Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Saison de la Turquie : 400 manifestations culturelles pendant 9 mois

Rédigé par Selami Varlik | Mardi 23 Juin 2009

Du Louvre au Grand Palais, en passant par les Beaux-Arts de Lille, le Centre Georges-Pompidou et les Tuileries, les plus grands lieux dédiés à la culture célébreront la Turquie dans toute la France pour présenter la richesse et la diversité de son patrimoine culturel. Lancement des festivités le 1er juillet prochain.



Les derviches tourneurs ouvriront le spectacle au Trocadéro, le 4 juillet, sur fond de musique soufie traditionnelle et de sons électroniques.
Les derviches tourneurs ouvriront le spectacle au Trocadéro, le 4 juillet, sur fond de musique soufie traditionnelle et de sons électroniques.
La Saison de la Turquie en France a été officiellement lancée, en avril dernier, à l’occasion d’une présentation au public. En présence des présidents des comités mixtes d’organisation, les commissaires généraux des deux pays ainsi que le directeur de Culturesfrance, Olivier Poivre d’Arvor ont insisté sur l’importance d’une telle saison, en en dévoilant les temps forts.

Du 1er juillet 2009 au 31 mars 2010, la Turquie sera l’invitée de la France où se dérouleront près de 400 manifestations culturelles aux quatre coins du pays, comprenant des expositions, des concerts, des spectacles en tout genre.

Pour Necati Utkan, président du comité mixte d’organisation pour la Turquie, non seulement cette saison est un moyen de consolider les liens culturels entre les deux pays qui s’ancrent dans une histoire ancienne, mais en plus elle permettra de mettre en place « des relations à long terme susceptibles de se développer chaque jour davantage ».

Ainsi, après avoir rappelé que, dans le passé, l’Empire ottoman avait envoyé son premier représentant diplomatique en France en 1483, M. Utkan a insisté sur le fait que cette saison devra donner l’impulsion pour un certain nombre de projets futurs. En guise d’exemple est citée l’exposition sur Istanbul, qui va avoir lieu au Grand Palais : celle-ci pourra « servir de source d’inspiration aux activités de "2010, Istanbul, capitale européenne de la culture" ». Ainsi, pour lui, les « deux pays sont, en quelque sorte, condamnés à l’amitié et à la coopération ».

Olivier Poivre d’Arvor, écrivain et frère du journaliste Patrick Poivre d’Arvor, a, de son côté, salué non seulement un « patrimoine culturel considérable qui sera montré dans différents lieux en France » mais aussi « une créativité éblouissante qui nous rend parfois jaloux ».

Le spectacle d’ouverture de la saison de la Turquie sera organisé, le 4 juillet, au Trocadéro, où Mercan Dede accompagnera une troupe de derviches tourneurs, pour laisser ensuite la place au Feu d’Anatolie (Anadolu Atesi), gigantesque chorégraphie d’une centaine de danseurs évoquant la richesse du patrimoine de ces terres de Turquie.

Saluant les « relations universitaires, culturelles et économiques entre les deux grands pays que sont la Turquie et la France », Henri de Castries, le président du comité mixte d’organisation pour la France, a souligné l’importance des efforts pour « renforcer le partenariat stratégique entre la France et la Turquie ».

Le président du directoire d’Axa, pour qui l’enjeu de la saison est certes culturel mais aussi et surtout économique, a rappelé que les deux pays ont déjà, sur ce plan, des relations importantes étant donné que « la France est le deuxième investisseur en Turquie, elle est son cinquième partenaire commercial, (que) nous sommes le troisième pays d’accueil des étudiants turcs et il y a 260 entreprises françaises implantées en Turquie, dont 26 du CAC 40 ».

Pour lui, ce sont donc des relations « profondes et anciennes » qui relient la France à la Turquie, qui est pour elle « un enjeu économique majeur puisque, malgré la crise, elle est la quinzième puissance économique mondiale ». Il a dores et déjà annoncé que la Turquie sera associée à l’université d’été du MEDEF et l’organisation d’un « grand événement économique MEDEF-Tüsiad (Association des entrepreneurs et des hommes d’affaires turcs) », le 9 octobre, sur l’innovation et les ressources énergétiques.

Insistant donc sur l’ampleur de la dimension économique dans ce type de manifestations culturelles, Henri de Castries, pour qui « les entreprises ont un rôle déterminant à jouer dans cet approfondissement des relations », a conclut son discours en remerciant les grands mécènes ayant contribué au projet.



Programme de la Saison de la Turquie en France – de juillet 2009 à mars 2010.









Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu