Connectez-vous S'inscrire






Archives

Palestine: la riposte du Hamas met fin à la trêve

| Samedi 10 Juin 2006

Sept civils palestiniens qui pique-niquaient en famille sur une plage de Gaza ont été tués hier vendredi par l'explosion d'un obus israélien. La presse publie la photo d'une fillette rescapée, debout dans le sable et hurlant sa douleur près du cadavre de son père. Pour la première fois depuis un an et demi, l'aile armée du Hamas a revendiqué des tirs de roquettes sur des positions israéliennes.



Cette nouvelle bavure de l'armée israélienne intervient à la veille d'une tournée européenne du nouveau Premier ministre israélien, Ehud Olmert, attendu à Londres et à Paris. Fait rare dans le rapport d'Israël à la Palestine, le ministre de la Défense, Amir Peretz, a adressé un message de « regret » à Mahamud Abbas sans attendre les conclusions de l'enquête interne de l'armée, sur la mort des civiles. Il invite M. Abbas à empêcher les tirs de roquettes sur Israël et promet qu'Israël évitera ce type de bavure à l'avenir.

Les réactions


L'embarras est aussi du côté américain où des « regrets » ont été exprimés hier vendredi après quelques hésitations. Washington n'a cependant pas condamné le bombardement israélien. Evoquant le sujet, le porte parole du département d'Etat, Sean McCormack, a déclaré: « Je dirai ce que j'ai déjà dit: Israël a le droit de se défendre. En même temps, nous encourageons Israël à réfléchir aux conséquences de ses actes ».

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG), l'Egypte, la Jordanie et la Russie jugent le bombardement israélien « inacceptables ». Paris déplore leur caractère « caractère disproportionné. »

Côté palestinien, le Premier ministre Islamïl Haniyeh s'est rendu à l'hôpital de Shiffa dans la ville de Gaza, aux côtés des rescapés du bombardement. « Ceci est manifestement un crime horrible » a-t-il déclaré précisant que 16 Palestiniens ont été tués et 50 autres blessés durant les dernières 24 heures.

Très peu médiatisées, à moins d'être spectaculaires, les opérations israéliennes sont quotidiennes dans les Territoires occupés. Il y a un an et demi, au moment de s'installer sur le champ politique, le Hamas avait décrété une trêve unilatérale.


Victimes de l'obus israélien sur une plage de Gaza (9 juin 2006)
Victimes de l'obus israélien sur une plage de Gaza (9 juin 2006)

Fin de trêve au Hamas


Ce jeudi 8 juin, lors d'un raid sur un camp d'entraînement dans le sud de la bande de Gaza, l'armée israélienne a tué quatre personnes dont Jamal Abou Samhadan, chef fondateur des Comités de la résistance populaire qui travaillait pour le nouveau gouvernement palestinien. Pour Ghazi Hamad, de l'aile de réflexion politique Hamas, ce geste montre que « tous les membres du gouvernement, du Premier ministre aux employés, sont des cibles potentielles pour des assassinats » israéliens.

Dans un communiqué diffusé après la bavure de vendredi, l'aile militaire du Hamas annonce que « Ces massacres israéliens représentent un premier assaut direct, cela signifie que le tremblement de terre va reprendre dans les villes sionistes et que les hordes d'occupants ont pour seul choix de préparer les cercueils ou les valises ».
Cette annoncé est confirmée par Ami Abou Zouhri, porte-parole du Hamas. « Nous avons toujours affirmé notre attachement à l'option du djihad et de la résistance » soutient-il. « Je crois que face à l'effusion du sang de notre peuple et à ces horribles images de massacres, il n'y a pas de place pour le silence. »

Sur les sept victimes de l'obus israélien, trois étaient des enfants. Aujourd'hui, au lendemain de la bavure de l'armée israélienne, le Hamas revendique avoir tiré neuf roquettes sur des villes israéliennes.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu