Connectez-vous S'inscrire






Archives

Présidentielle turque: une épouse qui fait débat

| Jeudi 26 Avril 2007

Abdullah Gül a été désigné par le parti AKP comme candidat à la présidence turque. Le premier tour du scrutin se déroulera vendredi prochain au sein du Parlement, où l'AKP est majoritaire. L’actuel débat est dominé par la question de la laïcité puisque la femme du candidat à la présidentielle porte le voile.



Le couple Gül
Le couple Gül
La Turquie est de nouveau profondément divisée sur le délicat sujet du foulard dans la perspective du port par la prochaine Première dame du pays, considéré comme un symbole de l'islam politique.

Première First Lady à porter le voile?

Mardi, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a finalement renoncé à se présenter à la présidence au profit de son bras droit, le ministre des Affaires étrangères Abdullah Gül, qui sera le candidat de leur parti à l'élection dont le premier tour est prévu vendredi.

'Mon frère, avec qui nous avons créé ce mouvement, est apparu comme le candidat de notre parti pour devenir le 11e président de la République de Turquie à l'issue de nos consultations', a dit de M. Gül le Premier ministre au groupe parlementaire de son Parti de la Justice et du Développement (AKP, parti au pouvoir).

Les députés étant chargés de désigner le président, et l'AKP étant majoritaire au Parlement, Gül est quasiment certain de la victoire. Dans ce cas, son épouse deviendrait la première "First lady" de l'histoire turque à porter le foulard. Et à le revendiquer haut et fort...

Ce qui serait une sacrée victoire pour cette mère de trois enfants âgée de 42 ans, qui milite pour le droit des femmes à rester voilées dans les locaux gouvernementaux et sur les campus des universités, où la loi turque l'interdit.

Il s'agit d'une préférence, d'un droit individuel

M. Gül a déposé officiellement sa candidature et organisé une conférence de presse pour dire qu'une fois élu, il serait attaché aux principes laïques de l'Etat et pour demander aussi que l'on respecte sa femme, qui porte le voile.

'Il s'agit d'une préférence, d'un droit individuel. Tout le monde doit la respecter', a-t-il dit.

Elle avait fait appel devant la cour européenne des droits de l'Homme après s'être vue refusée l'inscription dans une université parce qu'elle portait le foulard.

Hayrunisa Gul a renoncé à cette plainte en 2004, disant vouloir éviter de porter préjudice à la carrière politique de son mari.

La Turquie attachée aux principes laïques

Cette possibilité de voir l’épouse de Abdullah Gül devenir la Première dame de la Turquie, divise le pays.

Même si son mari est considéré comme une personnalité politique modérée et respecté, le fait que son épouse porte le foulard, pose problème.

Le voile est considéré comme un signe ostensible de l'islam politique par l'establishement turc attaché aux principes laïques de la République.

Ahmet Necdet Sezer, président sortant, dont le mandat s'achève le 16 mai, est un défenseur fervent de la laïcité. Il a toujours fait en sorte que les épouses de ministres qui portent le foulard, comme Mme Gül ou la femme du chef du gouvernement, ne soient pas invitées aux dîners officiels.

Latife Ussaki, épouse de Mustafa Kemal Ataturk, fondateur de la Turque moderne et laïque, abandonna le port du voile alors qu'elle vivait au palais présidentiel.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu