Connectez-vous S'inscrire






Archives

Les douze saletés de caricatures du Jyllands-Posten

Au nom de la liberté d'expression

Rédigé par Amara Bamba | Mercredi 1 Février 2006

Le journal danois Jyllands-Posten a réussi un joli coup de publicité gratuite. Le mouvement s'est exécuté sur une valse à trois temps. Au premier pas, le journal publie douze dessins sensés cerner la figure du Prophète de l'islam. Au deuxième pas, il se tient dans les cordes et soutient mordicus qu'il a Dame Loi avec lui. Planqué derrière ce bouclier, un sourire malicieux au coin de la lèvre, il laisse monter la mayonnaise en guettant le moment propice pour s'élancer sur le troisième temps de sa valse machiavélique.



Palestine: on brûle le drapeau danois
Palestine: on brûle le drapeau danois
L'affaire remonte au 30 septembre 2005 lorsque Jyllands-Posten publie ses douze caricatures. La première réaction significative nous vint de l'Isesco qui diffuse alors un communiqué d'indignation. Pour qui connaît cette institution, la démarche est assez inhabituelle. Nous apprenons ensuite les protestations d'associations islamiques danoises suivies des réactions habituelles de mouvements islamiques. Tout semblait dans la routine. Le tollé général viendra par la suite.

La décision était d'offenser les musulmans

La tradition islamique qui interdit la représentation figurée du Prophète est une règle qui vaut pour les musulmans. Rien ne justifie qu'elle soit appliquée à des journalistes danois non musulmans et à leurs illustrateurs qui ne sont pas musulmans. Considéré comme le journal le plus lu du Danemark, Jyllands-Posten pouvait se permettre une petite gâterie professionnelle : tester le degré d'autocensure des ses dessinateurs sur le sujet de l'islam.

Dans l'absolu, une telle expérience est plutôt stimulante. Dans le contexte actuel, le choix du sujet (la figure du Prophète) est soit pure ineptie ou vile provocation. Car, « liberté d'expression » oblige, aucune loi danoise n'empêche Carsten Juste, le rédacteur en chef de Jyllands-Posten, de dessiner le Prophète de l'islam. Et il avait conscience de la portée que son initiative allait avoir sur ses lecteurs musulmans. Il a délibérement décidé de les offenser.

A défaut de recourir aux tribunaux, la réaction emprunta la voie diplomatique. Dès la mi-octobre, onze diplomates de pays musulmans en poste à Copenhague demandèrent à être reçus par le Premier ministre danois. Leur demande sera refusée. Le Premier ministre Anders Fogh Rasmussen est avant tout un conservateur mais il n'est ni journaliste, ni dessinateur. Il dirige une équipe gouvernementale et ne dirige pas une équipe de rédaction. Ce fut une démarche fort curieuse de la part de ces diplomates que de vouloir protester contre la bêtise d'un journal en s'entretenant avec un chef de gouvernement! Comme si, par une alchimie dont nous ignorons le secret, les sujets traités dans un journal étaient de nature à représenter l'opinion de tout un pays.

Il y eut palabre sur palabre. Pendant ce temps la mayonnaise a vraiment pris : manifestations publiques, menaces de mort contre le rédacteur en chef et certains dessinateurs. Ils sont mis sous garde rapprochée. Mais la diplomatie a maintenu sa pression. Plusieurs pays de la Ligue arabe ont adressé des protestations au gouvernement danois. Certains parlent de boycotter l'exposition sur le monde arabe prévue cet été au Danemark. L'affaire s'échauffe sérieusement au point qu'en haut lieu, l'on décide d'intervenir. La « crise » reçoit donc un coup d'arrêt le 5 janvier 2006, lorsque le gouvernement danois et la ligue arabe trouvent un accord amiable pour mettre fin à la controverse.

Egypte: on retire les produits danois des rayons
Egypte: on retire les produits danois des rayons

Les réactions sont diplomatiques et économiques

Les arguments sont à peine rangés que, cinq jours plus tard, le 10 janvier 2006, les mêmes caricatures sont publiées dans un journal norvégien, le Magazinet. Certaines rédactions ne reculent devant rien pour un petit coup de publicité ! Cette nouvelle publication relança la polémique qui va réalimenter les protestations diplomatiques.

Le colonel Khadhafi de Libye, actif quand il s'agit d'islam, a annoncé la fermeture de son ambassade à Copenhague. L'ambassadeur saoudien à Copenhague a été rappelé pour consultation, selon l'expression consacrée tandis que le Koweït prévoit de « convoquer » l'ambassadeur du Danemark à Koweït. En Jordanie, le Parlement a publié un communiqué où il appelle à « châtier » les auteurs des douze dessins... L'affaire est bien repartie et la résistance a débordé du champ diplomatique, elle s'est faite progressivement économique.

Au Caire, l'Union des chambres de commerces égyptiennes décide de boycotter les produits danois et norvégiens. La liste est dressée et diffusée sur le net. La décision concerne 3,5 millions de conmerçants. Une décision similaire a été prise aux Emirats Arabes unis. Une aubaine pour les produits concurents. Selon certaines estimations, le Danemark perdrait au moins 27 millions de dollars dans un premier temps. Des pertes à revoir à la hausse si le boycott s'installe durablement.

Cependant, Union européenne oblige, boycotter le Danemark revient automatiquement à boycotter l'Europe. L'affaire des douze dessins du Jyllands-Posten fut donc discutée par les ministres des Affaires étrangères à Bruxelles. La commission Européenne menace de saisir l'Organisation mondiale du commerce si des gouvernements continuent d'encourager au coycott de leurs produits. De son côté, l'Organisation de la conférence islamique envisage d'introduire une demande de résolution à l'Onu « interdisant les mépris des religions » avec des sanctions à l'appui.

Indéniablement, depuis cette affaire, le Jyllands-Posten est aujourd'hui un journal très connu dans tout le monde musulman. Inutile donc de continuer à faire monter la mayonnaise. Le rédacteur en chef du journal décide de calmer le jeu. Il publie une lettre lundi 30 janvier 2006, à l'attendion des musulmans. Sur le site du journal, on en trouve une version anglaise et une version arabe. On peut y lire que le Jyllands-Posten est attaché à la « liberté d'expression », que la polémique actuelle est une mésentente culturelle et que l'intention du journal n'était pas d'offenser les musulmans. Bof ! La plaisanterie a assez duré. Tourne, tourne... la roue de l'islamophobie médiatique.

Le quotidien France Soir a décidé d'importer la polémique en France en publiant les dessins du Jyllands-Posten. Pas gêné une seule seconde par l'air de rechauffé qu'il nous sert, le journal voudrait en plus enseigner le sens de la « liberté d'expression ». Certaines équipes de rédaction sont vraiment des caricatures de rédaction.

Manifestation antidanoise
Manifestation antidanoise

Des dessins sans grand génie

Parce qu'elles partent d'intentions malsaines, l'on n'a pas envie d'aimer les œuvres islamophobes. Cependant, dans Les versets sataniques de Salman Rushdi, on reconnaît une combinaison dosée du sarcasme, de la perfidie et de l'hypocrisie de l'intellectuel musulman désislamisé. Mais on se doit de reconnaître le talent du poète et de l'écrivain, même si l'on déplore qu'il prostitue ainsi son art. Dans La rage et l'orgueil d'Oriana Fallaci, on respecte l'originalité des angles d'approche de la journaliste. Son sens de la formule et son incorrigible manie du détail qui tue. Soit, c'est un style de journalisme. Mais pour l'avoir lue lorsqu'elle était jeune et en possession de toutes ses facultés psychiques, nous savons que Madame Fallaci, néo-islamophobe, diffuse aujourd'hui les dernières effluves d'une fleure asphixiée par l'oubli.

Les exemples de ces talentueux islamophobes donnent envie de voir les caricatures du Jyllands-Posten. Mais là, la déception est garantie car ces travaux sont médiocres dans l'ensemble. Sur les douze dessins publiés, deux portent cette onde d'authenticité qui marque la limite entre le technicien d'art graphique et l'artiste dessinateur. Le premier de ces deux dessins est signé Annette Carlsen. Il présente un témoin perdu face à sept personnages, sept styles différents avec un point commun symbolisé par un turban sur la tête. Ce témoin, chargé de reconnaître le Prophète de l'islam, s'exclame alors devant tant de diversité : « Humm, je ne le reconnais pas. »

Le second dessin qui mérite le détour représente un écolier danois: Muhammad. Il est dans une tenue jeune, style sport (T-shirt, jogging, basket) et de type arabe. Cet écolier est au tableau où il pointe d'un bâton une inscription en persan disant : « Les journalistes du Jyllands-Posten sont une bande de provocateurs réactionnaires. » ( Nous pensons que c'est là que le lecteur est censé éclater de rire...) Cette planche pas idiote est signée de Lars Refn.

Les dessins restants sont aussi plats les uns que les autres, quand ils ne sont pas carrément imbéciles et niais. On y retrouve un petit florilège des clichés islamophobes classiques diffusés par la presse. La religion musulmane y est associée à la violence, au conflit et au mépris de la femme.

Qu'il s'agisse d'un coup de pub ou d'une manœuvre de provocation, le Jyllands-Posten n'a pas raté sa sortie. Il a offensé comme il fallait. Il a réparé comme il faut en laissant ouvert ce vieux dossier qui interroge chacun : où s'arrête donc la liberté d'expression ? Ces caricatures qui sont conçues pour choquer les musulmans servent-elles réellement la « liberté d'expression » ou bien se servent-elles de cette liberté pour assouvir des desseins inavouables ? Le Jyllands-Posten a eu sa réponse. Il lui aura fallu attendre quatre mois. Il aura fallu provoquer quelques incidents diplomatiques et économiques. France Soir cherche aussi sa réponse. Elle viendra certainement du public. La réponse à France Soir lui sera donnée selon la capacité du public à réagir et à choisir ses méthodes pour défendre ses libertés contre des agents publicitaires déguisés en comité de rédaction.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu