Connectez-vous S'inscrire






Archives

Remaniement ministériel : 'On est dans les artifices', dénonce Julien Dray

| Mercredi 19 Mars 2008

Comme prévu après la défaite de l'UMP aux élections municipales, le président de la République Nicolas Sarkozy a procédé à un remaniement ministériel. Six nouveaux secrétaires d'états font ainsi leur entrée au gouvernement. Mais à gauche, le député de l'Essonne Julien Dray dénonce des "changements de compétences bizarroïdes".



Julien Dray, le porte-parole du Parti socialiste
Julien Dray, le porte-parole du Parti socialiste

Remaniement

Dès le lendemain du second tour des élections municiaples, le secrétaire général de l'UMP Patrick Devédjian parlait de remaniement ministériel "de petite importance". Deux jours après la défaite de son parti, le président de la République Nicolas Sarkozy a procédé à ce remaniement.

Ainsi, six nouveaux secrétaires d'états font leur entrée au gouvernement, tandis que certains ministres voient leurs attributions élargies ou changées.

Le ministre "d'ouverture" Eric Besson reste secrétaire d'état à la prospective et l'évaluation des politiques publiques, mais est en plus chargé de l'économie numérique. Anne-Marie Idrac, l'ancienne président de la SNCF, devient secrétaire d'état au commerce extérieur. L'ex-PDG d'Air France a été lui chargé du secrétariat d'état au développement de la "Région Capitale", à savoir le Grand Paris, un sujet qui tient à coeur au maire PS de Paris Bertrand Delanoë.

Nadine Morano, défaite lors des municipales à Toul, entre au gouvernement et est chargée du secrétariat d'état à la Famille, sous la tutelle du ministre du Travail Xavier Bertrand. Yves Jégo, le député-maire de Montereau et porte-parole de l'UMP, remplace lui Christian Estrosi, élu à Nice, à l'Outre-Mer. Le secrétariat d'état à l'aménagement du territoire échoue au député-maire de Toulon Hubert Falco.

Alain Joyandet, député de Haute-Saône, remplace Jean-Marie Bockel, le maire de Mulhouse, au secrétariat d'état chargé de la coopération et de la francophonie. Le maire de Mulhouse devient quant à lui secrétaire d'état aux anciens combattants en remplacement d'Alain Marleix. Ce dernier est chargé du secrétariat d'état aux collectivités territoriales.

Elu au Puy-en-Velay dès le premier tour des municipales, Laurent Wauquiez, jusqu'ici porte-parole du Premier ministre, devient secrétaire d'état à l'emploi. Elu également au soir du 9 mars à la mairie de Chaumont, Luc Chatel garde son poste de secrétaire d'état à l'industrie et à la consommation, et devient également porte-parole du gouvernement.

S'agissant des ministres, Christine Lagarde, chargée de l'Economie et des Finances, perd les finances et est chargée de l'industrie et de l'emploi. Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, y ajoutera désormais l'énergie.

Réactions à gauche

Pour le porte-parole du Parti socialiste Julien Dray, qui réagissait à ce remaniement ministériel, Nicolas Sarkozy "n'a pas pris la mesure et l'ampleur de ce qui s'est passé dimanche".

"Il s'agit d'une réorganisation technique", a ajouté le député de l'Essonne, qui estime que ce remaniement correspond à des "changements de compétences bizarroïdes" et des "transmissions de portefeuille ubuesques".

"On est dans les artifices. On attendait du président de la République qu'il s'exprime et qu'il tire des conséquences du vote au niveau de sa politique économique et sociale", a encore déclaré Julien Dray.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu