Connectez-vous S'inscrire






Archives

Proche Orient : Un week-end d’indignations

| Lundi 31 Juillet 2006

Ce dernier week end de juillet a vu défilé dans les rues des plus grandes villes de France et du monde, plusieurs milliers de manifestants anti-guerre. Durant la journée du 30 juillet, les bureaux de l’ONU, à Beyrouth, ont été assiégés par des manifestants libanais protestant contre les raids israéliens particulièrement meurtriers à Cana, au Liban Sud. Sous la pression internationale, Israël accorde un répit de 48h aux libanais.



Une manifestante libanaise s'effondre à Paris
Une manifestante libanaise s'effondre à Paris

« Etat d’Israël, état criminel »

Ce samedi 29 juillet de 6 à 10 000 personnes, selon les sources, ont défilées dans les rues parisiennes. Les militants ont passés à plusieurs reprises le chant des partisans, symbole de la résistance française à l’occupation allemande : « Ami entends-tu Les cris sourds du pays Qu'on enchaîne (…) Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes (…) ». Youcef des Indigènes de la République qualifie ce parallèle de « très important, puisque aujourd’hui, les ennemis de la résistance tentent de la faire passer pour un mouvement uniquement confessionnel qui serait d’inspiration religieuse, terroriste même. Si nous sommes terroristes aujourd’hui, Jean Moulin devait l’être (…). Comme il ne l’était pas, nous nous revendiquons de lui et nous sommes des RESISTANTS ! » Il précise de plus que les peuples du monde l’ont bien compris puisque « D’Indonésie en Argentine, du Venezuela jusqu’en Inde, il y a eu de très nombreuses manifestations de soutien à la résistance libanaise. »

Dans les grandes villes de France ont donc été organisées « des manifestations (…) contre l’invasion du Liban et de la Palestine et contre la passivité de la communauté internationale à l’agression israélienne. » Des slogans tels que «Résistance, c’est la voie de l’existence », ou encore « Etat d’Israël, état criminel » ont semble t il résonné dans le monde entier ce week end. Dimanche, environ 5 000 personnes se sont réunies à Bruxelles pour demander à l’Europe d’agir en faveur d’un cessez-le-feu immédiat et sans conditions.



Proche Orient : Un week-end d’indignations

Les réactions après l’attaque de Cana

En Israël, environ 1500 personnes se sont rassemblées à Tel Aviv pour protester contre cette guerre, et particulièrement contre l’attaque du village du sud Liban, Cana, qui a fait plus de 60 morts en grande majorité des enfants.
A Beyrouth ce dimanche, les manifestants ont pris d’assaut la Maison de l’ONU. Ils ont saccagé une bonne partie de l'accueil et des bureaux, prenant aussi à partie les voitures des ministres libanais qui se rassemblaient pour une réunion d’urgence. Le Premier ministre libanais Fouad Seniora a condamné le raid israélien, disant qu' « un tel crime odieux contre nos civils ne brisera pas la volonté du peuple libanais. » Plusieurs milliers de Palestiniens sont descendus dans la rue, notamment a Gaza, associant leur résistance à celle du peuple Libanais. Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a fait part de son indignation.


Toute la communauté internationale s’est indignée de cette attaque, mise à part les Etats-Unis. Javier Solana, le haut représentant pour la politique étrangère de l'Union européenne, a condamné l'attaque. « Rien ne pouvait justifier cela » déclare t il dans un communiqué. Jacques Chirac a exprimé sa « consternation » et condamné « cette action injustifiable.» La Commission européenne, à Bruxelles, a jugé « horrible » la mort des civils et appelé à un cessez-le-feu « le plus tôt possible ». Même Londres, le plus fidèle allié des Etats-Unis, a qualifié le bombardement israélien d' « effroyable ».

Proche Orient : Un week-end d’indignations
Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a pour sa part demandé au Conseil de sécurité de l'ONU « de prendre ses responsabilités et de faire pression sur Israël pour mettre fin » à ces attaques « sauvages » et réclamé une enquête internationale « sur cette tuerie et sur les autres crimes de guerre commis par Israël au Liban ». La Ligue arabe enverra d’ailleurs, dès lundi une délégation au Liban afin d'expédier de l'aide humanitaire aux populations civiles. Le président syrien, Bachar al-Assad, a évoqué le « terrorisme d'État perpétré au vu et au su de la communauté internationale ». La Jordanie et l'Égypte ont elles aussi ajouté leur voix au concert d'indignation et réclamé un cessez-le feu immédiat.

Cette pression internationale pèse lourd sur les épaules de l’état hébreu et notamment sur celles des Etats-Unis. Cette pression aura fait céder le couple inséparable, du moins pour 48h. En effet, le porte-parole du département d'Etat américain Adam Ereli, a annoncé ce dimanche qu’Israël suspendait durant deux jours ces raids aériens. Deux raisons officielles : permettre une enquête sur les bombardements du village de Cana qui a causé plus de 60 morts civils, et permettre aux habitants du Liban Sud de migrer vers le nord.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu