Connectez-vous S'inscrire






Archives

Les Musulmans de Champigny, entre Doute et Espoir

Rédigé par Bahri Fouad | Jeudi 1 Juillet 2004

Les campinois musulmans craignent une fermeture de leur lieu de culte. Dans la vague d'islamophobie qui frappe la France depuis près de deux ans, et après la série d'expulsions d'imams, la ville de Champigny-sur-Marne (94) risque de perde une de ses salles de prières musulmanes. Cette salle est en fonction depuis quatorze ans et ne pose aucun problème. Troisième ville du Val de Marne par sa population (75 000 habitants), Champigny est aussi classée 59eme ville de France. Les milliers de campinois musulmans se sentent menacés par une décision de la Mairie.



Les campinois musulmans craignent une fermeture de leur lieu de culte. Dans la vague d'islamophobie qui frappe la France depuis près de deux ans, et après la série d'expulsions d'imams, la ville de Champigny-sur-Marne (94) risque de perde une de ses salles de prières musulmanes. Cette salle est en fonction depuis quatorze ans et ne pose aucun problème. Troisième ville du Val de Marne par sa population (75 000 habitants), Champigny est aussi classée 59eme ville de France. Les milliers de campinois musulmans se sentent menacés par une décision de la Mairie.

L’Opac se souvient que la mosquée lui appartient

Si le bonheur des uns fait le malheur des autres, à Champigny-sur-Marne, les deux se confondent. Depuis la construction d'une nouvelle mosquée, dans le quartier du Bois l'Abbé, les fidèles de l'ancienne mosquée (une cave réaménagée) située juste en face, se voient menacés d'une fermeture des lieux, ouvert depuis 1990. La raison avancée : une récupération officielle et légale d'un local par ses propriétaires. 'Cette salle appartient à l'OPAC et elle a été occupée illégalement pendant de nombreuses années par les Musulmans de Champigny', déclare Mr Le Guerrier, maire-adjoint communiste délégué à la politique de la ville. 'Nous avons fermé les yeux longtemps car les Musulmans n'avaient pas de lieu de culte pour pratiquer leur religion. Aujourd'hui qu'il existe une mosquée, nous trouvons tout à fait normal que l'OPAC récupère son dû.'

La mairie, qui a joué toute ces années le rôle d'intermédiaire entre l'OPAC et les Musulmans, fait remarquer qu'entre outre cette salle ne serait pas aux normes sécuritaires nécessaires pour l'accueil d'un nombre important de personnes. 'Faux', rétorque Mourad Arjoun, président de l'association 'Les Musulmans de Champigny', selon lequel cette salle a été réaménagée avec deux portes de sorties, l'une vers la cave, l'autre vers l'extérieur. A l'instar de leur président, les Musulmans de Champigny ne partagent pas les arguments de la mairie et de l'OPAC. 'Les Musulmans ont parfaitement le droit de posséder plusieurs lieux de culte comme c'est parfois le cas pour les autres communautés. D'ailleurs, la nouvelle mosquée ne répond pas au besoin de la communauté musulmane. Le vendredi, jour de grande prière, il n'y a pas assez de place pour les fidèles, tout comme les jours de l'Aïd el kébir. Les Musulmans se retrouvent obligés de réserver le gymnase de la ville'.

Conflit de générations autour de la mosquée

Au-delà des reproches faits aux autorités, cette affaire révèle une nouvelle fois les divisions de la communauté musulmane. L'association 'Al Amin' qui gère la nouvelle mosquée, gérait autrefois également cette salle de prière. De profondes divergences ont poussé un nombre de fidèles à partir et a trouver les financements pour bâtir leur propre mosquée. Après deux ou trois années de collectes, le résultat est une grande mosquée, sur deux étages, qui propose déjà des cours de langues arabe. Pourtant, les choses n'en sont pas restées là. Les divergences ont été portées en justice avec gain de cause pour les représentants d''Al Amin' qui reprochaient à leurs coreligionnaires une violation des règlements statutaires. Pour Mourad Arjoun, le fond du problème est ailleurs. 'Il s'agit d'un problème inter-générationnel. 'Les vieux' veulent tout commander et n'écoutent personne. Le pire, c'est qu'ils sont incompétents'. La menace, à présent, est une saisie et une fermeture du local. Cela dit, à l'âge de la quarantaine, Mourad prend les choses avec calme et philosophie. 'Nous comptons ouvrir ici un centre culturel dans à peu près trois ans. Nous défendrons ce projet auprès de la Mairie et aussi de l'OPAC. S'ils le souhaitent, nous sommes près à leur payer un loyer et des charges. Nous allons entrer en contact avec eux et leur demander un bail officiel de location. Nous espérons qu'ils acceptent car cette salle a permis à beaucoup de jeunes de sortir de la délinquance. Sinon, nous utiliserons tous les moyens légaux pour défendre nos droits'. A bons entendeurs...






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu