Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Nigeria: au moins 200 morts dans l'incendie d'un oléoduc vandalisé

| Mardi 26 Décembre 2006



Au moins 200 personnes ont trouvé la mort mardi à Lagos dans l'incendie d'un oléoduc vandalisé.

"Il y a au moins 200 morts et plus de 100 blessés" a déclaré à l'AFP l'ex-président de la Croix-Rouge de Lagos, Otunba Odugbesan, ajoutant que le bilan était encore susceptible d'évoluer car la compilation du nombre des victimes n'était pas terminée.

Sur les lieux de l'incendie, dans le quartier populeux de Abule Egba, au nord de la capitale économique du pays, de nombreux corps étaient visibles à travers la fumée, tandis que les pompiers luttaient encore contre le feu.

La police de l'Etat de Lagos a établi un cordon de sécurité autour de la zone, et les télévisions nigérianes diffusaient des messages demandant aux riverains présents sur les lieux de l'incendie d'évacuer les lieux.

Le nombre de blessés risque d'être "bien plus élevé", car, dans ce type d'accident, beaucoup d'entre eux "se cachent par crainte de poursuites", a expliqué un autre responsable de la Croix rouge.

Différentes estimations du nombre de victimes ont circulé, et une source professionnelle dans l'industrie pétrolière a indiqué à l'AFP que "des centaines de morts étaient à craindre".

Les blessés, plus ou moins gravement brûlés, ont été transportés dans un hôpital d'Ikeja, un autre quartier du nord de Lagos, proche de l'aéroport international.

L'accident s'est produit aux premières heures de la matinée, a-t-on indiqué de source policière. "La vandalisation d'un oléoduc a entraîné un incendie", a-t-on poursuivi de même source.

Des témoins ont dit avoir vu des hommes non identifiés venir mardi tôt dans la matinée pour voler du carburant, qu'ils voulaient charger dans des camions-citernes. L'explosion se serait produite ensuite, lorsque les habitants du quartier se sont rassemblés pour puiser du carburant dans l'oléoduc.

"Ils sont venus éventrer le pipeline et ont rempli les camions-citernes avec du fioul avant de prendre la fuite", a indiqué un témoin, Joe Okah. C'est au moment où les habitants venaient se servir que l'explosion a eu lieu", a-t-il ajouté.

Ce type de vandalisme est fréquent au Nigeria, notamment en cas de pénurie de carburant comme celle que connaît Lagos actuellement.

Le Nigeria, premier producteur de pétrole en Afrique avec une moyenne de 2,6 millions de barils/jour, a connu 2.258 actes de vandalisme sur ses oléoducs lors des cinq dernières années, selon un rapport de la société pétrolière d'Etat, Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) publié en juillet dernier.

Pour la seule année 2005, la NNPC estimait à plus de 650.000 tonnes le volume de pétrole détourné lors de ces incidents.





Loading














Recevez le meilleur de l'actu