Connectez-vous S'inscrire






Ramadan

Ramadan : la compatibilité des médicaments avec le jeûne

Rédigé par Dr Anas Chaker | Lundi 15 Juillet 2013



Ramadan : la compatibilité des médicaments avec le jeûne
Au cours du mois de Ramadan, on note souvent une altération de l’efficacité thérapeutique et cela est souvent dû à des problèmes d’observance médicamenteuse.

Ainsi, la prise médicamenteuse, après la rupture du jeûne, doit respecter les cinq paramètres suivants : une posologie adaptée, l’observance de la chronopharmacologie, le rythme d’administration, l’interaction avec les repas, la nature de l’effet thérapeutique. On recommande ainsi : pour les médicaments à prise unique, de les prendre juste après la rupture du jeûne ; pour ceux qui sont à prendre en deux fois, de répartir la prise entre la rupture du jeûne et le repas pris juste avant l’aube ; et en cas de prises multiples, de recourir de préférence aux formes à libération prolongée.

Le mieux est donc de toujours consulter son médecin traitant un mois ou plus avant le début du mois de Ramadan, afin de faire le point avec lui et d’opter pour un éventuel changement de traitement.

Les médicaments compatibles avec le jeûne

Gargarismes et aérosols buccaux, dentifrice, bain de bouche (à condition de ne pas avaler les produits utilisés) – crèmes, gels, pommades et patchs (mais pas le patch de nicotine) – gouttes ophtalmiques – gouttes et aérosols nasaux – aérosols broncho-dilatateurs (anti-asthmatiques) – injections intrarectales, suppositoires – injections sous-cutanées, intramusculaires et intra-articulaires – injections intraveineuses à but curatif – ovules gynécologiques et antiseptiques vaginaux – dialyse péritonéale.

Ramadan : la compatibilité des médicaments avec le jeûne
En partenariat avec :





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu