Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Nice : mobilisation autour d’un imam dans le collimateur de l'extrême droite

Rédigé par Saphirnews | Mardi 2 Août 2016



Un comité de soutien a été formé en faveur d'Abdelkader Sadouni afin de dénoncer une campagne calomnieuse à l'égard de cet imam qui officie à Nice.
Un comité de soutien a été formé en faveur d'Abdelkader Sadouni afin de dénoncer une campagne calomnieuse à l'égard de cet imam qui officie à Nice.
Abdelkader Sadouni est dans la tourmente depuis l’attentat de Nice qui a fait 84 morts la nuit du 14 juillet. Très sollicité par les médias, l'imam de la mosquée Attaqwa, situé dans le quartier des Moulins, déclare s’être fait piégé par un Luca Steinmann, journaliste dans un quotidien italien d’Il Giornale.

Un article publié le 19 juillet prête à l’imam les propos suivants : « S’il y a des attentats, c’est la faute de la laïcité des Français. » Adolphe Colrat, préfet des Alpes-Maritimes, a signalé l’article au procureur de la République le 22 juillet. Il a invité Abdelkader Sadouni à « déposer plainte et à publier un démenti », ce qu'il a dû faire.

Gérant d’une librairie musulmane où il a reçu des « journalistes de tous pays et de tous horizons », l’imam affirme avoir été piégé par l’intervieweur d’Il Giornale. Abdelkader Sadouni a rappelé son attachement à la laïcité à plusieurs reprises.

Il n'a toutefois pas manqué d'être la cible des mouvements identitaires et d’extrême droite sur les réseaux sociaux après des propos qu'il dément avoir tenu. Mercredi 27 juillet, Olivier Bettati, conseiller régional du Front national, a adressé un courrier au Premier ministre Manuel Valls pour « dénoncer les agissements de l’imam Abdelkader Sadouni ».

Une pétition de soutien à l’imam circule depuis le 1er août et compte d'ores et déjà plus de 200 signatures. Ses partisans dénoncent une campagne calomnieuse et entendent soutenir un « imam formé en France, qui œuvre quotidiennement pour le respect des valeurs de la République et de la laïcité et connu pour sa lutte contre la radicalisation. (...) Tant d’années au service de la cohésion nationale que des extrémistes, par leur petitesse d’esprit, leur démagogie et leur médiocrité sans précédent, tentent de ruiner pour imposer leur idéologie raciste et haineuse ». Une plainte a été déposée par l'imam pour diffamation jeudi 28 juillet au commissariat de Nice.

Lire aussi :
Nice : la reconnaissance citoyenne des musulmans, « notre grand défi »
Nice : les premières obsèques musulmanes organisées
Attentat de Nice : un hommage aux victimes par les responsables religieux unis





Loading














Recevez le meilleur de l'actu