Connectez-vous S'inscrire






Archives

Service minimum d'accueil : Nicolas Sarkozy veut l'instaurer 'avant l'été'

| Vendredi 16 Mai 2008

Le président de la République Nicolas Sarkozy a annoncé, jeudi 15 mai, après la journée de grève et de manifestations dans la fonction publique et l'enseignement, sa volonté de mettre en place une législation devant instaurer le Service miimum d'accueil (SMA) "avant l'été". "Le droit de grève, c'est la ligne rouge à ne pas franchir", a immédiatement réagi Gérard Aschiéri, le secrétaire général de la FSU.



Nicolas Sarkozy veut instaurer le SMA 'avant l'été'
Nicolas Sarkozy veut instaurer le SMA 'avant l'été'

Service minimum d'accueil

Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi 15 mai qu'un projet de loi instaurant le Service minimum d'accueil (SMA) dans les écoles primaires devrait être présenté au Parlement "avant l'été", afin de garantir un "droit à l'accueil des enfants", les jours de grève.

Lors d'une intervention télévisée prononcée après la journée de grève des fonctionnaires et des enseignants, Nicolas Sarkozy a déclaré avoir "demandé au gouvernement de déposer avant l'été un projet de loi qui instituera un droit à l'accueil des enfants inscrits dans nos écoles". "Le projet que je demande au gouvernement prévoira qu'en cas de grève, les professeurs grévistes se feront connaître 48 heures à l'avance", a encore ajouté le président, précisant que "charge financière sera assurée par l'Etat".



'Epreuve de force inutile et blessante'

"Nicolas Sarkozy veut ouvrir une épreuve de force, inutile et blessante, il veut diviser les Français, mettre une partie de l'opinion au service d'une cause simplificatrice et enfin, engager une manoeuvre politique, quand il faut répondre aux besoins de l'école et de l'avenir des enfants", a déclaré le Premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande, après l'annonce du chef de l'Etat.

"Faut-il que Nicolas Sarkozy soit en difficulté dans l'opinion comme le prouvent les sondages, mais aussi dans sa majorité comme l'ont démontré les incidents et les couacs de ces dernières semaines, pour qu'il prenne une initiative aussi malencontreuse", s'est encore interrogé M. Hollande, qui a rappelé que "c'est précisément dans un contexte de conflit que [le chef de l'Etat] devrait apaiser, concerter, dialoguer".

Jugeant le projet de texte de Nicolas Sarkozy "à la fois inapplicable et inconstitutionnel", le Premier secrétaire du PS a estimé que "ce n'est pas pour améliorer le fonctionnement de l'école ou pour permettre l'accueil des enfants des familles modestes qu'il prend cette initiative, mais pour plaire à la frange la plus conservatrice de sa majorité et pour remobiliser les rangs de son parti."

"Le droit de grève, c'est la ligne rouge à ne pas franchir", a pour sa part déclaré Gérard Aschiéri, le secrétaire général de la FSU, tandis que le SNES-FSU parle de "provocation".

Enfin, cette mesure serait selon le maire PS de PAris Bertrand Delanoë, "contraire à la libre administration reconnue aux communes par la Constitution".






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu