Connectez-vous S'inscrire






Religions

Père Michel Lelong : 'Je ne peux pas accepter qu'au nom de la liberté de la presse, on puisse attaquer les religions'

Rédigé par Propos reccueillis par Assmaâ Rakho Mom | Vendredi 4 Avril 2008

Dimanche 30 mars, entre 14h et 19h, l'Association des musulmans de Seine-Saint-Denis (AMS) célébrait à la Bourse départementale de Bobigny (93) l'anniversaire de la naissance du prophète Mohammed. L'occasion pour Saphirnews de rencontrer l'un des intervenants de la journée, à savoir le Père Michel Lelong, spécialiste du dialogue islamo-chrétien et auteur de nombreux ouvrages sur ce sujet. Entretien.



Père Michel Lelong
Père Michel Lelong

Saphirnews : Pourquoi avez-vous choisi d'intervenir durant cette journée de conférence alors que vous aviez d'autres rendez-vous de prévus ?

Père Michel Lelong : Quand mes amis m'invitent et que je peux y aller, j'y vais avec joie. Et si je suis venu c'est que j'ai un très bon ami qui travaille au Secours Islamique et qui m'a incité à participer. J'ai vu le thème et j'ai vu qu'il était question de parler du prophète de l'islam, et en ce moment la presse occidentale a malheureusement repris des jugements et commentaires sur le Prophète, et je ne peux pas accepter qu'au nom de la liberté de la presse -que je respecte-, on puisse attaquer les religions.

Je trouve qu'on est extrêmement injuste et on ne peut pas accepter ce genre d'attitude. C'est la raison pour laquelle je me suis libéré d'une autre obligation pour pouvoir venir ici. Je voulais témoigner en tant que chrétien. Je suis solidaire des musulmans quand certains européens se permettent de dire sur l'islam des choses inacceptables, de même que parfois ils disent sur le christianisme des choses inacceptables.

Comment vous situez-vous en tant que chrétien par rapport à la vie et au personnage du prophète de l'islam ?

P. M. L. : En tant que chrétien catholique, je ne peux pas adhérer adhérer à la foi musulmane, je ne peux pas avoir sur le message coranique et sur le prophète de l'islam la même attitude que les musulmans, pour la bonne raison que dans le Coran il y a des affirmations qui ne sont pas conformes à ma foi chrétienne. Mais, de même que les musulmans respectent Jésus et Marie, mère de Jésus, de même moi je respecte le message coranique et le prophète de l'islam. Il y a un patrimoine spirituel commun et des valeurs communes aux deux religions.

Que pensez-vous de l'initiative des 138 dignitaires musulmans et pouvez-vous nous éclairer sur ce qui se prépare pour la réunion de novembre prochain au Vatican ?

P. M. L. : C'est un geste extrêmement important et historique. Cette lettre est venue à la suite de difficultés et notamment du discours du Pape à Ratisbonne, qui avait créé un malaise. Je trouve que là les musulmans ont été très bien, de ne pas vouloir rester sur un malentendu et de dire "il faut se parler !" Donc cette initiative est remarquable.

Je connais beaucoup des signataires de cette lettre et je suis très heureux de voir qu'elle n'est pas adressée qu'au Vatican mais à tous les responsables chrétiens. En ce qui concerne les catholiques, j'ai constaté avec joie que le Vatican, par la voix de Mgr Tauran, chargé des relations islamo-chrétiennes et du cardinal Bertone, le secrétaire d'état, le Pape a répondu de façon très positive et a donc délégué des responsables catholiques pour préparer une rencontre qui aura lieu au mois de novembre. C'est vraiment une étape très importante dans l'histoire des relations entre l'Eglise et l'islam

Enfin comment avez-vous vécu la construction et l'inauguration de la première église du Qatar, quelques jours avant Pâques ?

P. M. L. : C'est un événement très positif et il faut le souligner car trop souvent la presse, arabe et occidentale, ne traite que de ce qui est négatif dans les relations islamo-chrétiennes. Tout ce qui est positif n'est pas assez connu et souligné.

A ce propos, peut-être avez-vous entendu parler d'un événement qui est plutôt négatif. A Rome, il y a quelques jours, le Pape a baptisé un journaliste Egyptien qui, dit-on, était musulman et est devenu chrétien. La liberté de choix est tout à fait respectable. Mais ce qui est extrêmement regrettable dans cette affaire c'est que, dès le lendemain de son baptème, ce journaliste a fait dans la presse italienne un article absolument inacceptable, où il a parlé de la religion musulmane de manière tout à fait fausse et injurieuse. Cela a donné l'impression à certains observateurs que le Pape a voulu baptiser un homme qui est contre l'islam. Or, je peux vous dire que le Pape n'est pas du tout contre le dialogue islamo-chrétien, au contraire.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu