Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Maroc : Mohammed VI promet « l’enfer pour toujours » aux terroristes

Rédigé par Saphirnews | Lundi 22 Août 2016



Le souverain s’est exprimé samedi 20 août à l’occasion du 63e anniversaire de la révolution du Roi et du Peuple au Maroc. Cette commémoration rappelle la déportation du sultan Mohammed V après sa destitution par les autorités françaises en 1953 et l’élan nationaliste qui en a résulté dans tout le pays. Cet évènement entend célébrer le lien qui unit la monarchie au peuple...

S’adressant aux 5 millions de Marocains qui vivent à l’étranger, dont une partie importante réside en France, Mohammed VI dit mesurer « les difficultés qu’ils endurent du fait de la perversion de l’image de l’Islam et des attentats terroristes qui ont coûté la vie à bon nombre d’entre eux ».

Le roi du Maroc s’est alors lancé dans une démonstration visant à délégitimer d’un point de vue islamique les agissements des mouvements terroristes et de leurs loups solitaires qui se revendiquent de l’islam.

> Lire aussi : Islam, Coran, jihadisme : et la théologie dans tout ça ?

Citations du Coran à l’appui, il qualifie l’assassinat du père Jacques Hamel dans son église à Saint-Etienne-du-Rouvray de « folie impardonnable ». « L’Islam nous a recommandé de bien traiter les Gens du Livre, comme l’attestent les versets suivants : ''Nous ne faisons pas de distinction entre Ses Messagers'' et '' L’homme bon est celui qui croit en Dieu, au dernier jour, aux anges et aux prophètes'' », ajoute-t-il.

> Lire aussi : Les droits des minorités religieuses en terre d'islam réaffirmés au Maroc

Mohammed VI réfute la validité du jihad tel qu’il est revendiqué par les auteurs des récents attentats et notamment les attentats-suicides : « Est-il concevable que Dieu, le Tout-Clément, le Tout-Miséricordieux, puisse ordonner à un individu de se faire exploser ou d’assassiner des innocents ? Pourtant, l’islam, comme on le sait, n’autorise aucune forme de suicide, pour quelque motif que ce soit, comme attesté dans le verset qui dit : ‘’Celui qui a tué un homme qui lui-même n’a pas tué, ou qui n’a pas commis de violence sur la terre, est considéré comme s’il avait tué tous les humains’’. »

Selon le roi du Maroc, l’appel au jihad est « du ressort de la Commanderie des croyants, et il ne peut émaner d’aucun individu ni d’aucun groupe ». Il faut rappeler par ailleurs que, d’après la Constitution marocaine, le souverain possède le titre de commandeur des croyants, un titre revendiqué par Abu Bakr al-Baghdadi, le chef de l’Etat islamique. Le monarque estime que les membres des organisations terroristes « sont bien loin de l’islam et de ses valeurs de tolérance ». Il juge aussi qu’ils « n’ont de lien avec l’islam que les alibis dont ils se prévalent pour justifier leurs crimes et leurs insanités » avant de les qualifier d’ « individus égarés condamnés à l’enfer pour toujours ».






Loading











Recevez le meilleur de l'actu