Connectez-vous S'inscrire






Société

Pour une fondation Hamidullah

Rédigé par Bamba Amara | Jeudi 1 Mai 2003

Des admirateurs, des collaborateurs, des amis et des disciples du professeur Hamidullah se sont réunis pour un « Hommage à Hamidullah ».Le 17 décembre dernier le Professeur Hamidullah s’est éteint à l’âge de 95 ans à Jacksonville (Floride, USA). Au cours de sa longue carrière de chercheur et d’enseignant de l’Islam en France, il créa la première Association des Etudiants Islamiques en France (AEIF).Horizon Cultures et Civilisations (HCC) est une des dernières associations issues de l’AEIF. En collaboration avec le Conseil Musulman de Coopération en Europe, l’AEIF et HCC ont invité les fidèles de Hamidullah à un colloque ce samedi 26 mai à Saint-Denis (93), en Région Parisienne.



Des admirateurs, des collaborateurs, des amis et des disciples du professeur Hamidullah se sont réunis pour un « Hommage à Hamidullah ».  Le 17 décembre dernier le Professeur Hamidullah s’est éteint à l’âge de 95 ans à Jacksonville (Floride, USA). Au cours de sa longue carrière de chercheur et d’enseignant de l’Islam en France, il créa la première Association des Etudiants Islamiques en France (AEIF). Son objectif était alors d’accueillir et d’orienter les étudiants musulmans en provenance des anciennes colonies françaises. Horizon Cultures et Civilisations (HCC) est une des dernières associations issues de l’AEIF. En collaboration avec le Conseil Musulman de Coopération en Europe, l’AEIF et HCC ont invité les fidèles de Hamidullah à un colloque ce samedi 26 avril  à Saint-Denis (93), en Région Parisienne.

 

 

Loin des Salons Mondains, Libre des Institutions Officielles

Certains sont arrivés du Maghreb, d’autres viennent d’Espagne, d’Angleterre, de Belgique ou de l’Allemagne. La majorité des présents vient néanmoins de France, ils ont connu la personne, la pensée ou simplement l’influence du professeur Hamidullah. C’est donc dans la réflexion et la méditation qu’ils se sont donnés rendez-vous pour exprimer un hommage officiel à celui qui fut, pour beaucoup d’entre-eux, un maître spirituel discret et retiré du monde.

Lors de la première des quatre thématiques de la journée, une biographie succincte de Hamidullah fut tracée par M. Mohamed Rifki, universitaire et ancien président de l’AEIF. La pensée du professeur fut ensuite examinée de différents points de vue. M. Mohamad Mestiri directeur de l’Institut International de la Pensée Islamique en France s’est exprimé sur le « système de pensée dans l’œuvre de Hamidullah ». L’historien Mouloud Aouimeur a, quant à lui, précisé le contexte général de l’époque permettant d’appréhender la pensée du professeur.

La présence du Cheikh Issam Al Attar, éminent penseur et recteur de la Mosquée Bilal de Aachen (Allemagne), a considérablement contribué à clarifier l’importance du travail de préservation de la mémoire des penseurs musulmans en Europe.

M. Yahya Michot (Université d’Oxford) et M. AbdelHalim  Herbert (Anthropologue) ont fourni à l’auditoire des éléments d’une approche scientifique de l’influence de l’œuvre de Hamidullah.

Ces intervenants ont souligné, chacun à leur manière, la nécessité de saisir l’occasion de cette réunion pour méditer l’exemple de Hamidullah. La question d'une fondation Hamidullah fut abordée. En effet, un besoin de collecter et de préserver l’œuvre de celui qui fut le premier musulman à traduire le Coran en langue française à partir du texte arabe, est plus que nécessaire. Il y a aussi nécessité de réunir les traces des conférences qu’il a données et les centaines d’articles et livres qu’il a écrits.

Hamidullah fut un des précurseurs d’un enseignement de l’Islam dans la langue de Molière. Ce rôle qu’il a joué auprès de deux générations de musulmans français reste très méconnu. D’une part, sa réserve, sa modestie et son humilité légendaires s’opposaient à toute médiatisation de son œuvre. D’autre part, sa grande indulgence a laissé le champ libre à la cupidité de faussaires qui ont impunément reproduit et vendu ses livres sans son accord préalable. Hamidullah n’a jamais encouragé la démarche d’attaquer ces pirates du livre en justice.

Dans la dernière thématique consacrée aux témoignages, le professeur apparaîtra sous des aspects variés de sa personnalité sociale. Parfois austère, parfois drôle, Hamidullah est un maître érudit, attentionné et actif , particulièrement persistant dans ses amitiés.

Son existence entière fut consacrée à la recherche et à l’enseignement de l’Islam. Au soir de sa vie, fatigué par la maladie de l’âge, sa petite-nièce Sadida le recueillit en Floride. Elle quitta son travail pour s’occuper de lui. Hamidullah a choisi de vivre dans l’austérité et le renoncement. Il est décédé dans le dénuement, loin des mondanités et libre de toute attache avec les institutions officielles qui gèrent le patrimoine de l’Islam. Ne s’étant jamais marié et n’ayant pas d’enfant, il confiera à un de ses disciples qu’il a « oublié de se marier ».

 

Une fondation Hamidullah?

La disparition du professeur Hamidullah pose la question de la responsabilité de la communauté musulmane vis-à-vis des savants musulmans en Occident.

Le professeur s’est installé en France en 1947. Il y a passé l’essentiel de sa vie de chercheur et d’enseignant de l’Islam. Après avoir quitté le Sultanat d’Hyderabad (disparu depuis la création du Pakistan), où il est né le 19 février 1908, Hamidullah a vécu et étudié dans plusieurs pays. Notamment en Turquie, en Allemagne, en Italie. Parfaitement Polyglotte, il écrivait essentiellement en Français. Dans les années 70, au lendemain des événements de mai 68, dans l’ambiance de foisonnement spirituel qui secoue la jeunesse universitaire de l’Hexagone, il aura la tâche d’accueillir et d’accompagner de nombreux européens convertis à l’Islam. Pour cette génération et celles qui l’ont suivie, l’œuvre de Hamidullah reste un patrimoine islamique authentiquement européen. Le moment semble venu, pour ces musulmans de France et d’Europe de créer les structures pour protéger cette œuvre et faire connaître l’approche d’un Islam pleinement vécu dans le contexte de l’Europe.

 

Le dimanche 27 avril, au lendemain du colloque, quelques anciens de l’AEIF se sont retrouvés pour approfondir l’idée d'une fondation qui travaillerait à protéger ce patrimoine islamique européen. De la poursuite et de l’élargissement de cette concertation, en marge du colloque, dépendra la perpétuation de l’enseignement du regretté Hamidullah.

 

 






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu