Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

Les talibés sénégalais victimes de graves maltraitances, selon Human Rights Watch

Rédigé par princevaillant@ymail.com | Lundi 19 Avril 2010



Dakar, Human Rights Watch - Des dizaines de milliers d’enfants fréquentant des internats coraniques au Sénégal sont soumis à des conditions qui s’apparentent à de l’esclavage et sont victimes de graves abus, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié le 15 avril dernier. Human Rights Watch a exhorté les autorités sénégalaises à réglementer toutes les écoles coraniques et à entreprendre une action immédiate et concertée pour traduire en justice les professeurs qui violent les lois sénégalaises contre la mendicité forcée et la maltraitance des enfants.

Le rapport de 126 pages, « ‘Sur le dos des enfants’ : Mendicité forcée et autres mauvais traitements à l’encontre des talibés au Sénégal », documente le système d’exploitation et de maltraitance dans le cadre duquel au moins 50 000 garçons appelés talibés - dont la grande majorité a moins de 12 ans, et beaucoup n’ont pas plus de quatre ans - sont forcés de mendier dans les rues du Sénégal pendant de longues heures, sept jours par semaine, par des professeurs appelés marabouts dont plusieurs exhibent des comportements abusives et brutaux.

Le rapport indique que les garçons sont souvent soumis par leurs professeurs à des formes extrêmes de maltraitance, de négligence et d’exploitation. Il s’appuie sur des entretiens menés auprès de 175 talibés ou anciens talibés, ainsi qu’auprès d’environ 120 autres personnes, dont des marabouts, des familles qui ont envoyé leurs enfants dans ces écoles, des spécialistes de l’islam, des représentants gouvernementaux et des travailleurs humanitaires.

« Le gouvernement sénégalais ne devrait pas rester les bras croisés pendant que des dizaines de milliers d’enfants talibés sont soumis chaque jour à des violences physiques, une négligence totale et, en fait, à des conditions s’apparentant à de l’esclavage », a remarqué Georgette Gagnon, directrice de la division Afrique à Human Rights Watch. « Le gouvernement devrait saisir l’occasion de la Journée nationale des Talibés, le 20 avril, pour s’engager à réglementer toutes les écoles coraniques et à exiger des comptes aux marabouts responsables de maltraitance. »

Dans la société sénégalaise essentiellement musulmane, où les chefs religieux exercent un pouvoir social et politique immense, les enfants ont depuis longtemps été confiés à des marabouts qui les éduquent dans ces internats coraniques, appelés daaras. Nombre de marabouts, qui servent de tuteurs de facto, remplissent consciencieusement la tradition importante de fournir aux jeunes garçons une éducation religieuse et morale.

Toutefois les recherches menées par Human Rights Watch montrent qu’actuellement, dans de nombreux daaras urbains fonctionnant en internats, d’autres marabouts se servent de l’éducation comme couverture pour l’exploitation économique des enfants à leur charge. Nombre de marabouts dans les daaras urbains exigent que les enfants leur remettent quotidiennement le produit de leur mendicité, et infligent de graves violences physiques et psychologiques aux enfants qui ne peuvent respecter le quota exigé. Human Rights Watch a documenté de nombreux cas de sévices corporels, et plusieurs cas où les enfants ont été enchaînés, attachés et forcés de rester dans des positions pénibles pendant qu’ils étaient battus.

Dans plus de 100 daaras dont Human Rights Watch a interrogé des talibés actuels ou passés, le marabout recueille en général de 20 000 à 60 000 dollars US par an grâce à la mendicité des garçons - une somme substantielle dans un pays où la plupart des gens vivent avec moins de 2 dollars par jour. Certains entretiens laissent supposer que des marabouts peuvent amasser jusqu’à 100 000 dollars par an en exploitant les enfants qui leur sont confiés. Lire suite de l'article

Télécharger le résumé et les recommandations, avec des photographies

Télécharger le rapport

Source : InfoSud - Tribune des droits humains - 17/10/2010




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu