Connectez-vous S'inscrire






Religions

'Les membres du CFCM et des CRCM doivent être élus sur des projets et non sur leurs origines !'

Entretien avec Azzedine Gaci, président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) Rhônes-Alpes.

Rédigé par Propos recueillis par Anissa Ammoura | Mercredi 4 Juin 2008

Azzedine Gaci est président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) Rhône-Alpes depuis 2005. Chercheur en sciences physiques de formation, il est imam à la mosquée de Villeurbanne et aumônier à la prison de Villefranche-sur-Saône. Il revient sur les élections mouvementées du CFCM et des CRCM, prévues les 8 et 22 juin prochains. Par ailleurs, l'Union des Organisations Islamiques de France (U.O.I.F) dont il est membre, souhaite le report de celles-ci.



Saphirnews : Comprenez-vous les divergences internes à l’U.O.I.F à une semaine du scrutin ?

Azzedine Gaci : Sans être de mauvaise foi, il faut que les divergences s’expriment. C’est un indicateur de la vitalité, un signe que l’institution vit. Rien n’a été calculé, personne ne s’attendait à cette décision de se réunir le week-end dernier. J'avais tout de suite dit aux membres qu’on ne pouvait pas remettre en cause le travail fait sur le terrain depuis six mois. Il est dommage de faire marche arrière au moment où il faut tout faire pour construire cet Islam de France. Le CFCM est un acquis pour la communauté musulmane de France mais il doit s’améliorer pour devenir une véritable institution. Malgré ses faiblesses, il faut qu’il continue d’exister. L’essentiel est que tout le monde participe.

'Les membres du CFCM et des CRCM doivent être élus sur des projets et non sur leurs origines !'

Que faut-il faire pour améliorer le fonctionnement du CFCM et des CRCM ?

A.G. : Je comprends bien la mosquée de Paris. Il faut revoir le mode de scrutin tout comme la notion de fédération. D’autre part, je voudrais que le président du CRCM soit élu au 1er tour pour éviter un jeu d’alliances. Avec deux tours, cela ouvre une course effrénée au pouvoir. Les élections telles qu’elles se font aujourd’hui sont responsables de l’inefficacité de certains CRCM. Certaines mosquées ont 10 000 m2 mais très peu de fidèles et très peu de rayonnement. Le rayonnement d’une mosquée ne se mesure ni au m2 ni même à la qualité de l’Imam. Je pense qu'il faut revoir complètement la notion de « grand électeur ». Dans le CRCM, certains membres n’arrivent pas à se détacher de leur mosquée ou de leur fédération. Quand on est élu dans une de ces instances, on n’est ni représentant de l’UOIF ni des algériens, on est représentant de tous les musulmans, quelles que soient leurs écoles de pensée. D’où un certain immobilisme des CRCM. D’autre part, il est urgent que les responsables aient une double compétence : religieuse, et de la maitrise du contexte et de la réalité française. Les musulmans de France, notamment les jeunes, ont besoin de responsables comme eux, imprégnés de la culture française et qui parlent leur langue. Ce sont eux qui vont parler au nom des musulmans. D’autre part, les responsables du CFCM sont complètement "absents" sur la formation des imams ou sur les problèmes de société. Je voudrais connaitre les avis des responsables religieux sur le mariage ou sur les dons d’organes par exemple. Le CFCM doit arrêter de se comporter comme une organisation politique et s’attaquer enfin au véritable état de délabrement de la communauté. Ceci concerne surtout la construction et la sécurité des mosquées, la majorité d’entre elles n’étant pas aux normes. Il faut s’occuper également de l’abattage rituel, du pèlerinage - et du commerce qui en est fait -, ainsi que du statut de l’imam comme l’ont fait les responsables des autres communautés religieuses.

Dans un entretien au journal 20 minutes, vous parliez d’ « ouvrir les portes du CFCM et des CRCM aux jeunes » et de faire davantage appel aux compétences des femmes au niveau de ces instances...

A.G. : Actuellement, il y a une marginalisation des compétences, des jeunes. Ces derniers considèrent que le CFCM est le bras spirituel de l’administration [française, ndlr] ! Dans le CRCM Rhône-Alpes, je les implique plus. Ils participent notamment à certaines commissions de travail. Mais il y a aussi une marginalisation des femmes. Très peu d’entre elles sont impliquées alors qu’elles maîtrisent mieux certains dossiers que les hommes. Il faut vivre son époque au moment où on parle de changement, investir dans les compétences et permettre aux femmes d’investir les instances. On a besoin de joindre nos actes aux paroles, d'être conforme aux enseignements du Coran. Et fixer dès maintenant deux priorités : revoir le statut du CFCM et la fonction de formation d’encadrement des imams.

Regrettez-vous dans cette campagne l’absence de débats d’idées entre les candidats sur la gestion même du culte ?

A.G. : Et comment ! Les personnes sont reconduites, sans qu’il y ait un bilan. Il n’y a pas de culture du bilan. Pourtant dans l’Islam, il existe la notion de Muhâssaba, c'est-à-dire celle de « se remettre en cause » ou « examen de conscience ». Ce n’est pas logique que le CFCM et les CRCM n’aient dressé aucun bilan. Au niveau régional, il y a une course effrénée pour avoir une place. Mais passées les élections, le président est livré à lui-même et le conseil d’administration ne vient jamais ! Il faudrait instaurer cette mentalité de bilan. Et pour partir, il faut aussi un projet ! Les membres du CFCM et des CRCM doivent être élus sur des projets et non sur leurs origines !


Voir aussi : U.O.I.F : nouveau boycott des élections du CFCM/CRCM ?





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu