Connectez-vous S'inscrire






Société

Quinze tombes musulmanes profanées

Rédigé par El abed Fatima | Lundi 9 Août 2004

Des tombes musulmanes ont été profanées par des inscriptions néonazies, dans la nuit de jeudi 5 à vendredi 6 août, dans le cimetière militaire de Cronenbourg, à Strasbourg. Des croix gammées et des signes SS ont été tracés à la peinture grise et bleue sur quinze pierres tombales de soldats musulmans morts pendant la seconde guerre mondiale.



Des tombes musulmanes ont été profanées par des inscriptions néonazies, dans la nuit de jeudi 5 à vendredi 6 août, dans le cimetière militaire de Cronenbourg, à Strasbourg. Des croix gammées et des signes SS ont été tracés à la peinture grise et bleue sur quinze pierres tombales de soldats musulmans morts pendant la seconde guerre mondiale.

 

Un acte grave qui ne doit pas être classé sans suites

 

Les sépultures de soldats victimes des deux guerres mondiales ont été souillées de croix gammées, l'Alsace est encore une fois au centre de ce type de scandales de  profanations de sépultures. Dans la nuit de jeudi à vendredi, quinze tombes musulmanes du cimetière militaire du quartier de Cronenbourg à Strasbourg ont été souillées par des graffitis. C'est en ouvrant les portes de la nécropole militaire de Cronenbourg, où reposent 5483 soldats des deux guerres mondiales, que le gardien a découvert les graffitis.

 

Dans le carré musulman, des croix gammées et des signes SS étaient peints sur les pierres tombales. Une inscription 'HVE junior'a été trouvée sur le mur d'enceinte situé près du carré musulman. Ce signe, qui signifie Heimattreue Vereinigung Elsass ('Fidélité à la patrie alsacienne'), avait déjà été trouvé sur plusieurs des 55 tombes profanées le 24 juin au cimetière de Haguenau, dans le Bas-Rhin . Il fait référence à un groupuscule néonazi fondé en 1988 et qui a été dissous en 1993.

Le président de la République, Jacques Chirac, a fait part de sa 'plus vive condamnation'de ces actes de 'lâche profanation', dans une lettre adressée au président du conseil régional du culte musulman (CRCM) d'Alsace, Abdelhaq Nabaoui, et rendue publique vendredi 6 août. 'Au-delà de leur appartenance confessionnelle, je redis avec force qu'insulter la mémoire de soldats qui ont donné leur vie pour la patrie est une offense grave à l'ensemble des Français', a ajouté M. Chirac « Soyez assuré de la mobilisation de la force publique pour identifier et punir les auteurs de cette lâche profanation. J'exprime à l'ensemble des familles concernées, à la communauté musulmane et à ses responsables la solidarité de la nation», a-t’il également souligné. Le ministre de l'intérieur, Dominique de Villepin, a condamné 'avec la plus grande fermeté' cette profanation.

Le préfet de région Michel Thénault s'est rendu sur les lieux, accompagné de représentants de la communauté musulmane et a dénoncé cet acte «abject et méprisable». Quant au président du conseil régional d'Alsace, Adrien Zeller, il a appelé la population à collaborer et à aider la police à découvrir les coupables. Il envisage même une récompense de 15 000 à 18 000 euros pour tout informateur. Le recteur de la mosquée de Strasbourg, Abdellah Boussouf, a lancé pour sa part un appel solennel au président Jacques Chirac «pour qu'il assure la sécurité de tous les citoyens et notamment des musulmans, de plus en plus touchés par ces actes de vandalisme». 

A ce jour, aucun des auteurs n'a été retrouvé. Seul un adolescent a été mis en examen pour avoir tagué des croix gammées sur des tombes chrétiennes à Niederhaslach (Bas-Rhin) en mai.. Les investigations menées par les services d'enquête n'ont pas abouti à des pistes sérieuses.

 

Des actes qui s’ajoutent à ceux déjà commis

 

Cette nouvelle profanation s'inscrit dans une série d'actes racistes et islamophobes commis en Alsace depuis quelques mois et depuis quelques années déjà dans toute la France.

 Rappelons que le 5 mars2004 deux incendies criminels détruisent une salle de prière à Seynod en Haute-Savoie et endommagent la chaufferie de la mosquée d'Annecy. Le 31 mars 2004 un engin incendiaire est lancé contre la grande mosquée de Creil dans l'Oise, provoquant des dégâts limités. Le 5 avril 2004 quatre tombes musulmanes sont profanées dans le cimetière militaire de Cronenbourg, dans la banlieue strasbourgeoise. Le 16 avril 2004 une tentative d'incendie dans une mosquée de Haguenau (Bas-Rhin), dont la porte d'entrée a également été recouverte de croix gammées. Le 20 avril 2004 des croix gammées et l'inscription 'mort aux Arabes' sont apposées sur le portail et les murs d'une mosquée du quartier de la Meinau, à Strasbourg. Le 3 mai 2004 une mosquée en construction de Saint-Just-Saint-Rambert (Loire) est la cible de dégradations, d'inscriptions et de symboles racistes dont des croix gammées tracées sur la façade de l'édifice.

Le 12 juin 2004 une croix gammée et des inscriptions nazies sont découvertes sur un mur de la mosquée de Lens dans le Pas-de-Calais. Le 14 juin 2004 à Strasbourg, plus de cinquante tombes musulmanes sont profanées avec des inscriptions néo-nazies. Un appel au meurtre contre le président du Conseil régional du culte musulman, Abdelhaq Nabaoui, est également découvert sur un mur derrière les tombes. Le 17 juin 2004  plusieurs coups de feu sont tirés contre la mosquée d'Escaudain, près de Valenciennes, et des inscriptions racistes taguées sur les murs de l'édifice. Le 24 juin 2004 à Haguenau, des inscriptions néo-nazies sont découvertes sur une cinquantaine de tombes musulmanes d'un cimetière militaire, dont certaines ont même été renversées, suscitant une vague d'indignation. Le 26 juin 2004  la mosquée de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, est recouverte d'inscriptions islamophobes.

En janvier 2003 deux mosquées sont 'visitées' à Nîmes. Les locaux techniques, les bureaux sont saccagés et de l'argent est dérobé. Le 05 février 2003 à Quimper, des croix peintes en rouge sont découvertes à l'entrée d'une mosquée en construction.Le 26 mars 2003 un incendie détruit en partie une salle de prière musulmane dans le quartier populaire du Haut-du-Lièvre à Nancy. En novembre 2003  un incendie se déclare dans une mosquée de Dunkerque et deux croix gammées sont découvertes sur les murs extérieurs de l'édifice. En  décembre 2002 des bouteilles remplies de peinture bleue, blanche et rouge sont lancées sur la façade de la grande mosquée de Lyon. Un homme se présentant comme 'ancien d'Algérie' et tenant des propos anti-Arabes revendique l'action.

Autant d’actes qui traduisent le climat islamophobes qui règne en France, une situation inacceptable pour touts les  musulmans français offensés et blésés par tant de haine. Les enquêtes ne donnent rien en terme de résultat et l’indignation semble légère parfois de la part du gouvernement et de l’ensemble de la population française qui n’est pas solidaire face à tant d’actes racistes qui touchent à la dignité et aux valeurs humaines universelles.

 





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu