Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Ramadan : un député indien force un musulman à casser son jeûne (vidéo)

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 23 Juillet 2014



Ramadan : un député indien force un musulman à casser son jeûne (vidéo)
Scandale en Inde. La diffusion d’images d’un député nationaliste tentant de forcer un musulman à manger pendant le Ramadan a déclenché un tollé, mercredi 23 juillet, au Parlement indien.

Sur les images de télévision, Rajan Baburao Vichare s'est plaint, avec plusieurs autres députés, de la qualité de la nourriture qui leur a été servie et qui, par ailleurs, n'était pas suffisamment traditionnelle de l'Etat du Maharashtra dont ils sont originaires. C'est alors qu'il tente à plusieurs reprises de mettre un morceau de pain traditionnel indien (chapati) dans la bouche d’un responsable du service de restauration pendant une réception d'Etat donnée à Delhi.

Rajan Baburao Vichare est élu du Shiv Sena, un parti nationaliste hindou radical alliée du gouvernement de Narendra Modi. L'homme n'était pas seul au moment de son acte : il était entouré de 10 autres parlementaires de son mouvement politique. Shiv Sena a nié les accusations qui lui sont lancées, déclarant que la portée du geste n'avait rien d'anti-musulman. « Ce n'était qu'un geste de mécontentement contre la qualité de la nourriture » alors que « d'importants dignitaires » étaient présents à la réception, s’est défendu Rajan Baburao Vichare, sur la chaîne Headlines Today. Selon lui, « en faire une question religieuse n’a pas de sens ».

La société de restauration, filiale de la compagnie ferroviaire publique des chemins de fer indiens, Indian Railways, dans lequel est salarié Arshad Zubair, a immédiatement suspendu son service ce jour là, pendant plusieurs heures, en signe de protestation et a fait savoir que son employé avait été « profondément blessé » dans ses sentiments religieux. Le porte-parole du Congrès, Manish Tewari, a condamné les actes des députés et a appelé à sa condamnation : « C'est totalement répréhensible et cela doit être condamné de la façon la plus énergique qui soit ».

Dans un pays en proie à des affrontements réguliers entre hindous et musulmans, un tel incident pourrait raviver les craintes des musulmans et des autres minorités religieuses à l'encontre du gouvernement au pouvoir et la majorité, le Bharatiya Janata Party (BJP).






Loading












Recevez le meilleur de l'actu