Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Poursuivie pour racisme, une ex-ministre socialiste relaxée

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 20 Janvier 2016



Poursuivie pour racisme, une ex-ministre socialiste relaxée
Le tribunal correctionnel de Marseille a relaxé, mardi 19 janvier, Marie-Arlette Carlotti, députée socialiste de la 5e circonscription des Bouches-du-Rhône. Celle-ci avait été poursuivie pour injure publique à caractère racial par l'avocat Hacen Boukhelifa, qui avait déposé plainte contre elle en mars 2014.

Le militant socialiste reproche à l’ex-ministre socialiste aux Personnes handicapées sous la présidence de François Hollande d’avoir refusé de l’inscrire sur sa liste des municipales à Marseille, car elle aurait « déjà un candidat arabe de la diversité sur (sa) liste » et qu’il n’aurait « qu'à aller voir Samia Ghali (aujourd’hui sénatrice-maire socialiste de Marseille, ndlr) pour qu'elle le prenne sur sa liste dans les quartiers nord ».

Le tribunal a jugé que les propos incriminés avaient bien été tenus lors de l’inauguration de son local de campagne en janvier 2014, mais qu’ils n'avaient pas un caractère public. Pourtant, ils ont été déclarés, de l'avis de la cour, devant « un public d'élus, de candidats, de collaborateurs politiques, de militants, de sympathisants, tous unis par une communauté d'intérêts ». Elle a également estimé que les propos n'étaient « ni outrageants, ni injurieux ». « Dire d'une personne qu'elle est arabe ou la qualifier comme tel n'équivaut pas à lui prêter un défaut ou à lui adresser une invective », a tranché le tribunal.

Hacen Boukhelifa a fait appel du verdict. « La Cour d’Appel d’Aix-en-Provence aura donc à se prononcer de nouveau sur l’injure publique à caractère racial pour laquelle Madame Marie-Arlette Carlotti avait été mise en examen », a-t-il annoncé.

Lire aussi :
Racisme : une ex-ministre socialiste mise en examen




Loading














Recevez le meilleur de l'actu