Connectez-vous S'inscrire






Religions

Mosquées de Paris, lieux de culte au quotidien

Interview de Jean-Michel Riera, photojournaliste et réalisateur indépendant

Rédigé par Anissa Ammoura | Jeudi 2 Octobre 2008

Paris, sa Tour Eiffel, son Sacré Coeur... et ses mosquées. Loin des fantasmes véhiculés par certains médias, " Mosquées de Paris " est un projet multiple qui se concentre sur le quotidien des lieux de culte musulmans de la capitale et des milliers de fidèles qui les fréquentent. Il s'agit d'une exposition photos sur une dizaine de mosquées parisiennes, réalisée par le photojournaliste Jean-Michel Riera, de textes indépendants mais complémentaires du journaliste Thomas Deltombe sur cette même thématique et d'un film documentaire coréalisé par Jean-Michel Riera et Franck Hirsch.



Mosquée de la rue Myrha  (18ème) où chaque vendredi des fidèles prient dehors.
Mosquée de la rue Myrha (18ème) où chaque vendredi des fidèles prient dehors.

Saphirnews : Aviez-vous déjà travaillé sur cette thématique?

Jean-Michel Riera : Non, mais j’ai toujours travaillé sur des sujets « socio », compliqués, longs et actuels comme la drogue, l’immigration, les sans papiers, des sujets où le contact humain est un peu difficile.
J’ai voulu travailler sur les mosquées, mais d’abord sur l’Islam, parce que c’était un bon sujet. Journalistiquement parlant, c’était un sujet difficile, qui sentait un peu le « souffre ».
La réalité était très différente. Pour être honnête, j’y suis allé avec tous les aprioris qu’ont les journalistes. Je me suis vite rendu compte que ça ne tenait pas la route, surtout quand j’ai croisé des confrères qui généralement n’allaient pas plus loin que l'entrée des mosquées du fait de leur comportement. Une grande partie de la difficulté à travailler avec les responsables de mosquées, vient de leur attitude, celui de « conquistadors » !
J’ai mis beaucoup de temps avant de commencer à shooter, et c’est pendant ce temps-là, que j’ai vu les choses autrement.

Comment est né le projet ?

J-M.R : Thomas Deltombe et moi avions proposé ce projet à la ville de paris, alors que l’ICI n’existait pas encore. On a lancé des thèmes sur lesquels on voulait absolument travailler : le rôle social de la mosquée, la transmission du savoir, l’espace, le manque d’espace... Chacun a travaillé dessus dans son coin.
Le documentaire, les textes et les photos ont été réalisés parallèlement mais indépendamment. Ils apportent chacun un éclairage différent. Tout cela fonctionne bien.
Dans un premier temps, j’ai travaillé sur une vingtaine de mosquées. Ensuite, ça s'est réduit à une petite dizaine car ce n’était pas possible de faire un travail poussé sur autant de lieux de culte à la fois.

Mosquée Omar (11ème arrondissement), assis  en tailleur, de jeunes adultes récitent le coran.
Mosquée Omar (11ème arrondissement), assis en tailleur, de jeunes adultes récitent le coran.

Quelles sont aujourd'hui vos impressions sur les « mosquées de France » ?

J-M.R : Globalement, je suis partagé. C’est long, très difficile en terme de productivité. Entre un premier contact et un début de réalisation, il peut s’écouler trois mois, le temps qu’ils veulent bien me voir, me rencontrer. Certains me l’ont dit, ils se sont amusés à me balader, juste pour voir si j’allais rester accroché. On en rigole aujourd’hui. C’est un milieu fermé, qui rejette pas mal les sollicitations extérieures, à commencer par les médias. Il s’agit de réflexes d’autodéfense souvent parce que les personnes concernées ont vécu des expériences très cuisantes avec les médias. Je n’ai reçu aucun refus catégorique car les gens sont polis, mais ils m’ont parfois évincé sous des prétextes fallacieux, comme « le responsable est pas là », etc.
Par exemple, une des premières prises de vue intéressantes, c’était les cours de coran à la mosquée Ali, rue du Faubourg Saint Denis. C’était 5-6 mois après le début de nos premiers contacts.
Je suis tombé sur une espèce de gros bazar avec des gamins insupportables qui se balançaient des avions en papier, des boulettes, se faisaient engueuler et allaient au coin. C’était la cour de récré ! On était assez loin du cliché des gamins qui se tapent la tête contre les murs en récitant le coran !
J’avais fait un jeu de tirage que j’ai offert aux enfants, dont je souhaitais l’accord des parents. Malheureusement, ces images n’ont pas pu être exploitées parce que les parents ont hurlé quand ils ont su qu’on avait fait des photos. J’étais un p’tit peu déçu.

Comment ont été accueillies les photographies ?

J-M.R : Toutes les délégations des mosquées se sont déplacées au vernissage et ont vu la majorité des images à cette occasion, j’étais très content. J’ai trouvé ça très touchant car je n’étais pas certain qu’ils viendraient, en plus endimanchés pour certains, avec femmes et enfants pour d’autres. C’était une belle récompense.
On a ensuite assisté à des scènes intéressantes où certains se faisaient photographiés devant leur propre photo ! D’autres venaient aussi me voir pour me dire « mais ma photo elle est où ? », et je leur disais « mais t’as jamais voulu qu’on te prenne en photo ! » Le jour du vernissage, on était encore en train de travailler sur le film et plein de gens m’ont dit « Il faut absolument que tu viennes me voir pour ci pour ça », alors que ça fait des mois qu’ils m’opposent un refus poli mais catégorique !
Pour résumer, ils m’ont tous dit quelque chose d’approchant qui voulait dire qu’on avait « restitué », d’après eux, leur réalité et « ce qu’ils vivent tous les jours ». Ils ont été étonnés et ravis de se revoir dans leur quotidien.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le documentaire ?

J-M.R : L’objectif était de montrer le quotidien des mosquées, les problèmes qui s’y posent, et donner la parole aux gens. D’ordinaire, ce sont toujours des experts qui sont là pour expliquer les choses, et toujours sur les questions sécuritaires.
Pour ce 52 minutes, il s’agit des mêmes mosquées que pour l’exposition photos, sauf la mosquée située 77 rue Philippe de Girard, uniquement présente dans le film. A l’heure actuelle, le documentaire n’est pas fini. Grâce à l’expo, le prévisionnage du film par certains nous a ouvert des portes. Nous allons aborder cette dernière thématique : la sécurité et les relations avec les médias. Il faut remettre les choses en perspective sur ces questions là. Nous sommes obligés d’aborder ces points pour être parfaitement honnête, car nous savons déjà que l’on va s’attirer des critiques de complaisance, alors que ce n’est pas le cas.
Pour moi, la gestion d’une boite de nuit et d’une mosquée, c’est la même chose ! Ca accueille des gens, ça fait du bruit jusqu’à pas d’heures, il y a des grincheux partout qui ne sont jamais contents… Le vrai problème de sécurité dans les mosquées, c’est celle des lieux et de l’accueil du public !

Quelle est la suite du projet ?

J-M.R : Le documentaire sera projeté le jeudi 16 octobre à l'Institut des Cutlures d'Islam.
J’espère que tous les gens que l’on verra dans le film seront là. A l’issue du film, un débat public se tiendra sur le thème mosquées-médias, sur notre “ intrusion ”, sur le tournage, les relations établies entre nous et les gens des mosquées, et aussi sur leurs relations internes. C’était un enjeu pour certaines mosquées de nous recevoir, en terme d’ouverture. Celui-ci sera animé par Thomas Deltombe et le sociologue Eric Macé.
Un livre réunissant une partie des photos présentées à l’exposition, d’autres qui n’ont pas été exposées et les textes de Thomas Deltombe, doit sortir en novembre au moment du Mois de la Photo, l’occasion également pour l’exposition « Mosquées de France » de revivre durant ce mois.




* Exposition "Mosquées de Paris " à l' Institut des cultures d’Islam (ICI)
Entrée libre, du mardi au samedi, de 14h à 20h. Adresse : 19-23 rue Léon, 75018 Paris, Tel. : 01 53 09 99 80. Reprise de l’exposition en novembre pour le Mois de la Photo.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu