Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Palestine: le Hamas accepte un plan de paix sous condition

| Mardi 22 Avril 2008



Le Hamas accepte l'établissement d'un Etat sur les territoires palestiniens occupés en 1967 par Israël mais ne reconnaîtra pas l'Etat juif, a déclaré lundi le chef du bureau politique du mouvement Hamas, Khaled Méchaal. Confirmant des propos tenus par l'ancien président américain Jimmy Carter, qui a eu deux entretiens à Damas ce week-end avec la direction en exil du Hamas, Méchaal a affirmé que son mouvement "respecterait la volonté nationale palestinienne, même si elle va à l'encontre de ses convictions".
"Nous acceptons un Etat sur la ligne du 4 juin, avec Jérusalem pour capitale, une véritable souveraineté et le droit complet de retour pour les réfugiés, mais sans reconnaître Israël", a déclaré Méchaal à des journalistes en faisant référence aux frontières d'avant la guerre de 1967.
Washington, qui refuse d'avoir affaire au Hamas et n'a pas soutenu la mission de Carter, a dit ne voir là aucune modification de la position du mouvement islamiste.
"Il faut examiner les propos publics et il nous faut aussi examiner les actes, et les actes parlent plus fort que les mots", a commenté Dana Perino, porte-parole de la Maison blanche.
Un porte-parole du gouvernement israélien a eu une réaction similaire.
"Israël est pris quotidiennement pour cible par des barrages de roquettes tirés du territoire sous contrôle du Hamas dans la bande de Gaza. Israël ne voit aucun changement dans les positions extrémistes du Hamas", a déclaré David Baker, porte-parole du Premier ministre Ehud Barak.
Carter a déclaré dans un discours à Jérusalem avoir reçu du Hamas l'assurance qu'il se rallierait à un accord de paix négocié par le président palestinien Mahmoud Abbas à condition que les Palestiniens l'approuvent par référendum.
"Cela signifie que le Hamas n'entravera pas les efforts d'Abbas pour négocier un accord et que le Hamas acceptera un accord si les Palestiniens donnent leur approbation lors d'un vote libre", a ajouté Jimmy Carter à Jérusalem.




Loading












Recevez le meilleur de l'actu