Connectez-vous S'inscrire






Société

Passe ton bac !

Un diplôme très prisé

Rédigé par Haroun Ben Lagha | Jeudi 18 Juin 2009

Pour certains l’heure est à la panique, pour d’autres il faut être serein. Et même si quelques-uns n’y croient pas, tous se sont donné rendez vous ce matin pour l’épreuve reine du baccalauréat : la philosophie. 622 322 candidats – le plus jeune a 13 ans, le plus âgé en a 79 – , se sont lancés dans l’aventure cette année. Un an de préparation, des semaines entières de révisions pour décrocher « LE bout d’papier ». Mais quel morceau de choix que ce diplôme, qui fêtait ses 200 ans en 2008 !



Passe ton bac !
« Que gagne-t-on à échanger ? », « Est-il absurde de désirer l’impossible ? »... Voilà comment en ce jeudi 18 juin a débuté la journée de milliers de lycéens français : par des considérations philosophiques ! Quatre heures d'intense réflexion et le choix entre plusieurs sujets, pour espérer repartir avec le fameux sésame.

C’est une véritable institution. Le diplôme, créé ou plutôt réformé en 1908, à l’initiative de Napoléon, est devenu incontournable. Pour beaucoup de lycéens, c’est un passage vers des études supérieures. Pour les « bac pro », c’est l’occasion d’en finir avec l’école, l’heure d’entrer dans la vie active, avec pour passeport : une solide formation professionnelle.

De multiples possibilités d'orientation

95 % des lauréats du bac général s'inscrivent dans une formation supérieure. L'université est bien souvent la suite logique pour les candidats ayant décroché leur diplôme, mais les possibilités sont multiples. Il y a ceux qui, chaque année, décident d'en finir aussitôt avec les études. Il y a aussi ceux qui intègrent une classe préparatoire ou encore un BTS (brevet de technicien supérieur) ou un DUT (diplôme universitaire de technologie), ces formations sont dispensées sur deux ans.

Le choix de l'orientation dépend en premier lieu du type de baccalauréat obtenu, mais cela n'est pas une vérité absolue. Ainsi, nombreux sont les titulaires d'un bac général qui s'inscrivent dans l'une des sections technologiques proposées dans l'enseignement supérieur. Celles-ci ont l'avantage de permettre une insertion rapide en milieu professionnel.

Un bac, des bacs

Le bac se décline en trois filières principales comprenant chacune plusieurs séries. Le plus connu est le baccalauréat général. il comprend trois séries : scientifique (S) ; littéraire (L) ; économique et social (ES). Malgré le prestige du bac général, l'insertion professionnelle passe obligatoirement par la poursuite d'études supérieures.

Le bac technologique, lui, subdivisé en sept séries, permet une approche plus rapide et plus pragmatique du milieu professionnel. Il comprend entre autres une série industrielle, une série tertiaire ou encore des séries agronomie ou hôtellerie.

Enfin plus méconnu mais ô combien valorisé du côté des entreprises : le baccalauréat professionnel, qui compte environ une cinquantaine de spécialités, est à lui seul un passeport plus rapide pour l'emploi. Il fait de son titulaire, dès que celui-ci quitte l'école, un technicien totalement opérationnel. Le « bac pro » rassemble aussi bien les métiers du bois que ceux de la photographie ou encore de l'aéronautique et de la comptabilité.

Ce matin, à Aubervilliers, les candidats au bac se sont rendus à l'épreuve de philosophie.
Ce matin, à Aubervilliers, les candidats au bac se sont rendus à l'épreuve de philosophie.

Stresse pas !

C'est donc bel et bien l'avenir des candidats qui se joue dans la course au baccalauréat. Rien d'étonnant à ce que le stress s'attaque de manière récurrente aux prétendants au diplôme.

Anissa a bien révisé, elle a fourni un travail régulier toute l'année, mais juste avant de passer son bac ES, elle est rattrapée par l'incertitude inhérente aux examens et concours : « Ce qui me fait peur, c'est l'économie et l'anglais. J'ai bien progressé durant l'année mais j'appréhende encore un peu. » L'ambition de la lycéenne est d'intégrer, après une classe préparatoire, la prestigieuse grande école HEC.

Francesco, lui, est moins inquiet. C'est la deuxième fois qu'il passe le bac S : « J'espère que cette fois-ci, c'est la bonne. Il y a toujours du stress mais j'ai déjà vécu ça l'an dernier, j'y vais plus tranquillement cette année. »

Déborah, elle aussi candidate au baccalauréat, littéraire cette fois-ci, a un secret pour bien aborder l'épreuve : « Je me couche tôt, j'essaye de bien dormir. Ça fait une semaine que je me couche tous les soirs à 21 heures. »

Sans doute, le stress en a poussé d'autres à commettre des actes insensés. Mardi 16 juin, trois élèves de terminale du lycée Romain-Rolland d'Argenteuil ont tenté, ni plus ni moins, de s'introduire dans le bureau du chef de l'établissement pour y subtiliser les sujets. Ils n'ont finalement pas réussi à se procurer les documents tant convoités, et, surtout, ils finiront l'année en conseil de discipline... juste après avoir passé leurs épreuves du baccalauréat.

Le business du bac

Tous ces lycéens, stressés ou non, sont effectivement soumis à l'incertitude du résultat. Mais les 100 % de réussite ne sont pas l'apanage des élèves. C'est pourtant une réalité pour... tous ceux qui commercialisent des produits et services liés, de près ou de loin, au baccalauréat ! Ainsi les éditeurs d'annales ou encore encore les sociétés proposant des cours de soutien scolaire tirent facilement leur épingle du jeu. Selon une enquête de l'institut Ipsos, 80 % des parents sont prêts à payer des cours pour combler les lacunes ou améliorer les performances de leurs enfants. Les familles dépensent en moyenne 1500 euros par an en soutien scolaire pour s'assurer de la réussite de leurs enfants.

Phénomène de plus en plus visible depuis ces cinq dernières années, le marché des compléments alimentaires, fabriqués par les industries pharmaceutiques, se développe de plus en plus. Les plantes pour la sérénité ou bien le magnésium pour la mémoire s'arrachent comme des petits pains... pour le plus grand bonheur des pharmaciens !

Une chose est sure : si le bac est une épreuve pour les lycéens, c'est la garantie d'une confortable rente annuelle pour les professionnels de plus d'un secteur économique !




Un diplôme de tradition

Le « bachot » – nom que l'on donnait au bac jusqu'à une époque pas si lointaine – est un enjeu majeur pour les lycéens français. Dans toutes les sociétés, il existe des rites d'initiation destinés à marquer le passage à l'age adulte. Le bac, c'est un peu cela pour les candidats. Les Suisses, par ailleurs, n'ont-il pas baptisé leur équivalent du bac « certificat de maturité » ? Le bac est souvent perçu comme une tradition franco-française par excellence, son succès ne s'est jamais démenti : le nombre de ses candidats n'a cessé de croître depuis sa création.

Depuis les 21 bacheliers de 1808, les temps ont bien changé. La session de 1995 a connu un pic d'affluence : ce ne sont pas moins de 650 000 candidats qui ont tenté d'obtenir leur diplôme.
La première épreuve écrite date de 1830 et, dix ans plus tard, en 1840, apparaissaient les désormais fameuses mentions « assez bien », « bien » et « très bien ». La première femme à passer le bac l'obtient en 1861, mais la gent féminine devra attendre les années 1920 pour qu'enfin ce diplôme s'ouvre plus largement à elle.

Le bac est une institution aujourd'hui tellement symbolique que les réformes sont distillées au compte-goutte. Toute proposition de changement provoque systématiquement une levée de boucliers dans les rangs du corps enseignant. Rien d'étonnant à ce que la proposition du ministre de l'Éducation nationale, Xavier Darcos, visant à créer un baccalauréat général commun avec choix d'options, ait connu, jusqu'à présent, un échec cuisant.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu