Connectez-vous S'inscrire






Religions

Monseigneur Muskens propose de remplacer 'God' par 'Allah'

L'évêque de Breda n'en est pas à sa première provocation

Rédigé par Assmaâ Rakho Mom | Lundi 20 Août 2007

Monseigneur Muskens, évêque de Breda, a de nouveau suscité le débat en Hollande en se prononçant pour le remplacement du terme "God", utilisé dans son pays, par celui de "Allah", plus "joli" selon lui et permettant un rapprochement entre les religions. Les réactions ne se sont pas faites attendre



Monseigneur Muskens, évêque de Breda
Monseigneur Muskens, évêque de Breda

Pavé

"A partir de maintenant, il nous est possible en tant que catholiques d'employer le terme 'Allah' en remplacement du terme 'God', le terme arabe étant plus joli et permettant davantage un rapprochement entre les religions". Ainsi s'exprimait Monseigneur Muskens, évêque de la ville hollandaise de Breda, lundi 13 août 2007 sur la deuxième chaîne des Pays-Bas, prenant ainsi tout le monde de court et créant à nouveau la polémique. "Dieu se moque du nom que nous lui donnons. Nous nous inquiétons de savoir ce qu’il en penserait, s’il considérerait cela comme un blasphème. Certainement pas. C’est quelque chose que nous avons inventé pour pouvoir nous quereller" a ajouté le prélat, qui n'en est pas à son coup d'essai.

Agé de 71 ans, Monseigneur Muskens, qui a annoncé récemment son départ anticipé pour des raisons de santé, a déjà par le passé jeté plusieurs pavés dans la mare, en estimant publiquement que celui qui avait faim pouvait voler du pain, en s'opposant au Vatican en défendant l'usage du préservatif pour lutter contre le virus du SIDA, ou encore en se prononçant pour le mariage des prêtres.

Mgr Muskens a par ailleurs expliqué que durant les huits années qu'il a passé en Indonésie, dans les églises indonésiennes, c'était le terme "Allah" qui était employé pour désigner Dieu. " Si moi-même durant huit ans, et avant moi des prêtres depuis vingt ou trente ans, avons répété durant nos prières dans les églises indonésiennes et durant la célébration de l'eucharistie le terme d'"Allah Tout-Puissant", pourquoi ne serions-nous pas capables de faire la même chose ici ?"

"Naturellement cela doit être longuement et soigneusement préparé et mûrement réfléchi. Mais dans cent ans, deux cents ans, je demande à voir. [...] Allah est simplement le mot arabe pour Dieu" a précisé Mgr Muskens.

L'évêque de Breda critique la ligne conservatrice choisie selon lui par le successeur de Jean-Paul II au Vatican, le Pape Benoît XVI.


Guerrit Wilders, député populiste hollandais
Guerrit Wilders, député populiste hollandais
Selon les spécialistes de la question, les propos de Mgr Muskens auraient été tenus en réaction à ceux du député populiste hollandais Guerrit Wilders, du Parti de la Liberté, qui, début août, écrivait à ses collègues dans une lettre ouverte publiée par le quotidien néerlandais Volkskrant : "J'en ai marre du Coran aux Pays-Bas : interdisez ce livre fasciste".

Intitulée "Trop c'est trop : interdisez le Coran", la lettre de Guerrit Wilders va jusqu'à comparer le Coran à "Mein Kampf", ouvrage rédigé par Hitler. "J'en ai marre de l'Islam aux Pays-Bas: plus de nouveaux immigrants musulmans. J'en ai marre des prières à Allah et Mohammed aux Pays-Bas: plus de nouvelles mosquées. J'en ai marre du Coran aux Pays-Bas: interdisez ce livre fasciste" écrivait encore Wilders.

Réactions

Pour le président des Eglises protestantes des Pays-Bas, Guerrit de Fijter, "Allah est simplement le mot arabe qui signifie Dieu". Pour lui, "nous ne sommes pas en Indonésie ou dans un autre pays, mais aux Pays-Bas, et nous Le nommons Dieu", et Guerrit de Fijter de préciser qu'il "veut continuer de voir Dieu en relation avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit : si nous disons Allah, cela n’est pas possible. Je suis pour le dialogue avec les musulmans, mais à mes yeux, le fait de parler un langage clair en est un élément".

"Je n’ai absolument pas envie d’entrer dans ce type de discussion" a pour sa part déclaré la députée Lisbeth Spies, qui ajoute : "D’autres traditions attachent de la valeur au mot Allah ; on peut inverser la proposition, pourquoi les musulmans n’appelleraient-ils pas Allah Dieu ?"

La conférence des évêques néerlandais n'est quant à elle pas complètement opposée aux idées avancées par Monseigneur Muskens. "De mémoire d’homme, nous cherchons les mots justes pour exprimer la grandeur de Dieu, Muskens fait une suggestion intéressante" a ainsi déclaré le porte-parole de la conférence, Pieter Kohnen.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu