en 1998.

Jyoti Basu, vieux leader communiste dont le parti est allié du Congrès, a affirmé que la pression sur Sonia Gandhi pour qu'elle se retire de la course est venue de ses propres enfants, Rahul, 33 ans, et Priyanka, 32 ans. 'L'Inde est un pays très violent. C'est une affaire de famille. Si les enfants disent : nous avons perdu notre père, nous ne voulons pas perdre notre mère, c'est leur décision'.

Mme Gandhi  a affirmé son choix « Je vous demande d'accepter ma décision et je ne la changerai pas. Il n'en est pas question. C'est ma voix intérieure. C'est ma conscience», a-t-elle dit en soulignant que «la nécessité du moment était de donner au pays une direction forte et stable».

Des attaques violentes et ciblées

Pour protester contre l'arrivée au pouvoir d'une 'étrangère', le parti nationaliste hindou (BJP) de l'ancien Premier ministre Atal Behari Vajpayee, avait ainsi annoncé, lundi, qu'il boycotterait la cérémonie de l'éventuelle prestation de serment de Sonia Gandhi.

Uma Bharti, pasionaria du camp nationaliste hindou, avait en outre annoncé, mardi, sa démission de son poste de chef du gouvernement de l'Etat du Madhya Pradesh (Centre) pour lancer une campagne en vue d'empêcher Mme Gandhi de devenir Premier ministre.

Il y avait par ailleurs des doutes quant à la stabilité du gouvernement qu'elle cherchait à former. Le soutien apporté par les quelque 60 députés communistes, indispensable à la coalition, avait déjà fait l'objet de trois jours de tractations. Les communistes ont finalement décidé lundi de ne pas participer directement au gouvernement, mais de lui apporter un soutien 'de l'extérieur'.

Les premières rumeurs sur les «réticences» de Sonia Gandhi à devenir Premier ministre ont commencé à circuler dans l'après-midi.
Relayées par des chaînes de télévision, elles ont poussé des milliers de ses partisans à se rassembler progressivement devant sa résidence où certains ont même menacé de suicider. «Nous aimons Sonia», «Nous mourrons pour elle», ont crié ces manifestants.

 

 

 

 

 

 





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu