Connectez-vous S'inscrire






Archives

Les zones humides: à préserver absolument

Rédigé par HADDACH Mohamed | Lundi 27 Janvier 2003

D’une richesse naturelle exceptionnelle, premier rempart aux inondations, terres de pâturage et autres découvertes touristiques. Des marrées à la marre sans oublier les lacs, tourbières et estuaires en tout genre, les zones humides représentent un bastion de la diversité de notre vie.
Malheureusement, ce portrait idyllique ne doit pas nous faire oublier qu’elles sont en voie d’extinction et que leur sauvegarde devient alors une urgence...



D’une richesse naturelle exceptionnelle, premier rempart aux inondations, terres de pâturage et autres découvertes touristiques. Des marrées à la marre sans oublier les lacs, tourbières et estuaires en tout genre, les zones humides représentent un bastion de la diversité de notre vie.

Malheureusement, ce portrait idyllique ne doit pas nous faire oublier qu’elles sont en voie d’extinction et que leur sauvegarde devient alors une urgence…

Un fief de biodiversité

Il est important de savoir que les zones humides ont des fonctions de base qui se partagent en trois niveaux interdépendants, le biologique, l’écologique et l’économique. Pour ce qui est de l’aspect biologique, la richesse de la faune et la flore ainsi que le large panel des écosystèmes constituent un trésor de biodiversité.

Beaucoup d’espèces animales y bénéficient de conditions adéquates indispensables à leur survie : le gîte et le « couvert » et des lieux de reproductions et de repos indéniables pour les migrateurs. Les végétaux de toutes sortes s’y développent avec la particularité d’avoir une grande affinité pour les taux d’humidité élevés.

 Les chiffres à ce sujet parlent d’eux mêmes et laissent plus que rêveurs : 50 % des espèces d’oiseaux et 30 % des espèces végétales rares dépendent directement des zones humides. Les deux tiers des poissons que nous aimons à consommer y grandissent ou s’y reproduisent.

Les exemples d’habitats en zones humides pullulent, on citera les prairies humides fréquentées par plus de 200 espèces d’oiseaux et servent de frayère pour une foule de poissons. Les roselières, spécificités des rives, avec leurs écrans de roseaux  sont là en tant qu’abris à bon nombre d’espèces vivantes.

Barrière filtrante pour l’eau potable

Au niveau écologique, les zones humides participent au maintien de la qualité de l’eau par leur action de filtre d’épuration. En premier lieu, elles stockent les polluants : les sédiments retiennent les métaux lourds et sont le principal réservoir d’azote organique. Deuxièmement, les végétaux abrités dans ces zones humides transforment des substances comme les nitrates à l’origine de l’appauvrissement des milieux aquatiques.

L’autre service, et non des moindres, rendu à l’homme par ces zones humides est l’absoprtion des crues et la prévention des inondations. En effet, les rivières sortent de leur lit lors de pluies diluviennes et se chargent en particules de terre en amont pour se transformer en coulées de boues dont on ne détaille plus les dangers. Les zones humides fonctionnent comme les barrages et réservoirs chargés de stopper cette eau en excès. Elles jouent également le rôle d’éponge naturelle des crues et restituent même l’humidité en cas de sécheresse.

Autant de services rendus par ces zones humides à l’homme, aux collectivités…..quand on pense à ces êtres qui se développent à nos cotés et qui font vibrer les eaux et les sols par le biais de ces fameuses zones humides, cela bien sûr dans notre plus parfaite ignorance, c’est une véritable leçon de vie et d’humilité qui nous est donnée….





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu