Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Nouvelles croisades

Une pièce jouée actuellement au théâtre de La Reine Blanche, à Paris

Rédigé par Assmaâ Rakho Mom | Mardi 18 Décembre 2007

Théâtre de la Reine Blanche, à Paris dans le 18ème arrondissement, ce dimanche 16 décembre. "Nouvelles croisades", la deuxième pièce de théâtre montée et présentée par la compagnie du Miroir des signes se joue ce soir, 17 heures. Pourtant, aux environs de 16 heures 30, une quinzaine de spectateurs sont déjà là, accrochés à leur téléphone pour certains, ou patientant autour d'un café pour d'autres.



Abdasamad Benabdelouahed, metteur en scène de la pièce et acteur, qui sortira à ce moment-là afin de mieux stationner sa voiture, bouchant le passage devant le théâtre, sera agréablement surpris de ces présences anticipées et le fera remarquer à voix haute.

Une partie de la troupe du Miroir des Signes autour de la présidente (chapeau rose)
Une partie de la troupe du Miroir des Signes autour de la présidente (chapeau rose)
17 heures 15. Dans la salle du théâtre de la Reine Blanche, les lumières s'éteignent. Seule la scène s'éclaire, et les voix des comédiens, qui n'apparaissent pas d'emblée, se font entendre, d'abord comme un bruit de fond difficilement compréhensible, puis les mots deviennent de plus en plus audibles. "Only you ! Only you ! Only you !" scandent les comédiens, dont trois des quatre que compte la troupe entrent sur scène. Près de 150 personnes sont présentes dans la salle.

On comprendra au fur et à mesure de l'avancement de la scène que les trois personnages que jouent les comédiens sont : une journaliste sur le terrain en banlieue (avec un casque militaire sur la tête), un jeune de banlieue, et une présentatrice télé en plateau. Le deuxième tableau sera tout aussi détonnant de créativité, et s'enchaîneront ainsi les actes, pour le plus grand plaisir d'un public conquis, réellement âgé de 7 à 77, et qui en redemande.

Et aussitôt, le public est captivé, entraîné, et tenu en haleine jusqu'au bout de la pièce. Le jeu juste des comédiens entraine tour à tour l'hilarité du public, la tristesse, voire encore l'affliction. Inventivité, créativité, imagination fertile, les spectateurs présents ce soir auront sûrement été éberlués de voir ce que pouvait faire et imaginer la troupe du Miroir des signes avec deux bâtons et un morceau de tissu ! Bref, allez voir ! Retournez voir ! Surtout qu'il ne reste plus que trois dates de programmées, en fin de semaine (voir en fin d'article).

Et pour vous en dire un peu plus sur les tenants et aboutissants de la pièce, mais aussi de la troupe du Miroir des signes, Saphirnews a rencontré le metteur en scène et comédien Abdasamad Benabdelouahed, qui a répondu à nos questions. Entretien.

Saphirnews : Quand et comment est née la troupe ?

Abdasamad Benabdelouahed : La troupe est née avec la pièce "Les gens du fossé", en 2003, quand le spectacle a été monté. C'était un projet qui était resté en suspens depuis longtemps, et nous l'avons remis en route avec des comédiens professionnels.

Pourquoi avez-vous choisi de baptiser votre troupe Miroir des signes ?

A. B. : Le miroir pour nous, c'est l'espace scénique, qui réfléchit un monde. Et le signe c'est l'explication, le sens donné à un événement. En fait, c'est donner sens à la scène.

Abdasamad Benabdelouahed, metteur en scène et acteur
Abdasamad Benabdelouahed, metteur en scène et acteur

Comment a été montée cette deuxième pièce ? Comment les différents thèmes traités ont-ils été choisis ?

A. B. : En fait, la pièce s'est montée par morceaux dans le temps, et dans des circonstances très différentes. Et je me suis rendu compte que les scènes que j'ai montées, je pouvais les rassembler, et monter un spectacle sur la Palestine. Pour la circonstance bien entendu, nous avons créé et écrit d'autres scènes.

Pourquoi ce titre, Nouvelles croisades ?

A. B. : Déjà c'est un titre provocateur, faisant référence aux anciennes [ croisades, ndlr]. "Nouvelles croisades", c'est le titre du cinquième tableau, qui fait référence à un discours d'Urbain II, au XIème siècle, et au discours de Georges W. Bush. Urbain II qui lance son appel aux croisades, et Bush qui fait exactement la même chose.

Vivez-vous de votre métier d'acteur et de comédien, ou avez-vous une activité professionnelle à côté ?

A. B. : Moi pour le moment, je suis professionnel, et pour les autres, c'est semi-professionnel. Pour l'instant, je ne vis que de cela.

Affiche du spectacle Nouvelles croisades
Affiche du spectacle Nouvelles croisades

Qu'aimeriez-vous dire à nos lecteurs ?

A. B. : Qu'ils viennent nous voir. Pour plusieurs raisons : pour l'intérêt de ce sujet, d'abord. Et puis aussi, c'est une occasion de sortie. On est quand même dans un lieu sympathique. Il faut interpeller les gens par rapport à certaines situations. C'est un rappel.


Titre de la pièce : Nouvelles croisades
Compagnie : Miroir des signes

Auteur et mise en scène : Benabdelouahed Abdasamad
Avec : Samia Riquelme, Samia Orosemane, Nabil Fathi et Abdasamad Benabdelouahed



Théâtre de La Reine Blanche 2, bis passage Ruelle – 75018 Paris
(Métro La Chapelle)

Dimanche 16 décembre à 17h00
Jeudi 20 décembre à 21H00
Vendredi 21 décembre à 21h00
Dimanche 23 décembre à 17h00

Entrée plein tarif :13 euros / Tarif réduit 9 euros (étudiant, chômeur)
Réservations au : 01 40 05 06 96





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu