Connectez-vous S'inscrire






Archives

Les trois piliers du dispositif De Villepin pour l’Islam de France

Rédigé par Bamba Amara | Mardi 7 Décembre 2004

M. Dominique de Villepin veut marquer l’Islam en France. Ministre de l’Intérieur et donc ministre des cultes, M De Villepin fait connaître dans le journal Le Parisien, son plan pour « faciliter le bon exercice de la religion musulmane » en France. Des dispositions qui marquent la fin de « l’ère Sarkozy » qui a réussi le tour de force de créer le Conseil français du culte musulman (CFCM) chargé du double rôle d’intermédiaire des Musulmans auprès de l’Etat et de l’organisation du culte musulman en France. Côté pile du dispositif Villepin, on note le maintien de la loi 1905. Côté face de ce plan on retrouve le renforcement du « tout sécuritaire ».



M. Dominique de Villepin veut marquer l’Islam en France. Ministre de l’Intérieur et donc ministre des cultes, M De Villepin fait connaître dans le journal Le Parisien, son plan pour ' faciliter le bon exercice de la religion musulmane ' en France. Des dispositions qui marquent la fin de ' l’ère Sarkozy ' qui a réussi le tour de force de créer le Conseil français du culte musulman (CFCM) chargé du double rôle d’intermédiaire des Musulmans auprès de l’Etat et de l’organisation du culte musulman en France. Côté pile du dispositif Villepin, on note le maintien de la loi 1905. Côté face de ce plan on retrouve le renforcement du ' tout sécuritaire '.

Un plan en trois priorités
M. De Villepin reconnaît qu’'En 1905 l’Islam n’était pas à la table de la République '. Mais il reste convaincu que ' la loi de 1905 permet de relever le défi ' de la présence musulmane en France en harmonie avec la société française. Une position qui écarte la proposition de son prédécesseur Nicolas Sarkozy qui préconise un réexamen de cette loi de séparation de l’Etat et de la religion.

Le nouveau ministre de l’Intérieur, en charge du Culte, propose trois axes pour donner à la religion musulmane une place qui la sorte de la singularité dont elle est frappée dans le contexte français actuel : la clarté de financement du culte, la formation des imams et le contrôle des groupes de Musulmans jugés radicaux par le Ministère.

Une fondation pour gérer l’argent de l’Islam
M. De Villepin propose la création d’une fondation chargée de contrôler et de gérer les dons collectés par les associations musulmanes pour financer la construction et l’entretien de leurs lieux de cultes. Une volonté de transparence qui repose sur une volonté de contrôle des moyens de financement de l’Islam en France. Cette première mesure du plan De Villepin place l’Union des organisations islamiques en France (UOIF) dans le collimateur du ministère de l’Intérieur. Elle bénéficie du soutien de la Grande mosquée de Paris.

M. Fouad Alaoui, secrétaire général de l’UOIF, a fait savoir son opposition à cette proposition. Selon lui, d’abord ' la situation actuelle du CFCM, très instable sur des dossiers moins brûlants, ne lui permet pas de s'engager sur un tel sujet. Focaliser son attention sur des sujets traitant d’argent, c'est ajouter à la confusion ambiante, et renforcer les alibis de discorde de certains. Ensuite, nous nous étonnons de cette volonté de doter l'islam d'une fondation Unique, alors que d’expérience ce n'est pas le cas pour les autres cultes. '

Pourtant une fondation existe déjà en France pour la gestion de la communauté protestante. Mais cette dernière émane de fondations déjà existantes qui se sont rassemblées pour coordonner leurs actions. Ce qui conduit le secrétaire général de l’UOIF à qualifier la proposition du Ministre de mesure tendant à une ' nationalisation des finances de l’Islam de France '. Selon le Ministère, le projet de fondation sera effectif à partir du mois d’avril 2005. Et sa direction comprendra ' trois collèges : les membres fondateurs, les personnalités qualifiées, les représentants de l’Etat '.

Des imams ' made in France '
Pour la formation des imams officiant dans les mosquées françaises, le ministère de l’Intérieur propose un partenariat avec l’Education nationale. Les universités parisiennes d’Assas et de la Sorbonne sont pressenties pour proposer, dès la rentrée scolaire prochaine, un nouveau diplôme universitaire sur mesure pour les imams. Les conseils d’administration de ces universités ne se sont pas encore prononcés. Le but de cette formation sera de procurer une parfaite maîtrise de la langue, de la société et du droit français à ces futurs dignitaires religieux. Elle comprendra des cours d’Histoire de France, des cours sur les institutions de la République et elle sera sanctionnée par à un diplôme.

Selon Le Figaro, la Grande mosquée de Paris ' a déjà fourni la liste des soixante étudiants de son institut théologique, apparemment impatients de connaître les bancs de l’université '. La formation des imams est l’un des objectifs de l’Institut de théologie dont la Grande mosquée de Paris s’est dotée depuis 1993. Mais à ce jour, les résultats ne sont pas encore probants. Et la concurrence est rude. Les instituts privés capables de former des imams français se sont multipliés ces dernières années. Qu’il s’agisse du Centre d’Etudes et de recherche sur l’Islam (Cersi), qui n’affiche pas vraiment cette vocation, qu’il s’agisse de l’Institut français des études et sciences islamiques (Ifesci) qui l’exprime clairement, ou de l’Institut européen des sciences humaines (IESH) liée à l’UOIF, toutes ces institutions offrent des cursus prisés par les candidats français à la fonction d’imam.

L’IESH est la plus expérimentée dans ce type de formation. La proposition de M. De Villepin ne laisse donc pas l’UOIF indifférente. Selon Le Figaro, se référant aux propos de M. Ladj Thami Breze, l’UOIF ' demande déjà des aides financières pour les trajets et les séjours à Paris ' pour les étudiants de son centre situé dans la Nièvre, à Saint-léger-de-Fougeret, non loin de Château Chinon. Des bourses de formations pourraient être proposées aux étudiants suivant ce cursus.

Offensive nationale contre les radicaux
Le dernier axe du plan De Villepin est déjà connu des responsables associatifs musulmans de France : sécurité, sécurité et encore sécurité.
Le Ministre affiche la volonté de lutter contre l’amalgame entre l’appartenance à l’Islam et l’appartenance à un des groupes radicaux que l’Islam compte en son sein, comme toutes les autres religions. Le Ministre entend intensifier la pression des services de renseignements généraux sur ces mouvements certes minoritaires mais très actifs. Car, explique-t-il, ' il n’y a pas de fatalité à la croissance de la mouvance radicale en France. En Ile-de-France, il y avait 7 lieux de culte radicaux en 2000 et 32 en 2003. ' Le Ministre se félicite de la conduite d’ ' opérations ciblées ' qui ont ramené ces lieux de culte à 20. Il s’engage, face à ces mouvements, à ' faire preuve de la plus grande fermeté, et à mener un combat résolu '. La cellule parisienne des ' cellules de lutte contre l’Islam radical ' créée en avril 2004, a mené 103 opérations et expulsé quatorze imams. Le plan compte étendre ces opérations à 22 régions françaises dès janvier 2005.

Si, pour parvenir à la création du CFCM, M. Sarkozy s’était impliqué avec l’UOIF au point de paraître le ' chouchouter ', ce nouveau plan du ministre De Villepin apparaît proche des positions soutenues par la Grande mosquée de Paris. Reste que pour l’immense majorité des Musulmans de France, généralement éloignés de toutes ces organisations, il demeure encore ' trop d’Etat ' donc ' trop de politique ' dans le traitement de leur religion.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu