Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

PS: Royal suggère des sanctions à l'encontre de ceux qui 'dénigrent' le parti

| Mercredi 28 Mai 2008



Ségolène Royal, candidate au poste de premier secrétaire du PS, suggère des sanctions à l'encontre de ceux qui au Parti socialiste se comportent "mal" en "dénigrant" leur parti, en allusion à Jean-Christophe Cambadélis qui avait parlé de "pétaudière".
Dans un entretien à VSD, interrogée sur les propos du député socialiste Jean-Christophe Cambadélis qui avait qualifié la situation dans le parti de "pétaudière", l'ancienne candidate à la présidentielle s'interroge: "Est-il normal que ceux qui insultent leur parti puissent rester candidats au nom de ce parti?".
"Les militants ne tolèrent pas que des élus portent atteinte à la dignité du parti ou aux règles élémentaires de fraternité au sein du PS, alors qu'ils lui doivent leur élection", poursuit la présidente de Poitou-Charentes.
Mme Royal juge qu'il faut "instaurer un système de droits et de devoirs. On est élu parce qu'on bénéficie d'un parti, de ses militants, de son histoire, eh bien, on a des devoirs à l'égard de ce parti".
"Et ce système, si j'étais désignée, je le mettrais en place, poursuit-elle. Si le risque de perdre son investiture parce que l'on se comporte mal en dénigrant son parti ou en injuriant d'autres socialistes existait, nous n'assisterions pas à ce type de dérapages".
Pour elle, "seul doit nous animer le débat d'idées. Mais, lorsque le parti aura décidé sa ligne politique, il faudra s'y tenir. Les militants ne supportent pas le brouhaha actuel, d'autant moins que ce sont des responsables politiques qui se permettent de porter atteinte à l'image du parti."
M. Cambadélis avait parlé de "pétaudière" au lendemain de l'annonce par Mme Royal de sa candidature à la direction du PS, qui venait s'ajouter à bien d'autres.
En réponse à Ségolène Royal, le premier secrétaire du PS François Hollande a estimé que "si on devait sanctionner tous ceux qui à un moment ont ou dire des bêtises", il ne resterait plus grand monde à la tête du parti.
Interrogé par l'AFP, Jean-Christophe Cambadélis a lancé de son côté: "Ségolène Royal a l'oukase facile! Mais le plus indiscipliné n'est pas celui que l'on croit: il vaut mieux dire la vérité sur le PS et la précipitation de Ségolène Royal (à se déclarer candidate au poste de premier secrétaire) que de tirer nuitamment la sonnette de François Bayrou malgré l'hostilité de son parti", a-t-il dit en référence aux tentatives d'alliance avec le leader centriste entre les deux tours de la présidentielle.





Loading












Recevez le meilleur de l'actu