Connectez-vous S'inscrire






Archives

Noël s’annonce difficile à Bethlehem

| Vendredi 15 Décembre 2006

Mercredi 13 décembre, lors de la conférence de presse annuelle, le Dr Victor Batarsa, Maire de Bethlehem, a mis en évidence les grandes difficultés que connaît la ville qui abrite la Basilique de la Nativité, lieu le plus saint du christianisme. « Même le Père Noël n'arrivera pas à entrer dans Bethlehem cette année », a ironisé le maire de la ville. « La situation très difficile est due aux pratiques de l'occupation qui ne cesse d'augmenter sa mainmise sur la ville », déclare t il. Le sapin de Noël, placé comme chaque année devant la Basilique de la Nativité, doit tout de même être allumé aujourd’hui, en présence de Mahmoud Abbas.



Bethlehem, ville en danger

Lors de la conférence de presse annuelle à l’occasion de Noël, le Dr Victor Batarsa, maire de Bethlehem a souligné la situation catastrophique dans laquelle se trouve la ville abritant la Basilique de la Nativité, à la veille de la fête de la naissance de Jésus. « La ville natale de Jésus Christ connaît la pire crise jamais affrontée en 2000 ans ! » déclare t il. « La situation très difficile est due aux pratiques de l'occupation qui ne cesse d'augmenter sa mainmise sur la ville. »

De plus, selon le maire, les 50 000 dollars approuvés par le gouvernement pour les célébrations dans Bethlehem, les décorations et l'embellissement de la ville ne sont toujours pas arrivés sur le compte en banque de la municipalité. Cependant, le sapin de Noël placé devant la Basilique de la Nativité devrait être allumé aujourd’hui par la municipalité. Cette cérémonie officielle se fera en présence de Mahmoud Abbas, président de l’autorité palestinienne.

Le Dr Victor Batarsa, maire de Bethlehem, a déclaré à l’agence de presse Palestine News Network, jeudi 7 décembre, que la population de Bethlehem fait « tout ce qu'elle peut pour préparer les célébrations dans des circonstances très difficiles sur tous les points. Notre ville s'est transformée en vaste prison à cause des colonies qui l'entourent, du mur qui impose un contrôle strict de la ville, et des check points militaires à toutes ses entrées. Je ne parle même pas des invasions, qui ravagent quotidiennement la ville et ses environs depuis plus d'un mois. Les maisons sont assiégées, les habitants se font tirer dessus. Une vaste campagne d'arrestation a été lancée contre les jeunes gens. Le tourisme sera particulièrement touché cette année. »

En effet, les étrangers peinent à venir jusqu’à la ville sainte et ne restent pas, ce qui ne favorise pas le développement économique de la ville. Les commerçants ne peuvent plus vivre des ventes de souvenirs. La plupart des touristes qui se sont rendus dans la ville l'année dernière venaient dans des bus israéliens et ne restaient ni manger, ni dormir. Les guides israéliens sont affublés de prescriptions telles que: « ne restez pas dans des zones arabes pour la nuit. » Victor Batarsa a souligné au cours de la conférence de mercredi, que le taux de chômage a atteint les 65% et que beaucoup de bethlehemites vivent en dessous du seuil de pauvreté.



Le mur, Bethlehem
Le mur, Bethlehem

Occupation

L’autre problème majeur est la circulation des palestiniens dans leur territoire. Des milliers d'étudiants ne peuvent plus atteindre leurs lieux de cours suite à la construction du mur et aux routes coloniales, les professeurs non plus ne peuvent parfois plus aller à l'université d'Abu Dis. Les hôpitaux sont inatteignables, enfermés dans les ghettos crées par les check points. « Même le Père Noël n'arrivera pas à entrer dans Bethlehem cette année », a ainsi ironisé le maire. « La plupart des soi-disant barrières de sécurité ont forcé énormément de gens à quitter leurs foyers. » Déclare t il.

Le maire a insisté sur le mur, qui s’est construit sur les terres de Bethlehem en isolant 700 hectares de son territoire, dont toute la région nord qui constitue 15% de la ville. Le gouvernement israélien l'a annexé à Jérusalem. « Ceci a eu un impact négatif sur tout le monde et un effet catastrophique sur certains: des centaines d'agriculteurs ont perdu leurs terres. » insiste M. le maire. Il a ainsi souligné que l'émigration faisait partie des questions les plus problématiques que la ville, tout comme Jérusalem-Est, la Bande de Gaza et le reste de la Cisjordanie, doit affronter. « L'armée israélienne veut clairement vider la terre de sa population. »

Le quadrillage opéré par l’armée israélienne, les check points, barrages et le développement des colonies en Cisjordanie, réduit considérablement la possibilité pour les palestiniens de se déplacer d’une ville à une autre. Un trajet, qui dans toute autre circonstance durerait quelques dizaines de minutes, se transforme en véritable parcours du combattant. « Ici on ne compte pas les trajets en kilomètre, mais en temps. Il se peut que vous arriviez à destination en dix- vingt minutes, il se peut que vous mettiez une journée et peut être n’arriveriez vous jamais. Les soldats sont ainsi, tout dépend de leur humeur ce moment là. » Confie Youssef, un habitant d’un camp de réfugié non loin de Naplouse, au nord de la Cisjordanie.

« Moi, j’aimerais aller fêter Noël à Bethlehem. Je suis musulman, mais j’aime beaucoup l’ambiance de cette fête. » Témoigne un jeune homme, aussi réfugié à Naplouse « Cependant, j’ai 22 ans et à chaque fois que je veux sortir de la ville, les soldats me renvoient chez moi. Sans aucune raison. Ils me disent que ma tête ne leur revient pas, alors je ne peux pas sortir. Une fois, je voulais aller à Ramallah pour chercher mon diplôme d’université, les soldats nous on empêché de passer en nous tirant dessus. ». Ajoute-t-il. « Ici, c’est une prison à ciel ouvert. » renchérit Amjad, un autre habitant de la ville. « Mais je ne quitterais pas ma maison, même si je dois mourir de faim devant chez moi, car si je m’en vais, ils vont me la prendre. » déclare-t-il.

Le maire de Bethlehem a tout de même voulu terminer sa conférence sur une note d'espoir : « malgré tous ces problèmes, notre peuple a toujours l'espoir d'une vie meilleure et la capacité de délivrer un message d'amour et de tolérance: l'annonce de Noël au monde entier. Et notre peuple porte encore l'espoir de vivre en paix sur la terre de Palestine. »





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu