Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Nacera : « Mon mari fait des crises de démence »

Rédigé par Lalla Chams En Nour | Mardi 28 Février 2017



Nacera : « Mon mari fait des crises de démence »
J’ai une décision importante à prendre à laquelle j’aurai des comptes à rendre auprès d’Allah et j’ai besoin de savoir si, religieusement, j’ai le droit de divorcer.

Mon mari est malade, il a une maladie orpheline héréditaire, c’est la maladie d’Huntington. Cela consiste en une dégénérescence des cellules nerveuses : concrètement, physiquement et neurologiquement, ça se dégrade et il n’y a pas de remède médical pour en guérir.

Le problème, c’est que cette maladie pousse mon mari à des crises de nervosité intenses et de la démence accompagnée d’idées suicidaires. Il parle de suicide devant nos deux enfants, tout en sachant que notre enfant de 5 ans est atteint d’une hémiparesie cérébrale droite due à un AVC pendant sa vie intra-utérine mais al hamdoulilah il est très bien suivi et vit normalement par la grâce d’Allah.

Les crises de mon mari sont violentes malgré le traitement.

Lors de la dernière crise en date (fin décembre) il a pris un couteau et a menacé de se suicider devant les enfants. J’ai contacté l’unité de soins à laquelle il est suivi. Mais rien.

Je ne veux plus revivre ses moments et encore moins faire vivre ses crises à mes enfants. Surtout que j’ai peur qu’on fasse une enquête sociale et qu’on me retire mes enfants car ce n’est pas un environnement stable pour eux et pour moi. J’insiste sur le fait que mon mari n’a jamais été violent avant, mais juste nerveux et impulsif...

Je souhaite divorcer, même si je sais que je l’accompagnerai toujours dans ses rendez-vous médicaux. Mais la vie ensemble est devenue impossible : il nous faut un équilibre pour les enfants et moi et l’intérêt du malade n’est plus celui de la famille.

Je n’ai pas la connaissance religieuse suffisante pour savoir si Allah me permet de divorcer dans ce cas, c’est pour cela que je vous demande si j’ai le droit.
Nacera

Lalla Chams en Nour, psychanalyste

Que vous répondre face à ce drame humain dans lequel se conjuguent la violence, la maladie, l’absence d’amour et la complexité de la vie dans notre monde si matériel ?

Je ne saurais vous donner une réponse définitive, car elle ne refléterait qu’une vision, la mienne, et serait donc forcément fausse par rapport au contexte réel. Votre lettre tente de résumer en quelques lignes une situation dont on ose imaginer la gravité et la complexité !

Sans juger de la complétude ni de la véracité des faits rapportés, je vous dirai les points suivants :

• L’essentiel dans une relation de couple est l’existence de la miséricorde et de l’amour entre les époux, c’est le socle sur lequel se construit l’édifice du mariage. C’est d’ailleurs pour cela que l’islam autorise le divorce lorsque le couple n’est plus supporté par l’amour. Le bel agir doit être la règle aussi bien dans la poursuite du mariage que dans la séparation.

• Ensuite vient l’intérêt des enfants et de la famille. La règle veut que les époux doivent protéger les enfants et préserver leurs intérêts : en les nourrissant, en les éduquant et en leur apportant l’affection et le soin nécessaires. Et aussi par le bon comportement : en s’abstenant de montrer leurs disputes devant eux.
Mais comment faire lorsque ces principes ne sont pas appliqués ?

• Enfin, on peut se demander quelles sont les conséquences pour chacune des parties prenantes d’un divorce ou de la poursuite du statu quo ? En l’espèce, vous courez un risque de violence en poursuivant votre vie maritale mais la séparation peut être aussi facteur déclencheur d’une autre violence. Elle peut aussi causer des traumatismes chez les enfants.

• Dernier point, il y a votre cas de conscience vis -à-vis de Dieu. Là, je dirai, de mon point de vue, que ce qui prime, c’est l’intérêt des êtres. Là où il y a la paix des êtres, là est la paix de Dieu. Vous connaissez sans doute les commandements : « Dieu veut pour vous la facilité, non la difficulté » (Coran) et le hadith « Facilitez la vie des gens, ne leur rendez pas la vie difficile ! »
Il vous faut, concernant ce dernier point, trouver l’harmonie au fond de votre cœur. Au plus profond de vous-même, vous ne souhaitez pas faire de mal, mais vous souhaitez être juste !

Peut-être aussi qu’il serait possible d’envisager la mise en sécurité de votre époux dans une maison de santé plutôt que la séparation par divorce. Une autre possibilité aussi, c’est d’en parler avec une assistante sociale, ne restez pas seule, dites la vérité tout simplement et recueillez d’autres avis. Mais, vous le savez, « Dieu seul est plus savant ! ».

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com





Loading














Recevez le meilleur de l'actu