Connectez-vous S'inscrire






Economie

Plan Raffarin 2006 : Chercher les économies partout

Rédigé par OURABAH Sofiane | Mercredi 24 Septembre 2003

Jean-Pierre Raffarin a un plan d'action. Détaillé hier matin, son « plan horizon 2006 » fixe le cap pour les trois années à venir. Devant les parlementaires UMP, il a prôné 'la République du bon sens' , face aux 'épreuves', en détaillant son programme d'action gouvernementale pour les trois prochaines années, intitulé 'agenda 2006'.



Jean-Pierre Raffarin a un plan d'action. Détaillé hier matin, son « plan horizon 2006 » fixe le cap pour les trois années à venir.  Devant les parlementaires UMP, il a prôné 'la République du bon sens' , face aux 'épreuves', en détaillant son programme d'action gouvernementale pour les trois prochaines années, intitulé 'agenda 2006'.

 

Aperçu de l’agenda 2006

Selon le premier ministre,  l'agenda 2006 doit 'libérer la France des insécurités physiques, économiques et sociales', a-t-il martelé, en estimant que 'nous vivons dans un monde où les insécurités sont montantes'.

Il a détaillé dix grands dossiers de travail -dont 'quatre déjà engagés'-, s'engageant sur une 'grande loi' sur l'emploi 'avant Noël', sur la réforme du système de santé en 2004, sur plus de moyens pour la sécurité et sur un retour des déficits français dans les clous du Pacte de stabilité en 2005.

 

Défendant son action, Raffarin a une nouvelle fois justifié «la baisse des impôts» en expliquant qu'il s'agissait ainsi de «revaloriser le travail», «une priorité économique majeure», car selon lui, fidèle à ses idées, la baisse des impôts impliquerai une hausse de l’emploi par le fait que les entrepreneurs seront plus « motivés » à embaucher.

A propos de l'augmentation du gazole, il a fait valoir que cette hausse était nécessaire «pour l'investissement ferroviaire». Enfin, en matière de sécurité il a confirmé son objectif: faire «reculer de 20% la délinquance en 2006 par rapport à l'année 2002», tout en rappelant que  «nos prédécesseurs ont fait progresser la délinquance de 10% en cinq ans».

 

 

Les autres priorités

- Concernant la santé, le premier ministre prévoit  3 000 médecins et 12 000 infirmières manquants à l’appel. Résultat, il a promis plus de moyens matériels et humains pour l’hôpital. Après les morts de la canicule, il s’est réengagé à débloquer 10 milliards d’euros d’ici à 2007, « dont 10 % seront affectés aux urgences ».

 

- Sur la question de la drogue, le gouvernement compte « réformer la loi de 1970 » concernant la consommation de drogues, en mettant l’accent sur « une graduation des peines » à propos du cannabis. « Contravention modeste » pour le fumeur de joint occasionnel, « sanctions fortes » pour les dealers. Pour l'instant, aucune précision n'a été donnée sur les peines, ni sur les amendes. Il prévoit aussi « une campagne nationale de prévention » contre la fumette. Précisons que la taxe sur les cigarettes augmentera.

 

- La sécurité routière est une priorité majeure du gouvernement, la peur du gendarme paie ; résultat:1 200 morts de moins au volant en un an. Du coup, l'on continue avec mille radars automatiques supplémentaires d’ici à fin 2004.


- Aucune action concrète pour l'Ecole . Seule annonce de poids : l’obligation de savoir lire dès l’entrée en CE2, sous forme d’une « évaluation ». Il s’est également opposé au port du voile en classe. Avec au besoin, une loi pour faire respecter cette interdiction.

 

-L’emploi est aussi très négligé dans ce plan, même si l'on parle de ' grande loi ' pour l'emploi. En effet, monsieur Raffarin compte uniquement sur la baisse des impôts pour 'revaloriser le travail'  et compte diminuer voire supprimer, à terme, l'indemnisation chômage, un boulet (économique)  en moins pour l'Etat et une relance de motivation à la recherche de l'emploi.  Il compte tout de même «  sauver Alstom. » L’Etat devrait verser 800 millions d’euros pour éviter le dépôt de bilan au constructeur et à ses 118 000 salariés.

 

L'objectif principal  reste celui de faire des économies. Certes un tel objectif est louable, cependant quelles populations seront les victimes de ces économies et  quels sont ceux qui rempliront les comptes de l'Etat alors que l'on sait que les riches profitent de la baisse des impôts ? C'est le français modeste qui paiera plus cher  sont gazole ou encore le pauvre chômeur qui sera privé de ressources pour sa consommation personnelle.     Le  chef du gouvernement est determiné et  s'est dit 'prêt à travailler avec le Parlement pour faire des économies' ,  'Nous allons chercher les économies partout'.

 

Raffarin y croit de tout coeur à son projet et, certainement,  les perspectives  depassent 2006 : 'Je suis convaincu que nous récolterons prochainement les fruits de notre travail. Si je veux réussir 2006, c'est pour que vous puissiez gagner 2007' a t-il annoncé.

 

 

 

 





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu