Connectez-vous S'inscrire






Politique

Nassurdine Haidari agressé à Marseille

Rédigé par Pauline Compan | Jeudi 9 Février 2012

Une bien triste histoire. Vendredi 3 février, Nassurdine Haidari est en train de tracter pour le candidat François Hollande dans la cité Felix-Pyat (3e arrondissement de Marseille). Accompagné de Patrick Mennucci, maire (PS) des 1er et 7e arrondissements et d'une équipe de campagne, ils vont subir une agression physique par une dizaine d'individus « casqués et cagoulés ». L'adjoint au maire sera même roué de coups. Une attaque qui pourrait envenimer la situation du PS à Marseille, déjà empoisonnée par la querelle entre Patrick Mennucci et Jean-Noël Guérini, président du conseil général des Bouches-du-Rhône. L'agression mêle un sentiment de « colère et tristesse » chez Nassurdine Haidari, au moment où il porte son appel aux candidats pour « l'égalité républicaine dans les quartiers ».



Nassurdine Haidari agressé à Marseille
A 11 heures, ce vendredi 13 février, dans la cité Felix-Pyat, à Marseille, les militants du PS tractent pour leur candidat, quand ils se sont vus entourés d'« une vingtaine d'individus casqués et cagoulés ». « Aux cris "d'ici, c'est Guérini", des tomates, des œufs et des pierres se sont abattus sur le groupe », raconte Nassurdine Haidari. Ce dernier sera ensuite roué de coups pendant d'« interminables minutes ».

Une situation locale explosive

Des plaintes ont immédiatement été déposées pour violences, dont une par Patrick Mennucci. Le maire a précisé : « Je ne prétends pas que Jean-Noël Guérini organise ce genre de choses, je ne peux pas l'imaginer, mais il y a un climat qui n'est pas acceptable. »Ce climat, c'est la dégradation des relations entre M. Guérini et son ancien directeur de campagne, M. Mennucci, à la suite de la mise en examen du premier dans une affaire de marchés publics présumés frauduleux.

Sur le terrain, certains sont hostiles à une candidature de M. Mennucci aux législatives, préférant la candidature de Lisette Narducci, p,roche de M. Guérini.

Depuis, M. Guérini a fermement condamné cette attaque. « Je ne peux admettre ni cautionner que mon nom soit associé à de tels faits d'une extrême gravité », a-t-il déclaré.

Pour Nassurdine Haidari, cette agression est le résultat de son entêtement à « ne pas accepter la loi des caïds, la loi des sans-lois, la loi des intimidations verbales et des agressions physiques ; devenant ainsi celui qu'il faut punir pour faire comprendre aux autres que le territoire est marqué ». Il affirme que ces menaces ne sont pas les premières et qu'on avait déjà promis de lui « arracher la tête », s'il remettait les pieds à Félix-Pyat.

Comorien d'origine, ce diplômé de Sciences-Po Aix-en-Provence ne veut pas se laisser intimidé par la menace de ne pas pouvoir « parler aux Comoriens de la cité ». « Je leur avais répondu que Marseille ne leur appartient pas, que je ne me laisserai pas intimider, que je n'étais pas un élu comorien mais un élu républicain. »

Une agression violente

Parlant de l'agression elle-même, il évoque « cette colère et cette tristesse », d'une violence « lâche et aveugle ». Mais il parle aussi un sentiment d'impuissance « sous la violence des coups, sous la bourrasque d'injures, la tristesse d'être dans une des cités les plus pauvres de France sans pouvoir délivrer un message d'espoir ».

Sûrement une allusion à son appel « Nous ne marcherons plus », lancé le 15 octobre dernier. Cet appel aux candidats à la présidentielle tient en cinq propositions pour « l'égalité républicaine pour les quartiers populaires ». Parmi ces dernières : la création d'un ministère de l'égalité, le conditionnement de l'accès aux marchés publics à une politique de diversité volontaire, la lutte contre le contrôle au faciès, la promotion mixité sociale et enfin la représentation politique des minorités.

Des propositions « transpartis », alors que cet élu PS se déclare « critique sur la politique du Parti socialiste en termes de représentativité des minorités ». Et s'il affirme que le Front de gauche, le Nouveau Centre et le MODEM se sont déjà intéressés à ces propositions, il promet « un rapport de force » en mars, à défaut de « réponses claires de l'ensemble des partis politiques ».

Concernant le PS, il n'a, à ce jour, pas réagi à l'appel. Nassurdine Haidari exprime d'ailleurs « un peu d'amertume » par rapport à cela. L'élu marseillais était déjà l'auteur d'une tribune en avril 2011, sur Le Monde, à l'occasion du débat de l'UMP sur la laïcité ; « Et bien le "musulman"... il t'emmerde !»





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu