Connectez-vous S'inscrire






Monde

« Si le tireur avait été musulman » : le ras-le-bol du deux poids-deux mesures aux Etats-Unis

Rédigé par | Vendredi 6 Octobre 2017

Au lendemain de la sauvage attaque à Las Vegas, des voix s’élèvent aux Etats-Unis pour déplorer le traitement politique et médiatique de la tragédie. Dans quelles circonstances doit-on parler de telles tragédies comme des actes de terrorisme ? D’aucuns pensent que, si le tireur avait été musulman, les réactions seraient diamétralement opposées.



« Si le tireur avait été musulman » : le ras-le-bol du deux poids-deux mesures aux Etats-Unis
Les Etats-Unis ont une nouvelle fois été frappés, dimanche 1er octobre, par une tuerie de masse. Cette fois-ci, les faits se sont déroulés à Las Vegas où Stephen Paddock, un retraité de 64 ans a ouvert le feu sur les spectateurs d’un concert en plein air. La tuerie la plus meurtrière de l’histoire du pays affiche aujourd’hui un bilan de 59 morts et plus de 500 blessés. Plus de trois jours après les faits, aucune information concernant les motivations du tireur ne sont connues. La revendication opportuniste de l’Etat islamique n’a pas été prise longtemps au sérieux. Dès lors, la presse américaine s’est mise en quête de comprendre ce qui a pu pousser un sexagénaire à employer des armes de guerre contre ses compatriotes.

C. J. Werleman, éditorialiste au Middle East Eye, a publié une tribune pour dénoncer la couverture médiatique du cas Paddock. « Cela fait plus de 36h depuis que Stephen Paddock a massacré 59 personnes (...) et nulle part, les mots "terroriste" ou "terrorisme" ont été employés pour (qualifier) cet atroce acte de violence » écrit-il. « Au lieu de ça, l’assaillant blanc a été humanisé d’une manière dont aucun musulman ou personne de couleur l’aurait été si elle avait perpétré cela », ajoute-il. Il prend pour exemple un article du Sydney Morning Herald - loin d'être le seul - qui informe que « le tireur de Las Vegas vivait une "vie paisible" et aimait la "musique country" ».

Des musulmans perçus comme moins susceptibles de souffrir de problèmes mentaux

Joshua Kertzer et Connor Huff, deux universitaires de l'université d'Harvard, ont dévoilé dans le Washington Post leurs analyses concernant les conséquences du traitement médiatique sur la perception du terrorisme.

S’appuyant sur une étude qu’ils ont réalisé auprès d’un panel de 1 400 Américains, ils affirment que lorsque que l’auteur d’une tuerie est décrit comme ayant des troubles mentaux, et que peu d’informations filtrent à propos de son identité et de ses motivations, il a 35 % de chances d’être perçu comme terroriste. Cette probabilité grimpe à 46 % lorsque les gens apprennent qu’il est musulman. Si on retire les références aux problèmes mentaux, le chiffre atteint 53 %. Edifiant.

Si le tireur avait été musulman, aurait-on alors qualifié Stephen Paddock de terroriste ? Pour les universitaires, « le problème, qui se veut plus large, est que les médias traitent les assaillants musulmans différemment ; ils sont moins susceptibles d'être renvoyés à des personnes souffrant de maladie mentale et leurs actions sont plus susceptibles d'être attribuées à des motivations politiques ». Les résultats de leur étude « suggèrent que la couverture médiatique forme profondément la façon dont le public comprend les événements violents ».

Plus simple d'attaquer l'Etat islamique que la NRA?

Dans le New York Times, Thomas Friedman suppose que, « si Stephen Paddock avait été musulman », « personne nous reprocherait de déshonorer les victimes et de "politiser" le meurtre de masse de Paddock, en parlant de remèdes préventifs ». Il pointe ainsi du doigt la classe politique américaine qui, sous prétexte de vouloir respecter le deuil des victimes, refuse de poser la question de la libre vente des armes au lendemain de la tragédie. « Il y aurait immédiatement eu des appels à une commission d’enquête en vue de la mise en place de nouvelles lois pour être sûrs que cela ne se reproduira pas » ajoute-t-il.

Thomas Friedman développe et imagine que Donald Trump aurait décidé de « retourner la planète et de traquer, jusqu’au dernier combattant, l’Etat islamique en Syrie, en déployant des B-52, des missiles de croisières, des F-15, des F-35 et des U-2 . Nous aurions demandé à nos jeunes hommes et femmes de se sacrifier pour tuer ou capturer jusqu’au dernier terroriste ». Cependant, comme le souligne l’éditorialiste, affronter la NRA, puissant lobby des armes aux Etats-Unis, n’est toujours pas une option considérée par le président. De plus, aucun parlementaire n’ira risquer, selon Thomas Friedman, « le plus petit sacrifice, celui de risquer son siège au Congrès et de se lever pour légiférer de sorte à ce qu’il soit un peu plus difficile pour un Américain de stocker un arsenal de 42 fusils » comme l'a fait le tueur de Las Vegas.

Se concentrer sur les racines réelles de la violence

« Chaque fois que j'entends qu’un tireur de masse n'était pas musulman, je suis soulagé. Cela signifie que nous pouvons nous concentrer sur les racines réelles de la violence », écrit le journaliste Aymann Ismail sur la version américaine de Slate. Si tenté donc que la classe politique américaine veuille sérieusement s'attaquer aux problèmes posés par la libre circulation des armes, le drame à Las Vagas n'étant ni le premier, ni ne sera le dernier à se dérouler sur le sol américain.

Le site Vox rappelle, de son côté, le fait que, entre 2001 et 2015, plus d’Américains sont tombés à cause de l’action d’activistes d’extrême droite que par l’action des terroristes à référence musulmane selon une étude du think tank New America. Entre 2008 et 2016, le Centre pour les rapports d’enquête (CIR) a recensé une soixantaine d’attaques « islamistes » dont plus des deux tiers ont été déjouées. En revanche, dans la même période, plus de 115 attaques ont été planifiées par des suprématistes blancs, avec une vingtaine seulement qui ont été déjouées par les autorités. Le traitement politique et surtout médiatique de ces affaires, aussi bien aux Etats-Unis qu'en France, doit changer, et vite.






Loading














Recevez le meilleur de l'actu