Connectez-vous S'inscrire






Religions

Lhaj Thami Breze, une nouvelle fois président de l’UOIF

Organisations musulmanes

Rédigé par Nicolas Mom | Mardi 27 Septembre 2005

Lhaj Thami Breze a été réélu au poste de président de l’Union des Organisations de France. Et ce pour un mandat de 4 ans. Dimanche au Raincy, dans la salle des fêtes. Depuis 1992, Lhaj Thami Breze enchaîne les mandats de la présidence. Mais que dire du bilan de l’UOIF ? Après ces quatre années passées à la présidence, Lhaj Thami Breze est entré dans l’histoire de l’UOIF et de fait de l’islam en France avec sa participation au CFCM (Conseil Français du Culte Musulman).



Hier fondamentalistes, les cadres de l’UOIF sont aujourd’hui modérés depuis l’invitation à la « table de la république » de Nicolas Sarkozy pour mettre en place ce fameux Conseil Français du Culte Musulman. Les autrefois « barbus » et maintenant « modérés » de l’UOIF sont aujourd’hui applaudis par la droite française.

Modération « adroite »…

Ainsi selon Le Monde, « Le député (UMP) et maire de la ville (de Raincy), Eric Raoult, présent lors de la séance d'ouverture, a tenu à féliciter l'UOIF pour sa modération ». « Que la ville du Raincy soit en mesure d'accueillir l'assemblée générale de l'UOIF, je ne pense pas que cela aurait été possible il y a quelques années », a déclaré Eric Raoult.

Une modération mais à quel prix ? Car si l’on peut douter d’un glissement politique de l’Union des Organisations Islamiques de France vers la droite française, il est cependant certain que la tête du CFCM (qui a été l’objet de moult débat) pour cette deuxième année consécutive a été laissée au recteur de la Mosquée de Paris Dalil Boubakeur. Compromis qui n’a pas laissé les musulmans de France indifférents. D’autant plus que pour marquer l’unité, et pour la première fois de l’histoire du Bourget (rencontre annuelle de l’UOIF, réunissant des musulmans de la France entière), le recteur Dalil Boubakeur a été invité et est venus s’exprimer à la tribune.

Vers de nouvelles orientations

Avec ce nouveau mandat, Lhaj Thami Breze s’inscrira, peut être, une nouvelle fois dans l’histoire de l’UOIF. Puisque l’objectif de cette dernière, fixé par le conseil d’administration, est de réformer l’UOIF. Souvent critiqué par ces positions quelque peu frileuses sur la loi antifoulard, l’autre objectif que s’est fixé l’Union est la mise en place des écoles privées musulmanes. Après s’être installé dans la vie politique française, la seconde étape de l’UOIF sera peut être le passage à l’acte… A suivre.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu