Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Sihem : « Le comportement de mon frère a changé »

Rédigé par Lalla Chams en Nour | Mardi 6 Août 2013



« Je vous écris pour mon frère, Qaïs, qui est plus âgé de deux ans. Je suis inquiète car son comportement a beaucoup changé depuis un an.

Lui qui était plutôt doux et ouvert, il a commencé à me demander des comptes sur mes allées et venues, sur qui je fréquente, etc. ; sur mes relations dans le commerce où je travaille…

Il est là à me menacer des affres de l’Enfer si je ne me comporte pas plus strictement.

Or c’est mon salaire qui fait vivre non seulement mon frère, depuis qu’il est au chômage, mais aussi notre mère, veuve depuis deux ans. Lui, qui vit à mes crochets, devrait me respecter, non ? » Sihem, 22 ans

Lalla Chams en Nour, psychanalyste

Tout à fait d’accord quand vous dites qu’il doit vous respecter. Vous semblez savoir vous défendre...

Mais quand vous dites « vit à mes crochets », cela demande des explications. S’il fait des efforts pour retrouver du travail, il est normal que vous soyez solidaire et qu’il le soit lui-même envers vous, si vous vous retrouvez dans la même situation.

S’il s’occupe davantage de soigner ses relations extérieures et ne cherche pas de travail, vous avez raison, il vit à vos crochets.

Dans les deux cas, il n’a pas à se mêler de votre vie dans la mesure où c’est vous qui l’assurez.

Dans l’islam, la tradition offre une protection aux femmes qui ne travaillent pas. Dans ce cas, les hommes de la famille ont la responsabilité de leurs bonnes conditions de vie. C’est vrai, mais pourquoi cette tutelle bienveillante s’étendrait-elle aux femmes qui pourvoient elles-mêmes à leurs besoins et à ceux de la famille ?

Et, à l’inverse pourquoi ne pourrait-elle s’étendre alors à un homme de la famille en vraie difficulté ?

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com





Loading














Recevez le meilleur de l'actu