Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Mayotte : la grève des salariés de Total paralyse l’île

Rédigé par | Mercredi 23 Août 2017



La station Total de Majicavo Jumbo à Mayotte (photo Journal de Mayotte)
La station Total de Majicavo Jumbo à Mayotte (photo Journal de Mayotte)
Depuis le déclenchement de la grève des salariés de Total le 11 août, l’île de Mayotte est gravement perturbée.* La pénurie d’essence paralyse le département d’Outremer situé dans l’archipel des Comores, dans l’océan Indien.

Une quarantaine de salariés réclament 15 % d’augmentation de salaires et de meilleures conditions de travail. C’est pourquoi ils bloquent notamment les sorties de camions citernes. La société Total est l’unique distributeur de carburant, et une seule des sept stations-services de l’île ouvre encore. Il y a un an, une grève générale qui avait duré plus d’un mois avait été la source d’une vague de violence.

La rentrée des classes, programmée mercredi 23 août, a été repoussée d’une semaine dans certains endroits. Les quelques établissements qui ont ouvert leurs grilles ont dû constater l’absence d’enseignants ou des élèves. Les transports collectifs sont toujours en service mais sont fortement perturbés. La police, les pompiers et les services médicaux bénéficient de la priorité pour se ravitailler mais pas les camions poubelles, ce qui occasionne une accumulation d’ordures ménagères dans les rues.

« On est à minimum dix heures et ça peut aller jusqu'à 24 heures d'attente. Pour avoir de l'essence, les gens sont obligés de laisser leur véhicule pendant la nuit dans les files d'attente et de revenir le matin ; certains dorment même dans leur voiture. C'est du jamais vu. Enfin, moi, personnellement, je n’avais jamais vu, à ce point-là, des files d'attente aussi longues. C'est littéralement des centaines de voitures qui sont dans les files d'attente tous les jours », témoigne pour RFI un automobiliste excédé. Les grévistes ont prévenu : le conflit social durera tant que les négociations avec Total n'auront pas été concluantes.

Mise à jour : Les grévistes ont repris le travail jeudi 24 août après qu'un protocole de sortie de crise ait été signé la veille entre la direction de Total et le syndicat FO. Selon La 1ère, aucune sanction ne sera engagée contre les grévistes. Les salariés ont notamment obtenu une prime d’ancienneté dès la première année et jusqu’à 18 ans de présence, une majoration de 25 % du taux horaire pour le travail effectué le dimanche et les jours fériés, une majoration du salaire de base à 15 % pour les heures de nuit effectuées entre 18h et 21h, des avantages sur les produits Total et une prime exceptionnelle de 1 000 euros qui sera versée à chaque salarié avec le salaire de septembre.

Lire aussi :
Voile ou châle, la députée Ramlati Ali répond aux attaques des identitaires (vidéo)
A Mayotte, Marine Le Pen séduit les musulmans
Mayotte en proie à la xénophobie : une tragédie franco-comorienne
Mayotte : 14e jour de grève générale pour réclamer une « égalité réelle » avec la métropole
De la colonisation française : Mayotte, le dernier caprice de la Françafrique





Loading














Recevez le meilleur de l'actu