Connectez-vous S'inscrire






Religions

Nassimah Dindar, l'autre islam de France

Rédigé par Memma | Mardi 30 Octobre 2007

Le Conseil général de l'île de La Réunion a fêté la fin ramadan ce week end. Deux semaines après la célébration de l'aïd el-Fitr, la Présidente du Conseil général, a reçu toutes le composantes de l'île pour commémorer la fête musulmane. Ce fut une soirée géante et festive réunissant près de deux milliers d'invités autour d'un dîner aux couleurs de l'île.



Nassimah Dindar accueillant René-Paul Victoria, maire de Saint Denis (974)
Nassimah Dindar accueillant René-Paul Victoria, maire de Saint Denis (974)
Nassimah Dindar, présidente du Conseil général de La Réunion, est un exemple rare de la « diversité » en France. Son entourage la qualifie de « musulmane pratiquante et pieuse qui n'en fait pas un complexe ». En recevant ses invités ce vendredi soir, elle rappelle que « depuis quatre ans, nous avons promis de recevoir toutes les composantes de l'île à l'occasion de chaque fête ». C'est ainsi que le Conseil général commémore régulièrement les fêtes, chrétiennes, juives, hindouistes, chinoises et musulmanes selon les règles propres à chaque congrégation.

A la commémoration de l'aïd el-Fitr marquant la fin du mois de ramadan, ce vendredi 26 octobre 2007, le discours de bienvenue est précédé d'une merveilleuse lecture d'un extrait de la sourate Marie, la dix-neuvième sourate du Coran. Dans son discours, madame Dindar rappelle son intérêt pour « le respect et la diversité que nos parents nous ont donnés en exemple et qui font qu'il n'y a jamais eu de problème de vivre ensemble ici à La Réunion ni avec les autres religions, ni avec l'administration. Et je peux dire que nous pouvons servir d'exemple sur le plan national. »

Née sur l'île il y a 47 ans, avec des références indiennes, Nassimah est la sixième d'une famille de douze enfants dont le père était enseignant coranique. Cette créole est aussi une républicaine convaincue qui « n'aime pas les termes de « deuxième, troisième génération » pour qualifier certaines catégories de citoyens français » explique-t-elle. Son engagement politique qui date de 1994, fait suite à un engagement associatif pour la cause des femmes. Il la situe aujourd'hui à l'UMP, dans le camp des Sarkozistes déclarés.

Il faut dire que l'élite politique de l'île de La Réunion est marquée par une longue pratique clientéliste que seule l'histoire locale permet de comprendre. A cet effet, la lutte fratricide à l'UMP est sans merci. Et selon des sources proches du dossier, Nicolas Sarkozy aurait jeté son dévolu sur Nassimah Dindar « parce qu'elle est nouvelle dans le milieu et qu'elle est propre des malversations qui marquent l'histoire politique de l'île ».

Devant ses invités pour l'aïd, Madame Dindar souligne son intérêt pour l'éducation scolaire dans le chemin vers la diversité. « Le mot intégration ici [ndr, à l'île de La Réunion] n'a jamais été un problème pour nous » dit-elle avant d'insister sur l'importance des études qui ouvrent la voie à chaque citoyen vers une participation honorable à la vie de la cité. Enseignante de lettres et d'histoire dans le secondaire, la fin prochaine du mandat de Madame Dindar, à la tête du Conseil général, fait déjà la Une des journaux locaux.

Ce vendredi, en plus des prestations musicales à l'affiche, les invités ont pu visiter une exposition de calligraphie arabe. Les plus intéressés se sont essayés à cet art dans un atelier dressé pour l'occasion à côté d'un autre atelier proposant de somptueux tatouages au hénné.

La veille, le jeudi 25 octobre, l'hôtel du département de Saint-Denis (974) a accueilli une conférence du Professeur Marc Gaborieau sur le thème de « l'islam sur le sous-continent indien: évolution et perspectives ». Cette conférence marquait la clôture des festivités du Centenaire de la grande mosquée de Saint Denis, première mosquée de France construite en 1905.

Présidée par Nassimah Dindar l'exposé a décrit « Un autre islam », titre du dernier ouvrage du professeur Gaborieau édité chez Albin Michel. Cet (autre) islam est empreint de la culture du sous-continent indien, loin du complexe de la colonisation française. Un (autre) islam de France qui est peu visible mais dont Nassimah Dindar et les Zarabes de La Réunion sont des héritiers. Inaudible au Conseil français du culte musulman (CFCM), absente de la Fondation des Oeuvres islamiques (FOI), la voix des Zarabes de La Réunion ne manque pas d'intérêt pour un nouvel angle d'approche de l'islam en France. C'est une question de diversité! Et Nassimah Dindar qui est aussi Déléguée générale de l'UMP en charge des questions de diversité est consciente de la situation.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu