Connectez-vous S'inscrire






Archives

Parti des Musulmans de France

Rédigé par Mom Nicolas | Vendredi 2 Janvier 2004

Polémique, le parti des musulmans de France déchaîne les passions. Pris dans l’étau médiatique, le PMF suscite un regain d’antipathie chez la plupart des journalistes. Décrié comme antisémite et communautaire, ce parti est un pavé dans la marre politique française. Né en alsace lorraine, il voit le jour au cœur des controverses autour de l’islam en France en 1997. Avec l’apogée des massacres en Algérie par le GIA, la guerre civile algérienne s’extrapole en France. Bien avant le « 11 septembre », l’attentat du métro à la station St Michel et l’affaire Khaled Kelkal fait, déjà, battre son plein à l’amalgame entre musulman et terroriste…



Polémique, le Parti des Musulmans de France déchaîne les passions. Pris dans l’étau médiatique, PMF suscite un regain d’antipathie chez la plupart des journalistes. Décrié comme antisémite et communautaire, ce parti est un pavé dans la marre politique Française. Né en Alsace -Lorraine, il voit le jour au cœur des controverses autour de l’islam en France en 1997. Avec l’apogée des massacres en Algérie par le GIA, la guerre civile algérienne s’extrapole en France. Bien avant le « 11 septembre », l’attentat du métro à la station St Michel et l’affaire Khaled Kelkal  fait, déjà, battre son plein à l’amalgame entre musulman et terroriste…

 

Assis autour d’une table, dans un café parisien à Châtelet-les-halles, Ali, Michel, Fathallah, et Samir tout quatre membres de PMF discutent au sujet de leur parti. Ali, 27 ans, est étudiant en Science politique et est responsable de la communication de la prochaine manifestation que PMF organise samedi 17 Janvier. L’appel à la manif est sans détour : « contre une loi excluant les musulmanes voilées ». Le parti des musulmans de France concentre essentiellement toute son énergie sur des revendications claires concernant  l’actualité internationale, en particulier. Les conflits en «Palestine occupée », ou encore la guerre en Irak de cette année sont leur principal cheval de bataille. Mouvement clairement «anti-impérialiste américano-sioniste», ils affichent la couleur. Antisémite ? A cette question, Ali répond : «On ne peut pas faire le choix d’aimer ou de ne pas aimer un homme par rapport à une appartenance ethnique. C’est tout à fait incompatible avec nos valeurs religieuses d’être antisémite.» Par contre, PMF est clairement et sans détour antisioniste. «Parce que le sionisme est purement et simplement un mouvement colonialiste et raciste» soutient il.

 

«Ce n’est pas un parti islamiste mondial, mais de gens qui vivent dans la société française»

 

PMF n’a pas de programme défini. Michel, 47 ans, syndicaliste, avoue que ce mouvement est né «d’une réaction d’auto défense». Nous sommes en 1997 et les législatives se préparent à l’horizon quand PMF surgit en Alsace-Lorraine. « Des jeunes gens adressent à leur imam leur souci de vouloir s’exprimer. Parler des problèmes et des solutions qu’ils attendent de nos hommes politiques », explique Ali. C’est en plus dans un contexte où les massacres en Algérie font rage et où « les médias se déchaînent  avec ce qui se passe en Algérie. Les musulmans commencent à être montrés  du doigt. L’anathème sur les musulmans est jeté» renchérit il. Un mouvement réactionnaire certes mais qui est apparu comme une nécessité aux yeux de ses membres. Ainsi pour Fathallah, PMF «était la structure la mieux pour moi, pour m’exprimer en tant que musulman et en tant que français ». Et Samir ajoute «ce qui nous intéresse, c’est d’affirmer l’universalité de l’islam qui est compatible avec la société française et qui ne doit pas être absorbé.» Michel lui, veut préciser que «ce n’est pas un parti islamiste mondial, mais de gens qui vivent dans la société française, qui ont leur mot à dire. Le choix de PMF à sa création a été d’intervenir dans le champs politique et y compris d’intervenir d’une certaine manière dans le champs électoral.»

 

La prochaine action du Parti des Musulmans de France est programmée pour le samedi 17 janvier à 14h à République. «Une manifestation nationale qui se propose de faire venir des quatre coins de la France  des musulmans et des non musulmans qui sont préoccupés par ce gros problème. Parce que si PMF est pour nous une alternative souhaitable pour les musulmans  de pouvoir s’exprimer sur la scène politique, c’est également une chance pour la France de pouvoir trouver un interlocuteur que je pense valable, et  qui quelque part regrouperait la sensibilité des musulmans de France.» conclut Ali.

 





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu