Connectez-vous S'inscrire






Société

Nicolas Sarkozy s'attaque à l'Education

| Mercredi 22 Février 2006

Ce mercredi doit se tenir au siège de l’UMP une convention sur le sujet de l’éducation. Nicolas Sarkozy, président du parti, a lui choisi de présenter son programme « contre l’échec scolaire » en avant première à la presse. C’est dans un entretien accordé au quotidien Le Figaro que le ministre de l’Intérieur en livre les grandes lignes.



Nicolas Sarkozy s'attaque à l'Education

« Il n’y a jamais eu autant de ZEP »

Partant de ce constat, Nicolas Sarkozy affirme que « le zonage aggrave la ségrégation et aboutit à mettre ensemble, dans les mêmes établissements, les élèves les plus difficiles et les enseignants les plus jeunes et les moins expérimentés ». Et afin de remédier à cet état de fait, le ministre de l'Intérieur préconise « de supprimer les ZEP » et « de recentrer cette politique sur les élèves prioritaires ».

« Autonomie renforcée des établissements »


« Je suis pour la suppression à terme de la carte scolaire […] parce qu'elle n'est possible que dans le cadre d'une autonomie renforcée des établissements » continue Nicolas Sarkozy, qui se dit persuadé que « c'est par l'autonomie des établissements que nous obtiendrons des transformations dans l'Education nationale. Chaque établissement scolaire devrait pouvoir se doter d'un projet qui lui soit propre et pouvoir affecter librement 20% de son budget contre 3% aujourd'hui ». Précisons que la carte scolaire correspond au découpage des départements en zones géographiques dans lesquelles tout élève résident devra être scolarisé. A chaque zone correspond donc un secteur bien défini.

Classes prépas


D'emblée M.Sarkozy rappelle que « ce que l'école faisait autrefois, permettre à des élèves issus de famille modestes de s'élever socialement grâce à l'enseignement secondaire et supérieur, l'école ne le fait plus ». « Je veux donc également qu'on oblige tous les établissements à présenter des élèves aux classes préparatoires et que ces classes leur réservent des places ».

Rémunérations des enseignants

« Les rémunérations doivent être différenciées. Celui qui fait le plus d'heures, qui va au contact des élèves les plus difficiles doit être mieux payé ». Le ministre de l'Intérieur pense que ce n'est qu'ainsi que le métier d'enseignant, « essentiel et difficile », sera revalorisé.

Affirmant vouloir que l'UMP « soit exemplaire en terme de démocratie et de respect de ses adhérents », Nicolas Sarkozy a affirmé que ces propositions feront l'objet d'un vote par les militants de son parti, tout autant que celles sur la réforme de l'ordonnance de 1945 ou sur l'autonomie des universités. « Le débat présidentiel doit permettre de trancher les grandes options » rappelle-t-il, toujours sur la brèche.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu