Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Rohingyas : depuis Strasbourg, bouddhistes et musulmans de France se rejoignent dans la prière

Rédigé par Olivier Wang-Genh et Abdelhaq Nabaoui | Dimanche 17 Septembre 2017

En soutien aux Rohingyas, et pour dire stop aux massacres en Birmanie, un grand rassemblement devant le Parlement européen a été organisé, samedi 16 septembre, à l'initiative du Conseil régional du culte musulman (CRCM) Alsace et rejoint notamment par la Communauté bouddhiste d'Alsace (CBA). Leurs présidents respectifs, Abdelhaq Nabaoui et Olivier Wang-Genh, ont signé une déclaration commune à cette occasion que Saphirnews relaye.



Rohingyas : depuis Strasbourg, bouddhistes et musulmans de France se rejoignent dans la prière
Tous les bouddhistes de France et d’Alsace se joignent à leurs frères et sœurs musulmans pour exprimer leur totale condamnation des actions en cours au Myanmar et qui touchent de plein fouet le peuple rohingya. D’un point de vue bouddhiste, rien ne peut justifier un tel déchaînement de violence dont les premières victimes sont des femmes et des enfants innocents, contraints à l’exil dans des conditions insupportables. L’Union bouddhiste de France (dont est membre la CBA, ndlr) s’indigne publiquement de cette situation depuis de nombreuses années et a exprimé à de multiples occasions sa désapprobation la plus ferme.

En tant qu'hommes de religion et nous le rappelons, en vertu des valeurs portées par la France et ses institutions, nous considérons que chaque enfant, quelle que soit sa religion, son origine, sa langue ou la couleur de sa peau, a le droit à la même éducation, à la même protection ; de même chaque humain, quelle que soit son identité, sa condition a le droit au même respect, aux mêmes outils de développement et d'épanouissement. Nier cela, c'est nier le fondement de ce qui constitue notre enseignement éthique, c'est renier notre aspiration à la connaissance de l'essence des choses.


L'Union européenne doit reconnaître l'urgence humanitaire, accepter l'assistance internationale ainsi que le droit des Rohingyas à demeurer dans leur pays, le Myanmar. L’Union bouddhiste de France s’indigne publiquement de cette situation depuis de nombreuses années et a exprimé à de multiples occasions sa désapprobation la plus ferme.

Le CRCM Alsace ainsi que la CBA souhaitent que le gouvernement français fasse tout ce qui est en son pouvoir pour contribuer à mettre fin à ce conflit armé et aider à ce qu’une solution pacifique et négociée soit trouvée. Il semble essentiel de rappeler ici que ce conflit n’est en aucun cas une guerre des religions musulmane et bouddhiste mais que les racines sont à chercher sur des plans historiques et culturels.

Bouddhistes et musulmans de France se rejoignent dans la prière et expriment leur plus profonde compassion aux victimes de ce conflit. Ce n’est que par la paix et le dialogue que les situations les plus complexes peuvent trouver une issue satisfaisante aux différentes parties.

Lire aussi :
Olivier Wang-Genh : Les massacres de Rohingyas « ne sont pas liés à une guerre de religion islamo-bouddhiste »
Les bouddhistes de France condamnent les atrocités commises contre les Rohingyas
Birmanie : l'émotion autour des Rohingyas grandit parmi les musulmans de France





Loading














Recevez le meilleur de l'actu