Connectez-vous S'inscrire






Archives

Quand la Chine part à la conquête de l’espace

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 13 Octobre 2005

C’est à bord d'un vaisseau Shenzhou VI que la Chine a envoyé, mercredi, deux hommes dans l'espace pour une mission de 5 jours. Des millions de personnes ont suivi en direct à la télévision le décollage de la fusée «Longue Marche», deuxième vol habité de l'histoire du pays.



La fusée Longue Marche 2F a décollé de la base spatiale de Jiuquan, en Mongolie intérieure, à 1000 km à l'ouest de Pékin, mercredi à 9 h00 (3h00 heure française).

«La réussite de ce vol habité entre à jamais dans l'histoire glorieuse du peuple chinois»

Shenzhou VI mis en orbite à 3h21, transporte deux spationautes (surnommés "taïkonautes" en Asie), Fei Junlong, 40 ans et Nie Haisheng, 41 ans, deux colonels de l'armée de l'air. "Je me sens très bien", a été le premier commentaire de Fei. La totalité du vol a été transmis en direct sur China Central Television.

«La réussite de ce vol habité entre à jamais dans l'histoire glorieuse du peuple chinois», a ajouté le chef du gouvernement Hu Jintao. Pour le Premier ministre Wen Jiabao présent sur la base de Jiuquan «C'est un succès total (...) le monde entier a pu voir le succès du vol habité Shenzhou VI».

Il y a presque deux ans jour pour jour, le 15 octobre 2003, le colonel Yang Liwei, 38 ans, devient le premier taïkonaute de l'Histoire. Shenzhou V, lancé par une fusée Longue Marche 2F, fait 14 fois le tour de la Terre à plus de 300 kilomètres d'altitude, en 21 heures, puis atterrit dans une plaine de Mongolie intérieure. La Chine était devenue le troisième pays à réaliser un tel vol, 42 ans après l'URSS et les Etats-Unis.

La mission Shenzhou VI a pour but de mener des expériences scientifiques en apesanteur.

"Promouvoir la science et la paix pour les peuples de la terre"

La mission Shenzhou VI est un projet important pour le prestige des dirigeants communistes de la Chine.

La prochaine étape, avec Shenzhou VII, probablement en 2007, devrait inclure des sorties dans l'espace. L'objectif à moyen terme de la Chine est de disposer d'une station spatiale avec d'importantes retombées civiles et militaires, puis à l'horizon 2017 d'envoyer un véhicule d'exploration sur la Lune pour récupérer des échantillons lunaires.

A ceux qui, aux Etats-Unis comme en Europe, redoutent une exploitation militaire du programme Shenzhou, contrôlé par l'armée, le Premier ministre chinois a répondu en se voulant rassurant. "L'entrée de la Chine dans le monde des expériences spatiales a un objectif entièrement pacifique et a pour but de contribuer à promouvoir la science et la paix pour les peuples de la terre", a assuré Wen Jiabao.

Le retour est prévu 119 heures plus tard sur les steppes de Mongolie intérieure.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu