Connectez-vous S'inscrire






Politique

Les femmes voilées en France, Nicolas Sarkozy dit oui en 2009, non en 2015

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Jeudi 19 Février 2015



Les femmes voilées en France, Nicolas Sarkozy dit oui en 2009, non en 2015
« Nous ne voulons pas de femmes voilées. » Cette phrase, qui a pour seule mérite d'être claire, est signée de Nicolas Sarkozy. Invité d’Europe 1 jeudi 19 février, le président de l’UMP a déclaré son opposition au voile au nom de « l’égalité » hommes-femmes.

« Il y a un certain nombre de pratiques sociétales dont nous ne voulons pas », a-t-il déclaré. « Par exemple ? », lui demande Jean-Pierre Elkabbach. « Nous ne voulons pas de femmes voilées, pas pour des raisons religieuses, pas pour des raisons d'interprétation de l'islam » mais « tout simplement » parce que « dans la République, la femme et l'homme sont à égalité », a répondu l’ex-président de la République. Aussi, « nous ne voulons pas de prières dans la rue », a-t-il cité.

De l’art d’opposer la France aux musulmans

« Il faut construire les conditions de l'émergence d'un islam de France qui a des pratiques sociétales communes avec notre culture », s’est expliqué au préalable Nicolas Sarkozy, signifiant aussi plus tard dans l'interview son refus « qu’on traite la République de racisme d’Etat » en référence aux propos de Manuel Valls sur l'apartheid.

Ne précisant pas qu’il parle du voile intégral (niqab) dont l’interdiction a été votée sous son quinquennat en 2010, c’est bien le voile classique (hijab) qui est visé et décrit comme une « pratique sociétale » incompatible avec « les valeurs de la République ». En substance, Nicolas Sarkozy en appelle aux musulmans de France à rejeter cette pratique pour prétendre être en accord avec la « culture » française et les valeurs qui en découlerait comme l'égalité hommes-femmes... Un discours qui rappelle la sortie affligeante de Nadine Morano en août 2014 et qui présente les musulmans comme d'éternels étrangers de l'intérieur.

« Pire encore, l’utilisation du "nous" » par Nicolas Sarkozy, « ce "nous", il me fait mal, il me fait peur. Car en ralliant la nation entière à une telle déclaration, il la ligue contre nous, il dresse les Français les uns contre les autres, il distille la haine et la discorde », s’est vivement insurgé Elsa Ray, porte-parole du Collctif contre l’islamophobie en France (CCIF), dans une tribune.

Nicolas Sarkozy disait le contraire en 2009

Pourtant, il fut un temps pas si lointain où Nicolas Sarkozy affichait un avis contraire sur la question du voile. « En France, toute jeune fille qui veut porter le voile peut le faire. C'est sa liberté », avait-il déclaré en juin 2009 lors d'un discours à Caen, en écho au discours de Barack Obama au Caire s'adressant au monde musulman. Seul l'accès aux guichets des administrations devait limiter, selon le président français, le port du voile. Il défendait à l'époque l'idée d'une « laïcité positive » qui implique « le respect de toutes les opinions et de toutes les croyances ».

Depuis, sa vision de la laïcité a subi un sérieux lifting. L'UMP s’est dernièrement positionnée contre le port du voile par les mères accompagnant les sorties scolaires, et par les étudiantes à l’université. Après les attentats de Paris, le parti est plus que jamais décidé à faire la promotion d’une laïcité d’exclusion.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu