Connectez-vous S'inscrire






Religions

Mosquée de Toul : « Il nous faut continuer à œuvrer pour le dialogue »

Amine Nejdi, président du CRCM Lorraine, réagit

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Mardi 25 Août 2009

Des pieds et une tête de cochon accrochés aux fenêtres et à la porte de la mosquée, des croix gammées et des inscriptions racistes peints sur ses murs... L’émotion a été vive à Toul à la suite de la découverte, mercredi 19 août, de la profanation du lieu de culte géré par l'association socio-culturelle des Maghrébins toulois. Très vite, trois jeunes skinheads ont été arrêtés et présentés au parquet de Nancy. Contacté par Saphirnews, Amine Nejdi, président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) Lorraine et imam de la mosquée, raconte les faits. Il se veut serein mais fait part de son indignation et réclame aujourd'hui des sanctions exemplaires.



La mosquée a été recouverte d'inscriptions xénophobes dans la nuit du mardi 18 août 2009.
La mosquée a été recouverte d'inscriptions xénophobes dans la nuit du mardi 18 août 2009.

Quelles ont été vos réactions à la suite de cet acte de malveillance ?

C’est à l'heure de la prière de l'aube que certains fidèles ont découvert le macabre. Choqués, ils ont pris contact avec la police et plusieurs enquêteurs, y compris ceux de la police scientifique, se sont présentés sur les lieux.
L’affaire a été bien prise en main puisque deux heures plus tard j'ai été contacté par la maire de Toul et Mme Morano (secrétaire d’État à la Famille, ndlr) qui a présenté sa candidature lors des dernières élections municipales. Elle m’a fait part de sa solidarité, de son indignation et a déclaré qu'elle suivait l'affaire de près.
L'information a été rapidement diffusée car les journalistes ont été présents très tôt mercredi. La police a pu procéder à l'arrestation des coupables quelques heures à peine après la profanation. On constate qu'il y a eu une prise en charge efficace de l'affaire.

Que savez-vous des auteurs de la profanation ? Comment expliquent-ils l’agression ?

Apparemment, ce sont des jeunes qui ont entre 19 et 21 ans et ne sont pas originaires de Toul. D'après leurs dires, il souhaitait construire un réseau de skinheads et se faire connaître. Ils voulaient faire un acte significatif pour qu'ils puissent en parler. Ils se préparaient d'ailleurs à créer un site pour faire parler d'eux.
Ils ont aussi eu vent de l'agression contre l'église du quartier (début juillet, ndlr). Ils ont cru que les musulmans étaient derrière cet acte-là et ils voulaient se venger. Pourtant, l'église avait émis un communiqué pour dire que ce n'était pas le cas et que les voyous n'étaient pas forcément des musulmans. Ce sont des jeunes désemparés qui s'en prennaient aussi à des commerces, y compris de musulmans.

Avez-vous déjà entendu parler de mouvements d’extrême droite dans la ville et ses alentours ?

Toul et sa région sont particulièrement calmes. La présence musulmane est assez forte car c'est une région minière et sidérurgique. Les musulmans ont bonne réputation à Toul, ils sont très bien vus des riverains, de la mairie, des maires qui se sont succédés et des autres communautés religieuses, notamment des chrétiens, avec qui on a beaucoup dialogué. C'est le résultat de 20 ans de travail de terrain.
Le quartier où se situe la mosquée était un lieu connu pour des faits divers mais, depuis l’ouverture de la mosquée (en 1991, ndlr), tout le monde confirme qu’elle a suscité une meilleure éducation des enfants… Ce sont malheureusement des personnes extérieures à la ville qui ont semé le trouble.

Amine Nejdi, président du CRCM Lorraine.
Amine Nejdi, président du CRCM Lorraine.

Est-ce vraiment la première fois que ce genre d’acte a lieu dans la ville et ses alentours ?

En fait, on a déjà retrouvé une tête de cochon dans l'enceinte du parking de la mosquée, il y a environ deux ans. Mais cela n'est arrivé qu’une seule fois et on n'a pas voulu en faire part à la police pour ne pas susciter de polémique pour pas grand-chose.
Cette fois, la profanation a pris une dimension démesurée. C'était un acte bien prémédité, bien organisé. La police les a pris en flagrant délit, le jour même, en train de taguer le commerce d'un Turc dans la commune de Liverdun, située à une quarantaine de kilomètres de Toul. La veille, ils avaient acheté dans une grande surface des morceaux de porc…
On a reçu le témoignage d'un voisin qui a vu une voiture sortir de l'arrière de la mosquée. Il a eu le réflexe de relever le numéro de la plaque d'immatriculation, ce qui a permis de retrouver rapidement les auteurs. Ils ont reconnu les faits. Nous avons porté plainte et pris un avocat pour suivre l'affaire afin qu’elle soit un exemple.

Cette affaire a suscité de larges réactions au sein de la classe politique et des associations. Est-ce pour vous la voie vers des mesures concrètes pour lutter contre l’islamophobie en France ?

Il existe des mesures répressives qui sont celles de punir les auteurs de ce genre d'actes et de dissuader ceux qui veulent les réitérer ou les imiter ailleurs.
Mais, avant tout, il faut des mesures éducatives, notamment à l'école. L'Etat doit s'investir pour apprendre aux nouvelles générations ce que les musulmans et l'islam ont apporté à la France. Les musulmans ont, par exemple, participé aux côtés de la France durant la Première et la Seconde Guerre mondiale. Ils ont participé à sa libération. Ils sont nombreux à avoir laissé leurs vies pour ça. Puis, ils ont reconstruit le pays...
Les musulmans dont le pays est la France cherchent à établir des bonnes relations avec ceux qui aussi l'ont aussi construite ; et on insiste pour dire que la France est le pays des chrétiens, des juifs, des non-religieux et des musulmans. Ceux qui sèment le trouble entre les citoyens n'ont pas leur place.

Le lieu de culte est actuellement accessible... Les traces ont-elles toutes disparu ?

Les services techniques sont venus nettoyer les murs, on ne voit plus les graffitis mais il reste des traces visibles. La couleur des murs a été dénaturée. Cela ne fait qu'une dizaine de mois qu'on a posé le crépi extérieur. Il nous a coûté 30 000 euros. Maintenant, nous devons refaire une peinture générale sur les 900 m² de façade. Nous avons été affligés car cette mosquée a été financée par les fidèles. Chacun s’y sent forcément un peu chez lui.

Quel message souhaitez-vous faire passer aux musulmans de la région ?

Notre but aujourd'hui n'est pas de surenchérir sur cette affaire. Une manifestation ne servirait à rien : contre qui serait- elle organisée? Les coupables ont été arrêtés. L'affaire va suivre son cours. Nous allons poursuivre nos activités et je souhaite retrouver la quiétude dans laquelle on vivait depuis des années.
La mosquée a toujours été un lieu d'ouverture, de participation citoyenne. Il nous faut oublier cet épisode malheureux dans l'histoire de cette mosquée et continuer à œuvrer pour le dialogue.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu