Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Lollipop, 17 ans : « Je porte le niqab et je ne crois en aucun Dieu »

Rédigé par Sabah Babelmin | Mercredi 16 Mars 2016



Lollipop, 17 ans : « Je porte le niqab et je ne crois en aucun Dieu »
J’ai mis longtemps à vous écrire car j’ai vraiment beaucoup hésité par peur. Mais, avant tout, je vous remercie déjà de prendre attention à mon message. Merci encore.

Je suis une jeune femme de 17 ans, née de famille « pure française », raciste même, on m’a appris à l’être aussi et avec honte je l’ai été jusqu’à l’âge de mes 14 ans.

J’ai été baptisée, j’ai fait ma première communion, je suis donc chrétienne.

Cependant, des événements ont fait dans ma vie que j’ai mûri plus vite, j’ai cherché à apprendre de nouvelles choses, à m’ouvrir l’esprit. Je respecte donc toutes formes de valeurs et de coutumes.

Je suis devenue « neutre » de toute croyance, je ne crois en aucun Dieu, même si je respecte toutes les religions car, pour moi, elles ont toutes des torts et des raisons.

Pourtant, je crois en quelque chose de supérieur à nous et il m’arrive de prier, de parler, comme ça, à cette chose. Je pense que l’homme peut développer son corps et son esprit. Je pense que tout est bon tant que ce qui nous plait ne fait pas de mal à un autre. Et je ne crois ni au paradis ni a l’enfer. (C’est de là que vient le fait que je ne crois plus en la religion.)

Depuis le mois de novembre 2015, je me suis mise à porter la niqab, et le hijab quand je ne peux pas. Je ne dirais pas pourquoi ni comment.

Mais ma sœur et ma mère le vivent assez mal (à cause des préjugés sans doute), elles font des efforts et elles me disent franchement ce qu’elles en pensent (pas que du bien). Je les comprends donc je ne leur en veux pas.

J’ai toujours dit bonjour aux personnes que je croisais, toujours souri. Et avec « ça », aucune personne ne me répond.

J’ai vécu très mal mes deux premiers mois. Je n’avais plus vécu depuis longtemps quelque chose d’aussi destructeur moralement. Mais en lisant pourquoi dans l’islam on conseille de porter le voile, cela m’a permis de me « rassurer », d’aller mieux.

Lors des vacances de Noël, en présence de mon amour, qui, lui, habite loin de chez moi (il n’est pas croyant et est lui aussi libre d’esprit) j’ai pu l’enlever.

Je me sentais bien pendant ces deux semaines mais je repensais sans cesse à ces deux mois et à ceux qui allaient venir. Les vacances étaient passées et j’ai remis le voile. Cette fois-ci tout allait un peu mieux car cela me dérange moins que l’on ne me réponde pas.

Mais lorsque l’on m’a plusieurs fois agressée verbalement, j’ai commencé à avoir peur, et à présent je ne sors presque plus. J’attendais avec impatience ces vacances pour l’enlever à nouveau mais après l’avoir enlevé je me sens mal, très mal. J’ai peur des gens quand maintenant c’est eux qui me disent bonjour. Je me sens dénudée.

L’islam m’a aidée, le peu que j’ai lu m’intéresse et j’hésite à en apprendre plus car c’est cette religion qui m’a permis de m’aider dans cette situation. Mais j’ai peur de changer, de penser autrement.

Je me demande si je dois trouver mon chemin vers celle-ci. Mais j’ai peur de m’investir quelque part qui n’est peut être pas ma place car comme je l’ai dit je ne crois pas en certaines choses ou alors je devrais en apprendre plus.

Je me demande également s’il vaut mieux que je continue à porter le niqab tout en gardant mon indépendance religieuse ou alors arrêter de le porter pour plaire à cette société qui m’a tellement déçue.

À présent, j’ai peur du monde qui m’entoure. Je me pose plein de questions : Comment faire ? Comment réagir ? Quoi penser ? Que choisir ?

J’aimerais tellement qu’on m’éclaircisse le chemin pour au moins m’aider à sortir de ce sentier perdu et retrouver une route plus paisible. Lollipop

Sabah Babelmin, psychothérapeute

Votre dernière phrase « m’aider à sortir de ce sentier perdu et retrouver une route plus paisible » montre que vous sentez, au fond de vous-même, que vous êtes perdue et que vous cherchez à pouvoir exister, à vous construire une identité, indépendamment de vos parents.

Vous décrivez vos parents comme étant des personnes « racistes », c’est-à-dire qui ont peur de l’autre, de tout ce qui est différent, étranger, ce qui les renvoie probablement à tout ce qu’ils méconnaissent d’eux-mêmes, alors cela peut passer par la peur du voile par exemple.

Et que vous décidiez à porter le hijab, recommandé pour les femmes musulmanes (selon l'orthodoxie majoritaire), alors que vous dites clairement que vous êtes « neutre de toute croyance », ne croyant « en aucun Dieu », n'est sans doute pas anodin dans les relations que vous entretenez avec vos parents.

Pour vous aider à retrouver votre propre chemin et la paix, il me semble important de vous faire aider. Un professionnel saura vous aiguiller vers vous-même.

Vous êtes jeune et tous les chemins vous sont ouverts. Or, à travers vos diverses expériences (rejet de votre religion inculquée par votre famille, port du voile, retrait du voile, début d’intérêt pour l’islam), vous êtes en train de chercher votre voie.

S’agissant de la religion musulmane, ne vous contentez surtout pas d’informations glanées sur Internet ou auprès de copains et copines. Vous dites portez le niqab mais vous ne saurez dire « pourquoi ni comment » ; et quand vous ne le portez plus, vous vous sentez « dénudée » : est-ce que tout cela a vraiment à voir avec la religion ?

Vous pouvez vous renseigner plus sérieusement sur l’islam, en vous rapprochant d’une personne qui saurait vous aider à comprendre ses fondements : l’islam est une religion d’ouverture, de tolérance, d’amour et de liberté, qui pourrait peut-être vous aider à trouver votre voie (voix).

Toujours est-il que la religion, quelle qu'elle soit, n’est pas un jeu, mais elle un moyen qui peut guider, apaiser, elle est un engagement envers le Divin, (sans aucun intermédiaire en islam), c’est une expérience très intime, il n’y a rien à prouver à personne, elle peut être un repère pour ceux qui se sentent perdus, envahis par des valeurs qui ne correspondent pas à ce qu’ils ressentent au fond d’eux-mêmes.

Et j’ai l’impression que c’est votre cas. Vous vous posez des questions, vous posez des actes que vous ne comprenez pas, mais c’est vivant, il y a du mouvement et cela indique que tous les espoirs sont permis pour que vous trouviez la voie qui est la vôtre vers la paix et votre vraie identité.

J’espère que ces quelques éléments de réponse vous seront utiles. Bon courage.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com





Loading














Recevez le meilleur de l'actu