Connectez-vous S'inscrire






Archives

Prix Sakharov pour la liberté de pensée : le chinois Hu Jia récompensé

| Vendredi 24 Octobre 2008

Le Parlement Européen a passé outre les pressions de la Chine en attribuant jeudi 13 octobre le prix Sakharov pour la liberté de pensée à Hu Jia, militant chinois et défenseur des droits de l'homme, des malades du Sida et de l'environnement. L'Europe partage ce choix, la Chine le condamne, qualifiant Hu Jia de " criminel ". Début octobre, celle-ci avait fait pression sur le comité du prix Nobel pour que Hu Jia ne soit pas récompensée.



Prix Sakharov pour la liberté de pensée : le chinois Hu Jia récompensé
Le Prix Sakharov pour la liberté de pensée à été décerné par le Parlement européen le 23 octobre dernier au dissent chinois Hu Jia, « au nom de tous les sans-voix de Chine et du Tibet » a déclaré Hans-Gert Pöttering, président du Parlement européen. Ajoutant que ce dernier rendait ainsi « hommage au combat quotidien pour la liberté de tous les défenseurs des droits de l’Homme en Chine».

Pressenti au début du mois pour le prix Nobel de la Paix, le militant Hu Jia, militant de la démocratie, défenseur de l’environnement et des malades du sida, s’était vu soufflé le titre le 10 octobre par le Finlandais Ahtisaari. A cette époque, la République populaire Chine avait déjà critiqué le choix du comité, et par conséquent Hu Jia.

Sans surprise, la Chine a condamné la décision du parlement européen. Pour Liu Jianchao, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, « Nous exprimons notre fort mécontentement envers la décision du Parlement européen d’accorder un tel prix, malgré nos démarches répétées, à un criminel emprisonné en Chine (…) ». Il parle également d’une « grossière ingérence dans les affaires intérieures chinoises », estimant néanmoins que l’attribution du prix n’affectera pas le sommet Asie-Europe (Asem), prévu le 24 octobre à Pékin.

Hu Jia, 35 ans, est actuellement en prison depuis avril dernier pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat » pour des propos publiés sur internet et des entretiens accordés à la presse étrangère. Malade du foie, il doit purger une peine de trois ans et demi de prison.

En France, plusieurs personnalités politiques se sont réjouies de la décision, dont Rama Yade, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux Droits de l’homme, qui réitère sa demande de libération de Hu Jia. L’organisation Reporters sans Frontières estime quant à elle que « l’Europe envoie un message très fort de solidarité et d’espoir aux prisonniers d’opinion chinois, dont Hu Jia est l’un des plus connus ».

Outre Hu Jia, l'opposant bélarusse Alexandre Kozouline et l'abbé congolais Abbot Apollinaire Malu Malu étaient en lice pour le prix Sakharov 2008. Décerné par le Parlement européen, le Prix récompense depuis vingt ans des personnalités ayant marqué de leur empreinte le combat en faveur des droits de l’Homme.

La récompense sera solennellement remise à Strasbourg le 17 décembre lors de la session du Parlement, qui sera également l’occasion de célébrer les 20 ans de ce prix, qui a honoré notamment l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, la militante birmane Aung San Suu Kyi, et l’ex secrétaire général de l’ONU Kofi Annan. Le prix est doté d’une somme de 50.000 euros.



Voir aussi : La dissidence chinoise pressentie pour le Prix Nobel de la Paix 2008.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu