Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Pas de portable pour les enfants à Noël

| Vendredi 15 Décembre 2006



A dix jours de Noël, une association familiale et des scientifiques indépendants exhortent les parents à ne pas offrir de téléphone portable à leurs enfants.

"N'achetez pas de portable à vos enfants de moins de 15 ans", a lancé jeudi Michèle Rivasi, la présidente du CRIIREM (Centre de recherche et d'information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques) lors d'une conférence de presse donnée au siège de Familles de France, à Paris.

D'après cette association, 25% des enfants de 10 ans et 80% des enfants de 15 ans possèdent un portable. Or plusieurs études médicales suggèrent qu'ils sont plus sensibles que les adultes aux effets des ondes électromagnétiques.

"La boîte crânienne d'un enfant de cinq ans est beaucoup plus mince; le cerveau d'un enfant a beaucoup plus d'eau que le cerveau d'un adulte", note Michèle Rivasi, qui avait créé la CRIIRAD (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) en 1986 après Tchernobyl, et qui a fondé le CRIIREM il y a un an et demi.

Elle dénonce l'insuffisance voire l'absence d'informations sur les ondes émises par les téléphones portables. "On est en train d'utiliser nos enfants comme des cobayes!", s'inquiète-t-elle.

Pourtant, un décret du 3 octobre 2003 impose aux fabricants de préciser dans la notice le Débit d'absorption spécifique (DAS). "C'est la quantité d'énergie que votre portable va émettre", explique Michèle Rivasi. Actuellement, les téléphones commercialisés en France ne doivent pas dépasser les 2W/kg (watts par kilo) pour la tête et le tronc, les 4W/kg pour les autres parties du corps.

"Il faut limiter la quantité d'énergie reçue au niveau du cerveau", préconise la présidente du CRIIREM. "Plus le DAS est faible, plus les risques sont faibles".

Mais le DAS sonne souvent aux abonnés absents. Il apparaît rarement sur les documents commerciaux et publicitaires. Quand il n'est pas mensonger, accusent Familles de France et le CRIIREM. Selon eux, les téléphones de troisième génération affichent un DAS qui ne prend en compte que les ondes classiques, et pas celles liées à une utilisation UMTS ou WiFi.

D'autres appareils sont commercialisés sans que soit précisé leur DAS, alors qu'ils émettent des ondes électromagnétiques. C'est le cas des interphones bébé, des téléphones sans fil et des oreillettes Bluetooth.

Il ne faut pas confondre ce dernier accessoire avec l'oreillette classique, dotée d'un fil, qui est recommandée pour éloigner le téléphone de la tête. Pour "les gens qui utilisent plus le portable au niveau de l'oreille droite, les risques de déclencher un neurinome (tumeur du nerf auditif) sont plus importants sur l'oreille droite", avertit Michèle Rivasi.

Sur le Net: http://www.criirem.org





Loading












Recevez le meilleur de l'actu