Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Marches à Gaza et à Ramallah pour marquer la 'catastrophe' palestinienne

| Mardi 13 Mai 2008



Les Palestiniens ont annoncé mardi l'organisation de manifestations populaires jeudi à Gaza et en Cisjordanie pour marquer le 60e anniversaire de la "Nakba" (catastrophe en arabe), que fut pour eux la création d'Israël en 1948. Le mouvement Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a annoncé la tenue d'une manifestation de "colère" devant Erez, le principal point de passage entre le territoire palestinien et Israël.
"C'est une mesure d'escalade destinée à briser le blocus sioniste imposé à la population de Gaza depuis près de deux ans", a déclaré un porte-parole du Hamas, Achraf Abou Diyyah, dans un communiqué.
Il a qualifié la manifestation, organisée dans le cadre des évènements marquant le 60e anniversaire de la Nakba, de "soulèvement populaire de colère pour briser le blocus asphyxiant".
Les manifestants doivent marcher depuis les mosquées de Gaza après les prières du midi pour se rassembler à Erez, a précisé le Hamas dans un communiqué.
"Les masses palestiniennes n'accepteront pas la mort lente qui leur est infligée et vont assumer la responsabilité de briser le blocus", a déclaré à l'AFP un autre porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum.
Abdelatif Qanou, porte-parole du Hamas dans le nord de la bande de Gaza a pour sa part assimilé la population du territoire à une "bombe humaine qui risque d'exploser à tout moment si le blocus est maintenu".
"Le Hamas a décidé de briser le blocus par tous les moyens", a-t-il affirmé.
En Cisjordanie, les Palestiniens marqueront la Nakba par une marche présentée comme "massive" dans le centre de Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne.
"Ce sera la réponse au discours de Bush et aux positions américaines hostiles à notre cause", a déclaré à l'AFP Omar Assaf, qui préside un comité chargé d'organiser les évènement marquant la Nakba.
Le président américain George W. Bush doit prononcer le même jour un discours devant le Parlement israélien lors d'une visite qu'il entame mercredi pour participer aux célébrations du 60e anniversaire d'Israël.
Outre la marche à Ramallah, les Palestiniens doivent lâcher 21.915 ballons noirs --le nombre de jours qui se sont écoulés depuis la Nakba-- pour montrer leur attachement au droit au retour de leurs réfugiés sur leurs terres, selon M. Assaf.
Plus de 760.000 Palestiniens ont été poussés à l'exode lors de la création de l'Etat d'Israël.
Le sort de ces réfugiés et de leurs descendants, au total près de 4,5 millions de personnes, est la question la plus épineuse du conflit israélo-palestinien, Israël refusant d'entendre parler d'un retour des réfugiés.
Dix-neuf ans après sa création, Israël a occupé, en juin 1967, la Cisjordanie et la bande de Gaza, des territoires où les Palestiniens se sont résignés à créer leur futur Etat, sans renoncer pour autant au droit au retour des réfugiés sur leurs terres.




Loading














Recevez le meilleur de l'actu