Connectez-vous S'inscrire






Archives

Résistance irakienne : démonstration de force

Rédigé par Zaïri Rachid | Jeudi 24 Juin 2004

Après 14 mois d'occupation américaine en Irak, le bilan est amer pour la coalition qui a gagné une guerre éclair mais ne cesse de faire face à une hostilité toujours plus forte et organisée. Ce matin, Baaqouba, Falloujah, Ramadi et Mossoul ont été le théâtre de combats violents entre la guérilla, d'une part, et les forces américaines et les policiers, d’autre part. Un bilan, sans doute provisoire, faisait état de plus de trente tués en début de matinée. Des attaques et des affrontements simultanés dans ces villes du nord et de l'ouest sunnites laissent penser, selon certaines sources, à une opération commanditée par Zarkaoui…



Après 14 mois d'occupation américaine en Irak, le bilan est amer pour la coalition qui a gagné une guerre éclair mais ne cesse de faire face à une hostilité toujours plus forte et organisée. Ce matin, Baaqouba, Falloujah, Ramadi et Mossoul ont été le théâtre de combats violents entre la guérilla, d'une part, et les forces américaines et les policiers, d’autre part. Un bilan, sans doute provisoire, faisait état de plus de trente tués en début de matinée. Des attaques et des affrontements simultanés dans ces villes du nord et de l'ouest sunnites laissent penser, selon certaines sources, à une opération commanditée par Zarkaoui…

Baaqouba, au nord-est de Bagdad

Des attaques simultanées contre des commissariats de la police irakienne ont fait 19 victimes dans cette ville située au nord-est de Bagdad.

Selon des témoins, ces attaques ont été perpétrées au moyen de mitrailleuses et de grenades RPG. Les assaillants, dont beaucoup étaient cagoulés, ont ensuite sillonné les rues de la ville, prenant le contrôle de son principal carrefour.

Le réseau du jordanien Abou Moussab al-Zarkaoui a annoncé être à l'origine des opérations menées contre la police et l'armée américaine à Baaqouba, dans des communiqués qui lui sont attribués et distribués jeudi dans la ville.

Falloujah

Un hélicoptère américain a été abattu ce matin près de la ville de Falloujah. L'incident est intervenu lors de féroces combats entre Marines américains et des résistants irakiens non loin de la ville, à environ 60 kilomètres de Bagdad.

Cette dernière ville a été la cible de raids d'hélicoptères américains Cobra, dont l'un a été abattu et s'est posé en catastrophe.

Des échanges de tirs opposaient résistants sunnites et soldats US, provoquant la fuite de la population des quartiers sud de la ville, selon un correspondant de l'AFP et des témoins.

Les échanges ont commencé vers 07h30 (04h30 GMT) dans la zone industrielle située dans le sud de la ville, où des colonnes de fumée étaient visibles. Aucun bilan de pertes éventuelles n'était disponible dans l'immédiat.

Ramadi, à l’ouest de Bagdad

Des activistes ont lancé également des attaques simultanées sur des postes de police de Ramadi à l'ouest de Bagdad, tuant 17 personnes et en blessant 13 autres, ont déclaré des responsables hospitaliers.


Les assaillants ont fait usage de lance-grenades pour attaquer les postes de police de Ramadi, l'un des fiefs de l'insurrection situé dans le triangle sunnite dans la province d'Anbar à une centaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad, a précisé la police.

'Nous étions à l'intérieur du poste de police d'al-Kataneh et, tout d'un coup, on a entendu une très grosse explosion', a dit le lieutenant Ahmed Sami. 'Nous avons découvert un peu plus tard que ce poste avait subi des attaques de tous les côtés'.

Un autre groupe d'assaillants a attaqué le poste de Farouk avec également des lance-grenades. Dans une troisième attaque, les insurgés s'en sont pris à un bâtiment de l'administration, détruisant plusieurs voitures de police.

Mossoul, au nord de l’Irak

Quasi simultanément, plusieurs personnes ont été tuées et blessées dans un attentat à la voiture piégée devant un poste de police à Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak, selon la police.

On ignore le bilan exact de ces attentats, mais l'armée américaine indique qu'au moins un de ses hommes a été tué et que trois autres ont été blessés.

Un enregistrement attribué à Zarkaoui

Dans un enregistrement audio diffusé sur un site Internet, Zarkaoui a menacé de mort le nouveau Premier ministre irakien Iyad Allaoui.

La voix prêtée à celui que les Etats-Unis considèrent comme le principal agent opérationnel en Irak accusait Allaoui de collaborer avec l’occupant et d'être 'le symbole du mal et un agent des infidèles'.

'Quant à toi, Allaoui nous avons trouvé pour toi un poison efficace et un glaive sûr', lance l'auteur de l'enregistrement, dont l'authenticité n'a pu être vérifiée.

Iyad Allaoui, un Irakien de confession chiite soutenu en exil par la CIA sous le régime de Saddam Hussein, a été désigné fin mai pour diriger le gouvernement qui assumera à partir du 30 juin la souveraineté en Irak après quinze mois d'occupation.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu