Connectez-vous S'inscrire






Religions

Les accords entre le CRCM et les responsables de la ville

Rédigé par Azzedine Gaci, président du CRCM Rhône Alpes | Vendredi 15 Février 2008

Reprise des concessions et ossuaire confessionnel : Décisions prises pour le carrée musulman du nouveau cimetière de la Guillotière (Lyon 8ème) inauguré le 3 septembre 2007 (à généraliser dans tout le département du Rhône).



Conclusions

Afin d’accélérer l’ouverture du carré musulman dans le nouveau cimetière de la guillotière de la ville de Lyon, diverses questions d’ordre théologique ont été soumises au Conseil Régional du Culte Musulman de la Région Rhône Alpes par les services funéraire de la mairie.

Ces questions concernaient les reprises de concession, l’exhumation des corps et la possibilité ou pas de leur incinération ou de leur réinhumation dans un ossuaire.

Après plusieurs rencontres le CRCM et les responsables de la ville se sont mis d’accord sur les points suivants :

1) Toute personne ayant acheté une concession dans le carré musulman du nouveau cimetière de la Guillotière est considérée comme étant opposé à la crémation strictement interdite en islam.

2) Les responsables musulmans doivent inciter les musulmans à acheter des concessions d’une durée supérieure ou égale à 30 ans. Passé ce délai, les problèmes liés à l’exhumation non recommandé en Islam ne se poseront pas d’après certains experts et légistes musulmans.

3) A la fin de l’expiration de la date de la concession, la famille du défunt doit être informé. Si le défunt n’a pas de famille ou si sa famille habite à l’étranger, la mairie de Lyon doit prendre contact avec les responsables musulmans pour assister à l’exhumation des restes du corps présents dans la concession.


4) En cas de non renouvellement ou d'abandon d’une concession et avant d’entamer une procédure de reprise, la mairie doit informer les responsables musulmans.

Si aucune solution n’est envisageable, la récupération de la concession doit se faire dans des conditions respectueuses des exigences confessionnelles du défunt et présence des responsables musulmans.

5) Les restes exhumés du corps du défunt présents dans la concession sont « réunis dans un cercueil de dimensions appropriées », dénommé reliquaire ou boîte à ossements (article R. 2223-20 du code général des collectivités territoriales) pour être réinhumés dans un ossuaire spécifique.

6) La mairie de Lyon doit créer un ossuaire confessionnel regroupant les restes des défunts de confession musulmane. Cet ossuaire sera construit à l’intérieur même du carré musulman.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu